KSÉ COMME UN SINGE L'HOMME TSAIS

1.
Défois on san pis défois on manj du fromaj kilya kelkchoz dan l'jenr infini làddans & pas seuleman dan les trous à gruyère & qu'on tressaïl.

2.
Qu'on dit alor com si on s'apelai Michaux « Moi – ça - tremble » que le réel l'arrête pas de trembler qu'on l'voit même pas qui parkinsonne.

3.
Qu'on grouye d'bous d'mondes paralèle qu'on est là avec nos ptits mickeys nous traversant come le tems traverse le tems même kil existe pas.

4.
Que dans les rues de chaipaoù les longues rues de chaipaoù y a une drôle de qui s'enfuit en criant qu'elle est dans les ombres.

5.
« Pensées à la nage merveilleuse,
qui glissez en nous, entre nous, loin de nous »
(Henri Michaux, « Pensées »)

Des fois qu'on a dans la caboche toute une nagerie merveilleuse de songeuses oh des pensées qu'on sait pas d'où la féerie.

6.
Des fois qu'on a dans la peau une fantôme qu'on tombe amoureux d'une vivante mais en vrai c'est la fantôme qu'on aime.

7.
Qu'on est plein d'chair & d'os qu'on a le squelette causant pis qu'on croit ksé nous ksé comme un singe le spectre de la grenouille.

8.
Qu'on lit des albums où la lune s'ouvre comme un abricot même qu'il en sort des légions d'araignées qui nous viennent grignoter le cerveau.

9.
On est plein « d'étrangères en nos maisons » (i dit Michaux) ce son les Pensées eles parle des langues étrangères qu'on pran por d'la raison.

10.
Ça s'robotiz ça s'algorythme ça s'technocratiz kon passe dans l'déréel kon en cause dan les journaux des automates de nos pommes spectres.

11.
Nous passons dans les longs couloirs avec nos villes fantômes ; alors les yeux des machines nous observent et analysent.

12.
Parfois, on regarde les gens dans les films comme s'ils n'avaient pas fini d'exister.

13.
Comme il ne sentait plus le trottoir, il s'enfonça, s'enfonça, ne fit plus que s'enfoncer. Il fallut le déminer.

14.
Parfois on laisse dieu aux chiens. Mais les chiens n'y croient pas. Ils traversent dieu en reniflant et vont lever la patte sur un pommier.

15.
Que les fourmis dévorent les murs, c'est plutôt rare. Elles préfèrent engloutir les éléphants. D'ailleurs, les murs n'ont pas de trompe.

16.
Mieux vaut ne pas trop se pencher sur soi, on risquerait de glisser dans l'gouffre. Et vaut mieux pas tenter le diable des autres non plus.

17.
« un fromage lent, jaune, à pas de chevaux de catafalque, circulait en lui-même comme un pied du monde. »
(Henri Michaux, « La vision de Plume »)

Circuler en soi-même, c'est à coup sûr mourir noyé dans son propre sang, et puis si l'on se sait « pied du monde » autant aller unijamber ailleurs.

Si l'on est fromage, à « circuler en soi-même » vaut mieux pas qu'on soye gruyère, qu'on tomb'rait dans les trous.

18.
Quand nous allons dans le monde, nous emportons nos phrases avec nous. On appelle cela « avoir de la conversation ».

19.
Avant que ça se manifeste, un grand silence... Le hasard fait taire fanfares et fanfarons ; alors on entend le fantôme de l'ange qui passe.

20.
Parfois, afin d'éviter d'autres anachronismes, il faut épousseter les horloges des spectres qui s'accrochent à l'illusion du temps.

21.
Depuis le temps qu'on traverse des temps troublés, quand il fera plus clair, à mon avis, on sera plus qu'aveugle.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 17 septembre 2016.