EN MÂCHANT LE CHIEN NOIR

1.
"la vitre cachée / Qui rit là-bas..." (Rimbaud, Les Réparties de Nina) : Faire rire les vitres, une prouesse de l'Alchimie du Verbe sans doute.

2.
"Ont-elles bu des cieux barbares" (Rimbaud, Les Mains de Jeanne-Marie) : que des mains puissent boire est déjà épatant, mais boire aux cieux barbares, ça en devient gothique : brunes donc, puisque ce sont "Mains sombres que l'été tanna", trempant leurs lèvres dans des cieux sanguins, ou tourmentés comme des pourchassés, les mains s'enivrent de quelque liqueur forte et qui fait suer.

3.
"Chien noir, brun pasteur dont le manteau s'engouffre"
(Rimbaud, Michel et Christine)

Chien étant donné la suite je dis Dog
Noir et j'ajoute Black car j'aime bien Led Zeppelin

Brun on est dans le sombre donc l'ombre c'est un
Pasteur voilà un mot qui sent sa croix
Dont du pronom dont la nasale continue de barytoner
Le poème qu'on dirait une étude en noir
Manteau tissé de ténèbres et où
S'engouffre le souffle d'on ne sait où.

4.
La puissance des expressions : chien noir, ça m'fait tout de suite référence à "Black Dog", pièce électrique de Led Zeppelin, et puis au pirate aussi, et dans le poème de Rimbaud, à la silhouette d'un pasteur - berger qui se confond avec son chien, et passe dans le vent. J'ai pensé aussi, mais plus tard, que mâcher du chien noir serait une bonne expression sans doute à je ne sais quoi, mais pas joyeux, cafardeux plutôt.

5.
"Qui rêve en haut, jauni par le vitrail livide"
(Rimbaud, Les Pauvres à l'église)

Qui ici çui qui fut crucifié
Rêve que voulez-vous qu'il fasse cloué millénaire ?

En morceaux de verre coloré éparpillé là
Haut y a toujours plein d'Jésus flottants entre deux hauts.

Jauni le Jésus et rêvant peut-être qu'il va
Par tous les chemins qui mènent à Rome par
Le feu l'eau l'air la poussière giflant le
Vitrail où le grand
Livide vérifie que nous sommes encore ici-bas.

6.
"en hurlant son songe de chagrin idiot"
(Rimbaud)

En le vent souffle des en viens donc viens donc en
Hurlant tant parfois qu'ses en font grincer les bois.

Son souffle au vent engouffre tout
Songe trouble et tout le tremblement
De nous qui tournons dans l'saladier à particules
Chagrin c'est le nom d'mon chat il a un grain
Idiot fis-je figé.

7.
"Sur toute joie pour l'étrangler j'ai fait le bond sourd de la bête féroce."
(Rimbaud, Une Saison en enfer)

Sur sur sur sur sur sur ça fait cymbale sur
Toute sur toute toute toute toute special effect
Joie ce qu'il y a des fois
Pour passer le temps il en faut sinon
L'étrangler ah non ça ne se fait pas
J'ai mangé des pâtes et
Fait du café et puis j'ai bu
Le café puis j'ai fait un
Bond hop là comme ça juste pour
Sourd ça des fois on entend pas
De la pluie tombe sur sur sur les toits
La pluie c'est pas d'la joie c'est d'la
Bête d'en haut qui pisse dru sur sur sur pis tout du
Féroce à la télé, je l'ai regardé.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 8 avril 2013