12 février 2008

FEMME MARIEE LA NUIT

FEMME MARIEE LA NUIT "-ageless, oarless-"(...)"Under the waltzing trees"(...)"So they were married - to be the more together -"(...)"Waking at times in the night she found assurance Due to his regular breathing but wondered whether It was really worth it and where The river had flowed away And where were the white flowers." (Louis MacNeice, Les Sylphides in Une voix, choix de poèmes, Orphée La Différence, 1997, p.62-64) "Se réveillant parfois la nuit, elle était rassurée Par sa... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 février 2008

"TEMOIN INDESIRABLE"

« TEMOIN INDESIRABLE » Agatha Christie : Témoin indésirable (ordeal by innocence). L’édition « Club des Masques » est ici datée du 3ème trimestre 1981. La dominante de la couverture est le vert. Le vert du gazon anglais - ou des tapis de billard - (les romans d’Agatha Christie sont l’exemple type de ce fameux roman à énigmes qui caractérise encore une grande partie de la production britannique en matière d’histoires policières) ; le vert émeraude aussi du manche du poignard, ancien semble-t-il le poignard,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2008

VIEILLERIE

VIEILLERIE J'ai retrouvé ce dessin - que je n'ai d'ailleurs jamais terminé, mais maintenant je sais que je n'y peux rien changer, comme s'il lui fallait garder désormais cet aspect inachevé - dans mes affaires laissées ailleurs, j'ai remis la main sur ce vieux papier tout grouillant d'aériennes monades.Le temps y a laissé sa marque jaune.Qu'importe, je l'aime bien moi ce dessin que j'ai fait alors que j'avais une quinzaine d'années et que j'écoutais du rock progressif en dessinant des heures entières... Patrice... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2008

DELA L'ETANG

DELA L'ETANG Derrière chez nous y a un étangOù trois canards y vont passantDans le temps dans le temps quiLong le temps long le temps estComme un engoulevent sans finir Derrière chez nous y a un blancLoup et des forêts avec du ventAvec l'ombre qui y gémit L'oeilY couche sa paupière et demeureEtonné de ce vent du long temps Derrière chez nous y a des voixElles sont pleines de noms sansVisage de visages sans nom voixQue le vent jette delà l'étang. Patrice HouzeauHondeghem, le 12 février 2008
Posté par patricehouzeau à 00:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]