NON MAIS L'ORAGE LES FAIT PARLER

1.
Ayant compris que le mythe de « l'honnête homme » est aussi illusoire que celui du « bon sauvage », la civilisation se lance à la poursuite de « l'homme moral », qu'elle confond avec le « politiquement correct ».

2.
Parfois, j'entends un imbécile parler d'autres imbéciles et ils appellent cela l'Histoire.

3.
Il a remis sa langue dans la poche, la tête sur ses épaules et le plomb dans sa cervelle, puis il est parti travailler.

4.
Je me demande si les mots « que foudre me poudroie » signifient que la foudre peut me réduire en cendres.

5.
Cogitants donc nous sommes et allons sans aucune autre raison que celle qui nous agite le bocal.

6.
« Non, mais l'orage les fait parler ; ils radotent toujours les mêmes choses. »
(Agatha Christie, « L'auberge du fou aux clochettes » [« Une belle fille grande et brune »])

7.
« Car de ce que Dieu n'est point trompeur, il suit nécessairement que je ne suis point en cela trompé. »
(Descartes, « Méditation sixième »)

8.
« De ce que Dieu n'est point
trompeur » il est qu'ça ment
pas le réel la comprenette i
nous la promène la salade la
balade d'un infini l'autre i
nous confond i nous berlue i
chagrine & nous fait prendre
vessies pour des lanternes i
les remet les points sur les
i et cadavres dans les trous
mais sans mentir mythonner i
connaît pas le réel qu'c'est
nos pommes qui racontons des
menteries que le réel certes
ne ment point ce qui ne veut
absolument pas dire qu'c'est
la vérité tout ce qu'on voit
mesure délibère & équationne
non ce n'est jamais que mode
d'être modus vivendi afin de
nous accommoder avec tout ça
qui nous échappe comme ombre
dans la nuit et d'infiniment
nous domestiquer l'absurde &
nous légitimer dans l'être &
y persister et durer et nous
arranger avec ça de pas plus
vrai que faux ça de pas plus
dieu que diable ça où ils se
circulent le squelette ceux-
là que nous appelons nous ça
sans aucune autre raison que
celle que la langue agite.

9.
Quand elle dit que « l'orage
les fait parler » est-ce des
spectres qu'elle parle & qui
s'agiteraient dans l'être du
coup (de tonnerre) est-ce du
fantôme qui soliloquerait là
au milieu de nous qui allons
à travers lui comme on passe
à travers la lumière et quoi
donc qu'ils racontent & quoi
donc qu'ils évoquent ceusses
qui sont sans exister & quoi
que ça murmure flot d'ombres
qui envahit les murs noircit
les miroirs et les hante les
esprits comme si nos citrons
étaient leurs maisons est-ce
de nos solitudes qu'ça cause
tout ce horla ou est-ce leur
mémoire qu'ils remuent leurs
vieux coups d'foudre & coups
d'éclat & coups de théâtre &
coups d'couteaux dans l'dos.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 8 janvier 2016.