GONG ! GONG !

1.
"Et, la nuit, il fallait entendre les coups de pattes des chameaux quand ils essayaient de franchir les écluses, gong ! gong ! sur le métal et les madriers !"
(Henri Michaux, Intervention)

Et la nuit, de ses noyaux fleurissent des fantasmes
Il fallait toujours que j'écoute me fallait
Entendre les coups de pattes des bêtes
Des chameaux car comme le narrateur à Michaux
Chameaux je lâchais parfois dans le décor
Quand ils essayaient les chameaux
De franchir s'obstinant aux obstacles
Les écluses par exemple
Gong ! que ça faisait
Gong ! gong ! que ça faisait
Gong ! que de gongs dans la nuit oblongue
Gong ! car je la faisais oblongue la nuit
Gong ! gong ! gong ! gong ! pour me désennuyer tiens
Gong ! gong ! au douxième gong ça s'arrêtait
Sur le métal ça sifflait mince alors
Et les madriers sifflaient aussi mince je m'endormais.

2.
"vous apercevez le long cortège des amants qui recherchent les amantes et le long cortège des amantes qui recherchent les amants, et un désir"
(Henri Michaux, Vers la sérénité)

Vous apercevez à force de boire à la terrasse
Le long cortège des corps et des têtes
Des amants si bien affublés affables très fins
Qui recherchent de leurs yeux affûtés
Les amantes si bien faites si frimousses très fines
Et le long cortège des corps et des têtes
Des amantes certaines portent des haches
Qui recherchent de leurs yeux aiguisés
Les amants certains portent des couteaux
Et un désir qui agite partout ses grosses lèvres.

3.
"J'ai parfois rendez-vous avec une ancienne amie."
(Henri Michaux, Mes propriétés)

J'ai parfois rendez-vous dans un lieu
Rendez-vous dans un lieu ni loin ni près
Avec une ancienne amie ni jeune ni vieille
J'ai parfois rendez-vous dans un lieu
Rendez-vous dans un lieu ni là ni ici
Avec une ancienne amie sans chair ni os
J'ai parfois rendez-vous je m'y rends d'ailleurs
Rendez-vous car je n'aime pas rester seul
Avec une ancienne amie qui a le bon goût cette
Ancienne amie de ne pas venir.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 juillet 2013