DANS LES LIGNES D'UNE MAIN LIBRE I
En lisant Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, Poésie/Gallimard, 2013.
Légendes.

1.
La femme rompant l'oeil s'est couchée sur le pont et trempe le fluide pilier de sa chevelure dans la rivière.

2.
Quelque part, l'aiguille à tricoter le réel, plantée dans la pelote de terre.

3.
Le loup blanc ferme ses yeux. Le voilà - à s'y méprendre - toile blanche.

4.
En écartant le réel, on réveille un oeil originaire et très étonné.

5.
Lorsque le fantôme lui-même abandonne le château, alors la songeuse allongée s'endort éternellement.

6.
Nos mains tissent les flammes du désir, lissent les cheveux des banshees.

7.
Parfois les statues la reconnaissent à son bruissant passage. Effrayées, elles se lézardent, les statues, s'effritent, tombent dans l'oeil ouvert du songe.

8.
C'est sans doute une glace cassée qui inventa la bande dessinée.

9.
Le dessin tend sa fille comme un beau piège.

10.
Le temps est un acide qui finit par se dissoudre lui-même.

11.
Les signes lisent en nous à livre ouvert. La langue nous interprète. Elle nous joue la comédie.

12.
S'affranchissant des frontons, affrontant les taches noires, les statues se jettent le bras devant l'oeil.

13.
Mademoiselle, vous avez oublié vos mains au jardin ! Je vais vous les chercher avant que passent les limaces ou qu'un renard les emporte.

14.
C'est en contemplant son masque qu'elle perdit la tête.

15.
Du haut des murs des ombres sautent et s'évanouissent dans la rue où personne ne passe jamais.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 11 août 2013.