OH A PRESENT ÇA VA PAS MIEUX

 

1.

« DAC : (…) Allez… donnez le signal et embarquez tout le monde. Prenez des pelles, ça ira plus vite ! »

(Pierre Dac et Francis Blanche : «  Les fumeries clandestines de jambon »)

 

Et embarquez tout le monde prenez

des pelles ça ira plus vite ah ça

quand on convoie d'l'ossement sûr

qu'les pelles c'est ce qui va l'm

 

2.
« à quelque monstrueux insecte, et la vingtaine de pièces »

(Claude Simon, « Les Géorgiques »)

 

A quelque monstrueux insecte la

vingtaine de pièces investie du

tortillement de la bestiole aux

mille pattes carapace luisante.

 

3.

« Oh ! à présent ça va pas mieux !… pas beaucoup mieux... »

(Céline, « D'un château l'autre »)

 

Oh ! À résent ça va as mieux que

c'est as ossible ça r'gardez moi

ça je suis obligé de courir arès

Viens ici nom d'un p d'travers !

 

4.

Des fois Zut, vieille qu'elle se sent, et plus vieux encore le monde, un croulant, le monde, qu'elle se dit en se décomposant.

 

5.

« Un truc auquel j'ai pensé souvent, c'est que peut-être dans le passé, il y a eu une fille formidable »

(Patrick Cauvin, « E=mc2 mon amour » [le narrateur])

 

Peut-être dans le passé il y a

une fille formidable à l'temps

remonter la machine y en a pas

reste écrire qui l'passe aussi

 

D'ici un siècle peut-être deux

j'aurai de ses nouvelles à mon

avis ce s'rait étonnant que je

puisse vraiment m'y intéresser

 

6.

Ce que j'aime chez Rimbaud c'est

l'énigme « Madame se tient trop

debout dans la prairie/prochaine »

de qui parle-t-il ? Il ne le dit

 

pas et s'il décrivait des images

sans préciser d'où elles sortent

peintures gravures des vignettes

des illustrations caricatures ou

 

peut-être de simples croquis vus

dans quelque atelier ou panneaux

peints décors de théâtre ou peut

 

-être de ces images qui sous les

paupières se glissent tandis que

vous vous endormez Ce que j'aime

 

7.

chez Rimbaud c'est la trouvaille

« Lui, comme/mille anges blancs

qui se séparent sur la route,/

s'éloigne par-delà la montagne »

dessin animé bonhomme s'divisant

en mille filant partout nuage de

poussière qu'un hypervéloce bip-

bip à bec laisse sur la piste...

 

8.

« Ils avaient trouvé un cercueil. D'un coup de pioche, ils firent »

(Maupassant, « La Main d'écorché »)

 

« Ils avaient trouvé un cercueil.

D'un coup de pioche, ils firent »

Que trouvèrent-ils ? Un squelette

Sans doute Il leur tira la langue

 

9.

« traumatisée par les conséquences de l'unique nomination »

(Jeanne-Favret-Saada, « Les mots, la mort, les sorts »)

 

« traumatisée par les conséquences

de l'unique nomination» Impossible

désormais de jouer aux échecs avec

les autres dieux il n'y en avait +

qu'un pour décider de nos défaites

 

10.

« à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens »

(Rimbaud)

 

« à l'inconnu par le dérèglement

de tous les sens » & c'est comme

ça qu'on finit au cabanon bancal

& plein d'lune s'tête à l'envers

 

11.

« des histoires, tant pis. N'ayez pas peur des histoires. Je »

(Jean Echenoz, « Cherokee »)

 

des histoires tant pis N'ayez pas peur

des histoires il en est tissé le monde

des histoires pis souvent de fil blanc

& qu'ça court les rues sur deux pattes

 

12.

« on distinguait au loin, fondues, la mer et la côte plate »

(Jean Echenoz, « Cherokee »)

 

« on distinguait au loin, fondues,

la mer et la côte plate » ciel bas

nuages noués coton sable pâle dans

la caboche comme un air de violon. 

 

13.

« d'entrer dans la boutique pour essayer le crapaud. Dans »

(Jean Echenoz, « Cherokee »)

 

d'entrer dans la boutique pour

essayer le crapaud y jouer une

fantaisie dévaler le clavier &

tenter le nocturne ou la valse

 

14.

« eux dans une pesante résonance de gong. Ils se mirent »

(Jean Echenoz, « Cherokee »)

 

Eux dans une pesante résonance de gong

Ils se mirent en route vers le tombeau

hindou traversant les petites cases de

la jungle vers la promesse à suivre…

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 22 janvier 2016