AVEC MES QUATRE YEUX ETONNES

1.
Expressions rimbaldiennes : "avoir quatre yeux étonnés"; "envoyer l'Amour par la fenêtre"; "la bruine des canaux par les champs".

2.
Lorsque l'on a "quatre yeux étonnés", c'est qu'on voit double, non ?

3.
Il est inutile "d'envoyer l'Amour par la fenêtre". L'expérience a déjà été tentée cent fois. Il ne s'envole pas, il se scrashe, réduit en bouillie, kaputt qu'il est, l'Amour.

4.
Y a aussi dans Rimbaud le "gentilhomme d'une campagne aigre", qu'alors je courrai "la bruine des canaux par les champs". J'aurai un habit noir. On me prendra pour le fantôme d'un assassin.

5.
Un éléphant fantôme dans un magasin de porcelaine spectrale, la casse qu'ça doit faire, bris, bris, brisures, que les anges passants y laissent des plumes.

6.
Minuit ! L'heure de l'assassinat du réel par le songe au couteau de soie et de foudre au loin.

7.
La nuit dernière, j'ai rêvé d'un certain Mrol, que je ne connais ni d'eau ni des dents, mais avec lequel j'ai eu fort à faire. Je me demande psychanalytiquement de bazar, si je l'ai bien joué, Mrol, par ailleurs plutôt grondant comme bonhomme.

8.
Relevé chez Rimbaud cette susurration qui scie :"scepticisme atroce". De quoi faire grincer plus d'une porte d'église.

9.
Je vous en prie, hommes de foi, veuillez à ne plus laisser grincer les portes de vos églises; ça rappelle tant, tous ces grincements, l'ironie satanique.

10.
Expressions rimbaldiennes: "se dévouer à un trouble nouveau"; "être gentilhomme d'une campagne aigre"; "avoir le scepticisme atroce".

11.
Notre vie durant, nous ne cessons de nous "dévouer à des troubles nouveaux"; c'est le trouble, et non la paix, qui nous met en oeuvre.

12.
"Gentilhomme d'une campagne aigre", j'arpenterai mes sombres terres sous une pâleur de ciel. J'aurai un habit sombre. On me prendra pour le diable à la rencontre de l'abbé en chemin.

13.
Expressions rimbaldiennes : "avoir raison dans tous ses dédains"; "avoir tant de temps déjà"; "se retrouver deux sous de raison".

14.
L'essentiel, c'est de se débrouiller pour toujours "avoir raison dans tous ses dédains", avoir la mauvaise foi pour demeure et vademecum.

15.
Il est plaisant de se dire qu'on a "tant de temps déjà" parce que, justement, ça ne dure pas.

16.
Je me demande d'ailleurs si le temps est fait pour durer...

17.
Des fois, j'me gratte les fonds d'la caboche, en me disant qu'y a pas d'raison pour que je ne finisse pas par me "retrouver deux sous de raison", non ?

18.
J'aime bien l'expression "s'ennuyer à cent sous l'heure", ce qui nous fait tout de même, voyons, la minute d'ennui à 1 sou 66, non ?

19.
En écrivant cette suite de brefs, j'écoute le "Lil' Beethoven" des Sparks, épatant album avec des choeurs partout, de la vraie bonne musique contemporaine.

20.
"Avoir tant de temps" pour que "déjà" tout soit fini, rideau, dodo éternel, adieu, musique, adieu machin, machine et tout l'toutim.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 22 octobre 2014.