GLAS ! GLAS ! GLAS !

"Glas ! Glas ! Glas sur vous tous, néant sur les vivants !"
(Henri Michaux, Contre !)

Glas ! Glas ! ça fait froid ça
Glas ! Glas ! sons froids que ces
Glas ! Glas ! Glas là !
sur la terre froide et noire entendez
vous le Glas ! Glas ! Glas des cloches
tous les jours en entend c'est le
néant qui appelle Glas ! Glas ! Glas ! (fait des dents)
sur la terre des clochers le néant appelle c'est étonnant
les choses sont pour ne plus être les
vivants sont déjà morts quelque part toujours.

DANS LE LABYRINTHE

"Dans le labyrinthe nous trouverons la voie droite."
(Henri Michaux, Contre !)

Dans le labyrinthe nous sommes
Le labyrinthe c'est notre pomme
Labyrinthe aux circulaires réseaux neuneuroneuneuronaux
Nous y cherchons nous ne savons quelle bête que nous
Trouverons de toute façon
La bête de nous-même celle qui nous flanque sur la
Voie que nous empruntons car nous la trouvons si
Droite avec tous ses tours et détours et carrefours.

COEUR CHOU

"Être dépouillé de tout, mis à suer son propre coeur"
(Henri Michaux, Nous autres)

Être dépouillé c'est de toute façon
Dépouillé dépeuplé dépiauté désossé
De nos carcasses voilà le lapin géant de la mort.
Tout est lièvre qui fuit sous la lune
Mis macabre à la lumière de la lune
A contribution de la camarde il faut mettre à
Suer son propre coeur comme un chou
Son coeur comme un chou dans la cuisine très
Propre du diable cuisinier très design très moderne
Coeur émincé chou accompagnement de veau.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 février 2013