26 mars 2008

GENEALOGIE DU POEME

GENEALOGIE DU POEMENotes sur le proême Drame de l’expression de Francis Ponge in Le parti pris des choses suivi de Proêmes, Poésie/Gallimard, p.125) "Mes pensées les plus chères sont étrangères au monde, si peu que je les exprime lui paraissent étranges. Mais si je les exprimais tout à fait, elles pourraient lui devenir communes." On peut s’interroger sur la nature du référent du pronom personnel « lui ». De quoi est-il question ? – Du monde nous répond le texte. Que faut-il entendre par « monde » ?... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2008

POP POP POP MUSIC

POP POP POP MUSIC J’aime la pop music on m’en voudraOn ne m’en voudra pas comme ça queC’est bien sûr je sais bien que laPop c’est une industrie d’ailleursDans les années 70 on l’avait mêmeAppliqué à la dance music le virusDu taylorisme et les bassistes ilsRestaient toute la journée à jouerLa quasi même ligne de basse aprèsLes cuivres le faisaient leur mêmeOu à peu près même tintouin et hopRoulez jeunesse les tubes en boîtePartaient sous des pochettes ultraKitsch et des noms évocateurs pourLes grandes surfaces d’accord... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2008

NI AUX FORCES DE LA MORT

NI AUX FORCES DE LA MORT(Notes sur trois citations tirées de l’anthologie Une voix, « Choix, traduction de l’anglais et présentation par Clotilde Castagné-Véziès", Orphée/La Différence, 1997) Avec humour, ce titre d’un poème de Louis MacNeice, in Une voix, page 24-25 : NATURE MORTE(Even so it is not so easy to be dead) NATURE MORTE(Même ainsi, il n’est pas si facile que ça d’être mort) Mais l’humour sert à exprimer c’t’angoisse aussi qui nous court le haricot : “ …, even a still life is... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2008

IL PLEUT DES CRIS

IL PLEUT DES CRIS     « Drôle de cabane que ce cube de torchis crevé par la gelée ! Le toit de chaume s’effondre et les dernières pluies ont poussé contre la porte branlante un énorme tas de boue. » (Bernanos, Monsieur Ouine, Presses Pocket p.155)     Il y a donc de la boue dans cette histoire. De la terre et de l’eau mêlées. Du désastre aussi, du « toit de chaume » qui « s’effondre », une « porte branlante », - vrai ! « Drôle de cabane » en effet, inhabitable, inhospitalière,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2008

AU CARREFOUR

AU CARREFOUR "Au carrefour où nulle fleur sinon la rose  Des vents mais sans épine n'a fleuri l'hiver  Merlin guettait la vie et l'éternelle cause  Qui fait mourir et puis renaître l'univers"  (Guillaume Apollinaire, Merlin et la vieille femme in Alcools, vers 5-8) Un "carrefour" de "nulle fleur" : la porte des possibles serait en-dehors du cycle des saisons. Ou alors c'est que ce cycle est contredit par la "rose des vents". Les points cardinaux, ce symbole de la nature... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 mars 2008

LES RESCAPES

LES RESCAPES Ce fut à l’aube du sixième jour que le directeur décida de se rendre à la bibliothèque et de traverser la ville en flammes.Il mit son costume le moins défraîchi. Cela faisait longtemps maintenant que les institutions n’accordaient plus guère de crédit à l’importance de la culture et il avait dû se résoudre à travailler pour un salaire grignoté, année après année, par l’inflation.Il franchit le pont désormais sécurisé par les forces de la Coalition, laquelle avait fait fuir tous les snipers de l’autre rive... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 mars 2008

BLACK LADY

BLACK LADY Le jour où, enfin, il mit la touche finale à cette composition qu’il avait intitulée Black Lady, il fut certain que ce morceau allait remporter un grand succès.En effet, dès la première répétition, tous les membres du groupe adhérèrent à cette suite serrée d’accords qui, soudain, se fluidifiait, laissant aux cymbales le temps nécessaire pour tracer une piste dans quelque pluie intermittente de guitare électrique, puis de nouveau resserrait son tempo nerveux de blues urbain.En concert, le morceau fut vite repéré par... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 02:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2008

CRU

CRU « Il faisait cru : la pluie, la drache imbibait ciel et terre. » (Orlando de Rudder, Le Traité des traités, p.161) Il quel est cet impersonnel du ciel ?Faisait cru dit le texte c’est que leCru est coutume du pays c’est le ventLa secoueuse d’arbres qui mène ici laPluie qui souvent suit le voyageur etLa pluie on veut la fuir c’te bringueDrache qui crache comme qui chique etImbibait dit le texte tout ce qui estCiel cette longue bande dessus le solEt tout ce qui se presse passe sur laTerre et zieute ce qui tombe du... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2008

LE SIMPLE SIED AU POEME

LE SIMPLE SIED AU POEME(Notes sur Les Femmes de Guillaume Apollinaire in Alcools) Les citations faites du poème d’Apollinaire figurent ici en italiques Le simple sied au poème       CommeLa guitare à la chansonLe sourire à la JocondeLa bête à cornes au pré Ainsi les italiques qui      CommeL’écho répondent femmesCausant dans Les FemmesPoème d’Apollinaire quiDit les paroles simplesElles dans la maison duVigneron les femmes quiCausent et cousent donc ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2008

"BIKINI CLAVIER"

"BIKINI CLAVIER" Ce tableau de Wols figure à la page 254 de l’ouvrage Encyclopédie du surréalisme de René Passeron, 1975 Editions Aimery Somogy, Paris) : - - BIKINI CLAVIER (Wols, 1939-1940,Aquarelle 30 x 39 cm) C’est le titre d’un paysage hantéQue l’on doit au peintre Wols uneAquarelle que c’est ce tableau onY voit dans l’estompe d’une brumeSale et claire un couple enlacé àVrai dire assez monstre le coupleAvec ce verdâtre de la tête à luiAux deux fils rouges pour bras etSans cou... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 02:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]