POUR LES ZOREILLES

1.
S'il y a quelqu'un qui me cherche, ça ne peut-être que moi.

2.
Ççççççççççççççççççççççççç
Ah tiens un collier d'oreilles !

3.
Çççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççç
Où sont-ce, vus de loin, les gros yeux globuleux des Residents ?

4.
Çççççççççççççççççççççççççççççççççççççç'est pas ça !
Vous êtes bêtes ! C'est un mille-pattes qui danse le cancan !

5.
Ççççççççççççççççççççççççççççççççççççça s'écoute
Ççççççççççççççççççççççççççççççççççççça s'écoute
Autobahahahahahahahahahahahahahahahahnhnhnhn
De Kraftwerk-werk-werk-werk et ççççççççççççççççça
N'a pas appris ssssssssssssssssssssssssssssssses
Leçççççççççççççççççççççççççççççççççççonçonçons

6.
Il n'y a jamais de quoi rire, c'est ça qu'est marrant.

7.
Si jamais givré fondu j'entends des voix, pourvu qu'elles chantent comme Patricia Petibon ou Ella Fitzgerald.

8.
"Ella, Ella es-tu là ?" demandèrent les jazzmen au oui-ja qui leur répondit par un de ces skats qui leur fit un effet boeuf.

9.
Forcément, nous sommes parmi tous ces gens; et tous ces gens sont parmi nous, forcément, fatalement, fichtrement, fichtrement, fichtrement, à l'infini...

10.
Je me mets régulièrement dehors; et je ne reviens dans mon corps que plein d'usage et de raison, jusqu'à la prochaine fois.

11.
J'suis plein d'seul; ça m'occupe, pendant que passent les cadavres.

12.
Si j'arrive à faire rire un croque-mort, pourquoi voulez-vous que je m'embête à faire rire un bon vivant ?

13.
J'écoute "Noise" du groupe Archive qu'on dirait du Lou Reed qu'aurait avalé un synthétiseur maniaco-dépressif.

14.
Je vous ai vue, mais vous ne m'avez pas vu, et j'ai pourtant de bons yeux.

15.
Quand la ville est envahie par la pluie, les parapluies font de la résistance pour préserver les jolies têtes, et les moins jolies aussi.

16.
C'est un monde ça ! Depuis que je suis dictateur, on m'a supprimé tout mon empire !

17.
J'aime tout de même bien les bidouilleries électro-acousmatiques de l'album "Lights" du groupe Archive.

18.
"Je parie que ce télégraphiste cambrioleur savait ça..." (John Dos Passos traduit par Maurice-Edgar Coindreau, "Manhattan-Transfer")

19.
Je me demande si les télégraphistes cambrioleurs de jadis donnaient vraiment du fil à retordre à la police.

20.
ÇçççççççççççççççççççÇççççççççççççççççççç
Oh ! Les zoreilles, j'en vois une qui dépasse là !

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 27 octobre 2014