QUAND BIEN MÊME JE NE POUVAIS ET COMME SI JE DEVAIS

1.
Depuis tout ce temps, ça n'a pas de sens; regarde-moi, j'agite ma cendre entre mes os.

2.
Je t'aimerai toujours bien que je ne sois jamais et qu'entre mes côtes ne bat plus qu'une très lointaine flamme.

3.
En vérité, je vous le dis, la flamme des enfers, c'est celle-là qui nous consume jour après jour, nous ride, nous dessèche, nous fume.

4.
Je passe dans le mélancolique qui bruisse, feuilles d'où chutent des lutins qui volent nos âmes pour s'en faire des frondes.

5.
Au vent le naguère plouffe ses pierres dans l'eau vide d'un fleuve immobile.

6.
Des fois qu'on serait genre dieu d'un monde mort, plein d'échos de nulle part.

7.
Encore du brouillard... d'la nappe de brume en robe de satin moisi de femelles d'outre-flamme.

8.
J'écoute "The Concert", l'album de Gary Benson, qui est un truc pop/rock que j'aime beaucoup; y a même d'la scie musicale dedans dites donc.

9.
Rien de tel que le "Toda Menina Balana" de Gilberto Gil pour vous donner l'envie d'être jeune à nouveau, d'être jeune à jamais, d'être jeune enfin.

10.
Nous sommes à peu près tous des chiens d'assez bonne volonté et nous aboyons dans des langues étrangères.

11.
Il s'appelle Martin Pilon et sa copine porte des faux-cils.

12.
Rêve de la jeune fille toute de noir vêtue qui s'adresse en moi en hébreu. Est-ce du yiddish ? lui ai-je demandé, je ne vous comprends pas. Elle sourit et continue de parler quand bien même je ne pouvais, et comme si je devais, la comprendre.

13.
Ce qui se cachait au fond, c'était des masques, des masques qui nous tirèrent la langue.

14.
Faire et défaire, mon cher Lucifer, voilà toute notre lumière.

15.
"Je baise tes cheveux mon unique trésor"
(Apollinaire, "De toi depuis longtemps")

16.
Je baisouille ton capillaire, ma seule monnaie qui vaille.

17.
"On est contents au bord de la rivière"
(Apollinaire, "Mon coeur j'ai regardé")

18.
Tout joice qu'on s'pâme, sur la rive, tandis que zinzinulle quelque glouglou tranquille.

19.
"Quelle triste chanson font dans les nuits profondes
Les obus qui tournoient comme de petits mondes"
(Apollinaire, "Mon Lou ma chérie")

20.
Swing triste dans le ciel, swing triste dans l'deep black, les déchire-les-corps, les escamoteurs d'âmes torpillent leurs absurdes spirales.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 11 octobre 2014