27 janvier 2008

L'OISEAU QUI

L'OISEAU QUI "L'oiseau qui s'est dépris d'être Phénix"  (Yves Bonnefoy) L'oiseau le saxophone le garçon la filleQui jetèrent leur féerie dans la nuit l'oiseauS'est fait désosser par des mains de sableDépris de tout voué à l'impossibilitéD'être nous avons créé pour lui le merveilleuxPhénix qui console un peu d'être déjà si vieux. Patrice HouzeauHondeghem, le 27 janvier 2008
Posté par patricehouzeau à 02:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2008

SOUVENT, POUR S'AMUSER

SOUVENT, POUR S’AMUSER « Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage   Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers »   (Baudelaire, L’albatros) Souvent, en écoutant du jazzPour rire je me mets à rimailler oh !S’amuser à coller des syllabes aux sonsLes rythmes et les solos que jouèrent d’autres Hommes laissant manies et routine D’équipage à la mécanique des heures Je me demande : Prennent-ils le temps prennent-ils le temps les soldats Des jours sans fin de la foudre de penser... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 01:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 janvier 2008

COMBIEN ?

COMBIEN ? En cette fin janvier 2008, nous apprenons avec assez de surprise que la Société Générale (que d'aucuns présentent comme la 3ème banque française) vient de subir une perte de 7 milliards d'euros.Ces 7 milliards se répartissant ainsi :- 5 milliards de perdus par un surdoué de la finance, un de leurs employés payés pour spéculer, un produit parmi tant d'autres de nos merveilleuses Ecoles Supérieures de Commerce. Ou un lampiste que la direction de la Société Générale a désigné volontaire pour porter le chapeau à larges bords... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2008

SI JE VOUS DIS

SI JE VOUS DIS Si je vous dis que le cristal d'un jour de pluieJe me plais à isoler ce vers de Paul EluardVous pourrez toujours me le reprocher JeDis ce qu'il me plaît de direQue le monde n'est que par énigmes ou queLe sourire souvent se figeCristal chantant que le doigt abandonne ou queD'un claquement de doigt leJour s'éteint dans les yeux ou queDe temps en temps je prends le temps d'entendre laPluie qui passe les arbres les saisons les toits. Patrice HouzeauHondeghem, le 25 janvier 2008
Posté par patricehouzeau à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2008

DESSIN NAÏF N°1

DESSIN NAÏF N°1 Patrice HouzeauHondeghem, le 25 janvier 2008
Posté par patricehouzeau à 17:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2008

DESSIN NAÏF N°2

DESSIN NAÏF N°2 Patrice HouzeauHondeghem, le 25 janvier 2008
Posté par patricehouzeau à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2008

DESSIN NAÏF N°3

DESSIN NAÏF N°3 Patrice HouzeauHondeghem, le 25 janvier 2008
Posté par patricehouzeau à 17:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 janvier 2008

CECI-CELA

CECI-CELA "Le "ceci" démonstratif ne peut jamais se trouver sans l'objet désigné. On pourrait dire : Tant qu'il y a un Ceci, le mot "ceci" garde sa signification, que ceci soit simple ou complexe. - Mais voilà qui ne suffit pas à faire de ce mot un nom. Au contraire : car un nom n'est pas utilisé avec le geste démonstratif, mais seulement expliqué par ce geste." (Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus suivi de Investigations philosophiques, Traduit par Pierre Klossowski, Gallimard, Collection... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 janvier 2008

OMBRE. "AVEC DEGOÛT".

1. Ombre. "L'ombre a l'air d'être venue là exprès, pour tenir ces paroles trop précieuses au creux de ses ouates grises." (Georges Bernanos, Monsieur Ouine, Presses Pocket, p.62) La parole conservée, préservée par l'ombre dotée ainsi d'une puissance que l'atmosphère de la scène rend palpable.Il y a donc dans "l'ombre" des paroles si précieuses que la lumière pourrait les dissiper.Prose rythmée: la phrase commence par se découper en deux décasyllabes : "L'ombre a l'air d'être venue là exprès, ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2008

DEUX AGACERIES

DEUX AGACERIES Entendu hier soir, mardi 22 janvier 2008, sur France 3 dans l'émission de Frédéric Taddéï, Ce soir ou jamais, Michel Charasse, qui fut Ministre des Finances sous Mitterrand, faire cette déclaration (je cite de mémoire, ce qui me permet d'enjoliver la forme sans toucher au contenu) : " La Bourse est un système qui permet aux riches de se voler entre eux avec l'argent des pauvres." Et, l'autre jour, sur France Inter, entendu Jacques Attali énoncer ceci : "Un économiste est un spécialiste qui... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 17:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]