27 octobre 2014

POUR LES ZOREILLES

POUR LES ZOREILLES 1.S'il y a quelqu'un qui me cherche, ça ne peut-être que moi. 2.ÇççççççççççççççççççççççççAh tiens un collier d'oreilles ! 3.ÇçççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççççOù sont-ce, vus de loin, les gros yeux globuleux des Residents ? 4.Çççççççççççççççççççççççççççççççççççççç'est pas ça !Vous êtes bêtes ! C'est un mille-pattes qui danse le cancan ! 5.Ççççççççççççççççççççççççççççççççççççça s'écouteÇçççççççççççççççççççççççççççççççççççça s'écouteAutobahahahahahahahahahahahahahahahahnhnhnhnDe Kraftwerk-werk-werk-werk... [Lire la suite]

27 octobre 2014

PEUPLÉ D'OMBRES INCOMPRÉHENSIBLES

PEUPLÉ D'OMBRES INCOMPRÉHENSIBLES 1.La frappe glacée d'une cloche lente... De bizarres lamentations... Timbales tombales, c'est toujours "The Festival of Death" des Residents. 2.Nous vivons prisonniers dans le ventre d'un chienTout le monde le sait mais personne ne dit rien"(Philippe Katerine, "Les grands restaurants", album "8ème ciel") 3.Dans une autre dimension, peut-être que Le Chat de Geluck dessine les aventures de L'Humain. 4.Il y a des gens, on dirait des ombres; elles se glissent partout. 5.Entendu à la radio, dans une... [Lire la suite]