DERRIERE LA VITRE L'OMBRE DU MINOTAURE

 

1.
Tous les 2 décembre, je rêve d'Austerlitz, mon Austerlitz.

 

2.
Ce n'est pas en mangeant sa cervelle que l'on devient plus malin.

 

3.
Un temps viendra où, de sa robe de soie, la poupée mécanique du merveilleux fera jaillir un poignard.

 

4.
"High Horses", féerique à manège de chevaux de bois hanté; magnifique album du groupe "The Residents".

 

5.
"Redonnez-leur ce qui n'est plus présent en eux..."
(René Char, "Redonnez-leur...")

 

6.
Rendre aux ombres ce qui s'est éteint, qui dans leur regard ne fait plus ni feu ni sens.

 

7.
"Ce qui n'est plus présent en eux", l'être même de toute présence.

 

8.
"du fond de mon âme" dit-on, comme si cet horizon sans points ni lignes, escalier sans marches, puits sans pelle, pouvait avoir quelque fond où prendre pied.

 

9.
"du fond de mon âme", voilà qui renvoie au funambule nouzigues, qui créons notre fil au fur et à mesure que nous interrogeons le vide.

 

10.
Pressentiment et soudaineté; le tonnerre précède et règle l'exécution de l'éclair; ainsi l'œil précède et règle l'apparition de l'être.

 

11.
"Soleil qui n'a que l'hiver pour devenir un astre"
(René Char, "Cur Secessisti")

 

12.
Le propre de l'être, n'avoir que l'hiver pour devenir un astre; pour être phénix, il faut savoir devenir cendre.

 

13.
Les prénoms, foule de phénix familiers qui jaillissent en fontaine de visages.

 

14.
Nous sommes à l'être ce que le soleil est à l'hiver; nous brûlons tout de même.

 

15.
"me considère comme le plus éloigné de mes sosies"
(René Char, "Envoûtement à la Renardière")

 

16.
Eloignés de nous-mêmes nos pommes, comme d'un pays natal que nous n'avons jamais connu.

 

17.
Nous laissons courir nos sosies invisibles; les fils cassés des songes nous y lient.

 

18.
L'encre, pieuvre visiteuse, les tentacules pleins de déchirures de réel dont nous nous faisons force et festin.

 

19.
Dans la syncope de l'éclair, le soudain de l'action, l'ombre du minotaure derrière la vitre.

 

20.
"Parfois, ce n'est pas l'arbre qui cache la forêt, mais le contraire..."
(Miss Marple dans une adaptation radiophonique par François Rivière de "La Plume empoisonnée", d'Agatha Christie)

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 7 décembre 2014.