PARODIE CERTES MAIS AVEC UN PEU D'HISTOIRE QUAND MÊME

 

LES MARMITONS BLANCS

(parodie culinaire de l'excellent « Chant des partisans blancs ». « Les Partisans blancs », j'ai eu l'honneur de l'apprendre à Berlin à une époque heureusement révolue où les « rouges » faisaient régner sur la moitié de l'Europe un ordre communiste imbécile, inefficace et menaçant).

 

Dans la soif et la famine

Par les creux et par les champs

A l'appel de la cuisine

Marchaient les marmitons blancs

A l'appel de la cuisine

Marchaient les marmitons blancs.

 

Pourchassant l'aile ou la cuisse

Et préparant du gouleyant

Dans leurs fringales épiques

Ils bouffaient du boudin blanc

Dans leurs fringales épiques

Ils bouffaient du boudin blanc.

 

C'est pour la Sainte Pépie

Pour la soupe à l'oignon

Pour le lard et le céleri

Que touillaient ces bataillons

Pour le lard et le céleri

Que touillaient ces bataillons.

 

Votre table est immortelle

Cuisiniers et sauciers blancs

Et qu'ma soif soit éternelle

Si j'bois pas un bon coup d'blanc

Et qu'ma soif soit éternelle

Si j'bois pas un bon coup d'blanc.

 

Version originale :

 

« Dans la faim et la famine

Par les villes et par les champs

A l'appel de Dénikine

Marchaient les partisans blancs

A l'appel de Dénikine

Marchaient les partisans blancs.

 

Pourchassant les bolchéviques

Et ralliant les Alamans

Dans leurs campagnes épiques

Ils traquaient Trotsky tremblant

Dans leurs campagnes épiques

Ils traquaient Trotsky tremblant.

 

C'est pour la Sainte Russie

Pour la Grande Réunion

Pour le tsar et la patrie

Que luttaient ces bataillons

Pour le tsar et la patrie

Que luttaient ces bataillons.

 

Votre gloire est immortelle

Volontaires et officiers blancs

Et votre agonie cruelle

La honte de l'occident

Et votre agonie cruelle

La honte de l'occident. »

 

Notes :

1) A Berlin, nous ne chantions pas « Et ralliant les atamans » (comprendre « Cosaques », le mot « ataman » désignant un chef cosaque) mais l'allusif « Alamans », de l'ancien nom générique des tribus germaines situées sur la rive droite du Rhin.

2) De même le vers « Pour la vieille tradition » était remplacé par « Pour la Grande Réunion », c'est-à-dire la « Réunification » de l'Allemagne alors coupée en deux.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 18 septembre 2016