BAH ÇA GIGOTE
Notes entre autres sur « Le Misanthrope » de Molière.

1.
Nous ne vivons pas dans un présent sans cesse recommencé ; nous vivons dans la prolongation du passé. Nous sommes à nous-mêmes nos propres échos.

2.
De savoir s'il y a dans la matière un truc qui gigote, ou si tout n'est qu'apparence de gigote… Ah bah, ça gigote… ça gigote…

3.
De savoir si tout est plein d'âmes, ou si tout n'est que théâtre, fantoches, mannequins, ballet d'ombres dans la conscience.

4.
Ballet d'ombres dans la conscience ; voilà qui me fait penser au personnage de ce film d'Alain Resnais, à sa conscience qui glisse dans le temps.

5.
Entre le quotidien et le théâtre, il est que nous ne pouvons jamais ôter nos masques.

6.
Des fois, on passe, on passe, et puis y a des bouts d'être qui traînent… certains en prennent un pour faire de l'ontologie, ou de la phénoménologie, ou de la métaphysique, ou de l'anthropométrie… d'autres, pour faire la conversation… certains pressent même le pas (on ne sait jamais) ; d'autres encore passent, ils passent et se disent qu'il fait un peu froid.

7.
Alceste est celui qui croit en « la raison, [son] bon droit, l'équité » (cf Molière, « Le Misanthrope », I,1, v.187) et qui ne prétend croire qu'en cela. Il veut surtout ignorer que raison, bon droit et équité n'existent que par convention.

8.
Philinte voit en l'humain le possible de tous les possibles. Aussi son « esprit (...) n'est pas plus offensé / De voir un homme fourbe, injuste, intéressé, / Que de voir des vautours affamés de carnage, / Des singes malfaisants et des loups pleins de rage. » (Molière, « Le Misanthrope », I,1, v.175-178)

9.
« Il faut fléchir au temps sans obstination »
(Molière, « Le Misanthrope », I,1, v.154)

Génie de l'âge classique qui choisit le mot « temps » plutôt que le mot « réel ». Certes, on peut croire que l'on peut infléchir le réel, mais jamais, jamais l'on ne peut infléchir le temps. Et Bonaparte de finir usé à Waterloo.

10.
Philinte conseille à Alceste de « garder le silence » (Molière, « Le Misanthrope », I,1, v.182). Autant demander à la foudre de ne pas tomber, et de lui dire : « Contre votre partie éclatez un peu moins » (Molière, « Le Misanthrope », I,1, v.183 [Philinte à Alceste])

11.
« PHILINTE
Vous voulez un grand mal à la nature humaine !

ALCESTE
Oui, j'ai conçu pour elle une effroyable haine. »
(Molière, « Le Misanthrope », I,1, v.113-114)

Comme il n'est pas plus de nature humaine à la lanterne de Diogène que de futur dans la boule de Madame Irma, la haine d'Alceste est sans objet.

12.
« technologie de pouvoir » : intéressant élément de langage entendu sur France Culture dans une intervention de Michel Foucault.

13.
Entendu dans le feuilleton Belphégor (le chef d’œuvre de 1965) :
«  - Vous savez, les dieux morts, c'est un peu comme les volcans éteints, ils peuvent se réveiller après plusieurs siècles de silence... »

14.
Mauvaise foi d'Alceste :

- « point de langage » (« Le Misanthrope »,I,3 v.442 [à Philinte])
- « Je ne querelle point » (« Le Misanthrope », II,1, v.457 [à Célimène])

« Point de langage » ; « Je ne querelle point », lui qui est verbe, foudre, querelle.

15.
Des fois, j'me dis que c'est pas seulement l'arbre qui cache la forêt, il y a aussi que la forêt, elle dissimulerait l'arbre, des fois, que ça m'étonnerait pas.

16.
Des fois, je me dis que l'Alceste, là, tout contemplant Célimène minaudante, il devait s'atrabiler, l'amoureux, que d'abord jeune et toute grâce, Célimène, pour finir pleine graisse.

17.
« Et tout le mal n'est pas si grand que vous le faites »
(Molière, « Le Misanthrope », V,1, v.1524 [Philinte])

Joli monosyllabique, à replacer dans une de ces conversations que je ne manque jamais d'avoir avec mes ombres.

18.
Alceste reconnaît que la raison n'est pas tout :

« Il est vrai, ma raison me le dit chaque jour ;
Mais la raison n'est pas ce qui règle l'amour. »
(Molière, « Le Misanthrope », I,1, v. 247-48)

C'est que, tout raisonneur et ombrageux qu'il soit, Alceste souffre de fascination amoureuse. C'est sans doute qu'il refuse d'admettre que la relation amoureuse n'est souvent pas autre chose qu'un nécessaire accommodement de la vie sociale. Et pourtant, Célimène l'aime.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 28 mars 2015.