Ô TROMPETTES WAH WAH

1.
Le rire est-il l'amusement de la mélancolie, sa plaisanterie, sa bonne blague, sa fine ruse ?

2.
Ce n'est pas l'humanité qui est attachante, c'est juste quelques personnes, et encore, pas longtemps…

3.
«  Je trouve toujours le temps très long entre le thé et le dîner... »
(Agatha Christie traduit par Louis Postif, « Un Cadavre dans la bibliothèque », [Pierre], Club des masques 38, p.109)

« Je trouve toujours le temps très long entre le thé et le dîner » soupira le spectre de la soupière.

4.
« Je ne suis que servante : et qu'est-il que valet ?
Si son visage est beau, le mien n'est pas trop laid :
Il se dit riche et noble, et cela me fait rire ;
Si loin de son pays, qui n'en peut autant dire ?
Qu'il le soit : nous verrons ce soir, si je le tiens,
Danser sous le cotret sa noblesse et ses biens. »
(Corneille, « L'illusion comique » II, 9 [Lyse])

Et viva la revolucion

5.
En français classique, « danser sous le cotret » signifie recevoir des coups de bâton. Aujourd'hui, un politique, par exemple, peut recevoir « une volée de bois vert », c'est-à-dire subir un assaut de critiques, ça ne lui fera pas mal au dos, bien que cela puisse lui compliquer l'existence, voire lui pourrir la vie.

6.
Pourquoi le fait que Dieu ait créé la nature impliquerait qu'il puisse la détruire ? Il se peut aussi que la nature soit un long phénomène d'autodestruction. La nature serait-elle la dépression de Dieu ?


7.
« Job répondit à l'Eternel :
Je reconnais que tu peux tout,
Et qu'aucune réflexion n'est inaccessible pour toi. »
(Job 42, 1-2, La Sainte Bible, Société Biblique Française, 1978)

8.
Si ça se trouve, ce qu'il y a entre Dieu et le diable, c'est une interminable querelle de linguistes.

9.
Au début de la Genèse, la Terre est « informe et vide » : Qu'est-ce donc que cet étant qui n'a ni forme, ni contenu ?

10.
Trous noirs : ô trompettes wah-wah d'un New Orleans cosmique !

11.
« Son œil désormais ne me tourmenterait plus. »
(Edgar Poe traduit par Baudelaire, « Le coeur révélateur »)

« Son œil désormais ne me tourmenterait plus » dit l'aveugle venant d'assassiner le borgne.

12.
« Et tes yeux attirants comme ceux d'un portrait »
(Baudelaire, « L'amour du mensonge »)

13.
L'art est dangereux, il est plein d'yeux attirants qui font écho à l’œil de celui qui les zieute, qui s'en fascine, qui s'en tourmente.

14.
« Nous jurons fidélité éternelle à nos horloges et à nos choux. »
(Edgar Poe traduit par Baudelaire, « Le diable dans le beffroi », décision du conseil de Vondervotteimittiss)

15.
Alors, Scherzo leva le point d'exclamation de son sceptre, et proclama, citant Edgar Poe et donc Baudelaire :
- « Nous jurons fidélité éternelle à nos horloges et à nos choux. »

16.
Il était tellement ébouriffé qu'on aurait dit qu'il s'était coiffé avec la guitare à Jimi Hendrix.

17.
L'humain, ce joueur dangereux d'une partie dont il ne connaît pas les règles.

18.
Quant au ver Zaza, il fréquente l'univers, en attendant peut-être qu'on le traverse.

19.
Parfois, j'ai envie de vieilles chansons de France, comme on boirait à une fontaine oubliée.

20.
Ecoutant du Offenbach, je m'interroge : Le baron de Calembour mange-t-il des carambars en écoutant des barcarolles ? La marquise du Contrepet suce-t-elle des allitérations en sorbet ?

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 24 août 2015.