15 mars 2007

DANS CETTE ÎLE

DANS CETTE ÎLE Dans cette île, les morts parlent entre eux des vivants comme s'ils n'existaient pas.Dans cette île, les morts prennent des serpents et en font des saxophones ; ils allongent aussi des jeunes filles à longs cheveux pour en faire des guitares.Leurs orgues sont dans les carcasses échouées.On y joue au violon des chansons oubliées, et vous vous étonnez après d'avoir l'impression d'avoir rêvé.D'ailleurs, dans cette île, les morts entendent des voix mais ils n'en parlent pas. Patrice HouzeauHondeghem, le 15 mars 2007
Posté par patricehouzeau à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2007

LE MYSTERE DU VIOLONNEUX CRAPAUD CHAPITRE I

LE MYSTERE DU VIOLONNEUX CRAPAUD                                                       CHAPITRE I                           IL FAUT BIEN COMMENCER QUELQUE PART                      ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2007

QUATRAIN CENDRIER

QUATRAIN CENDRIER Sous le ciel bleu je sacrifie au tabac blondAngoissé comme d'hab' et me sentant vivantPourtant le vent de terre avale tous nos verbesUn à un et de nos corps disperse les cendres Patrice HouzeauHondeghem, le 15 mars 2007
Posté par patricehouzeau à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2007

BANSHEE

BANSHEE (D'après quelques vignettes des Celtiques de Hugo Pratt) Dans les dolmens quelqu'un dit que ce ne seraPas facile plusieurs d'entre eux sont endormis Des ombres dans la pluie soldats et baïonnettes Les traits vifs sur la page éclats de becs et d'ailesla demoiselle en noir le vent la croix celtiqueQuelque carcasse où le vent siffleDe baleine les os qui se dressant sous le ventRappellent une autre musiqueLa harpe dit la demoiselle en noirD'Irlande... dit la demoiselle en noirL'Irlande... dit la demoiselle en noirMon... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2007

DES MAISONS, VIDES

DES MAISONS, VIDES L'un des plus intéressants poèmes de la livraison d'octobre 2004 de la revue Ecrit(s) du Nord est, à mon sens, le poème Fragments d'opale de Mario Urbanet (p.71). Riche en images originales : danseur mondain, le cormoran évoluemachine volante sans égale ou encore ce tercet qui mêle au lexique de la mer le lexique du théâtre : la mer pleure un poisson naïfrepu, le cabotin sèche ses ailescomme on salue au Français Travail d'imagier, - rythmique aussi, le texte, - et musiquant : Le drame se noue,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]