TANT QU'C'EST A VERSE

1.
"I'm a stupid boy" doit être la première phrase que j'ai apprise en anglais.

2.
Sa mère lui disait : "Tu as faim ? Bois de l'eau, ça te remplira le ventre." Depuis, il n'arrête plus de boire.

3.
Tout son art consiste à ne plus être aimé des êtres qu'il aime, lesquels ne l'aiment pas non plus.

4.
Les seules ombres douées pour la parole sont celles que nous projetons. Nos cavernes débitent de la féerie en palais.

5.
Qu'on s'façonne ci ou ça, nous nous vainquons et tentons de compenser nos pertes.

6.
Je me peutestre tant qu'c'est à verse qu'il me pleut d'l'interrogatif.

7.
Y en a qui se lancent à Lens, d'autres qui se harassent à Arras, et puis des qui bouillonnent à Boulogne, et puis il y a les hazebrouckés; sinon, y en a qui partent.

8.
Visions d'hier soir : sa main déterrant le plâtre de la tête et d'une jambe d'un cheval blanc; un insecte sur un bout de chair; une ombre sur un balcon (ou une terrasse peut-être); d'autres visages d'inconnus.

9.
Le spleen griffonne - c'est fou ce qu'il est brouillon ! - tout un embrouillamini d'énigmes, de sphinx, de masques défaits, tombés, chus.

10.
La Destinée est une allumeuse; elle vous en fout plein la perspective, puis bernique !

11.
"Vous voyez, la Lune chevauche
Les nuages noirs à tous crins"
(Jules Laforgue, "Lunes en détresse")

12.
Mirez comme elle cavale, la lune, et le crin sombre de ses canassons en nuées.

13.
A force de spéculer, on finit par se conséquencer qu'on est infiniment moins logique que l'inconséquent de base qui ne se pose pas de questions.

14.
Des fois, je me silence, et m'ensombre, et m'ombre.

15.
Commençons, commençons toujours, on verra comment c'est, comment c'est-y ou c'est-y pas.

16.
Quoi qu'on salue ? Le Mal en costume ? Le Bien en chemise ? Bah ! le médiocre aux yeux vifs.

17.
Je fais du rangement spéculatif; je range mes têtes dans mon placard à têtes. A chacune son cocotier.

18.
L'embêtant avec une radio flottante, c'est que pour écouter son feuilleton policier radiophonique, il faut l'attraper au vol.

19.
"- Mais, ces yeux, plus on va, se fardent de mystère !
- Eh bien, travaillez à les ramener sur terre !"
(Jules Laforgue, "Le Concile féerique")

20.
Mon tapis persan est atteint d'homophonie et fait des trous partout. Quant à mes yeux, ils ont un drôle d'air...

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 28 juin 2014