DONC JO I S'PROMENE

1.
« Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent,
La rumeur du jour vif se disperse et s'enfuit »
(Anna de Noailles)

Il fera longtemps que des fois on fait longtemps qu'on est très occupé à machiner le réel lequel nous use comme d'un outil.

« Il fera longtemps clair » ça veut dire que la nuit prend son temps pour tomber que l'été la nuit elle a des horaires de travail décalés.

« les jours allongent » ça veut dire qu'on a plus de temps encore pour faire ce qu'on a à mais que des fois on s'ennuie ah la la quand même.

Et puis la nuit au moins on peut dormir que le jour y a plein d'autres qui vous en empêchent ah les énervés !

« La rumeur du jour » c'est tout ce que le jour raconte dans toutes les langues des choses et des êtres qui y passent plus ou moins mobiles.

D'ailleurs l'auteur précise que le jour est « vif » même quand on a d'la mort dans l'âme on sent qu'le jour est vif genre tranchant sec.

Mais quand même que le jour s'allonge avec le soir qui vient la rumeur du jour elle finit par se calmer qu'elle murmure et cause toute seule.

2.
« La poussière, qu'un peu de brise soulevait,
Quittant l'arbre mouvant et las qu'elle revêt »
(Anna de Noailles)

Les arbres sont mouvants doucement le soir comme s'ils berçaient les fantômes qui logent dans leurs branches.

3.
Le mot songe rime bien avec la forme plonge qu'on en vient vite à songer qu'c'est en plongeant dans l'océan des songes que nous allons rêver.

4.
Parfois qu'au même instant, saisi d'un doute, on se met à penser que c'est jamais comme ça que se passe qu'on est voué au pas tout à fait.

5.
« Si j'ai parlé
De mon amour, c'est à l'eau lente »
(Henri de Régnier)

Y en a i racontent leurs amours à « l'eau lente » qu'elle doit se dire ah si j'avais des jambes comme un fleuve que je fuirais ce fâcheux.

6.
« La pensée d'un homme est avant tout sa nostalgie. »
(Albert Camus, « Le Mythe de Sisyphe »)

Qu'on croit qu'on pense le futur mais qu'il est déjà tout contaminé d'not' passé le futur qu'on l'voit s'gondoler mirage dans la tête.

7.
« Personne ne nous regarde. C'est le moment de nous retirer discrètement. »
(Agatha Christie traduit par Françoise Bouillot, « Le Crime du Golf » [Poirot])

Parfois ils croient qu'on voit pas qu'ils se retirent discrètement dans les choses les fantômes là dans notre dos.

8.
Camus dit que l'idée que tout finira en poussière « réduit nos agitations à la noblesse profonde qu'on trouve dans l'indifférence. »

J'aime bien l'expression « noblesse profonde qu'on trouve dans l'indifférence » que des fois on s'engage camarade qu'on fait pire que mieux.

Qu'le temps, c'est un moulin qui moud tout et vous fait farine à néant, poussière dans le vent.

9.
Des fois y en a i méritent ce qui ne leur arrive pas.

10.
Donc Jo i s'promène, soudain il a l'impression d'être suivi par un arbre il se retourne brusquement pis i dit et en plus ils sont plusieurs.

Des fois Jo il a plus sa tête a lui qu'il court partou après pour pas qu'elle se perde mes ele se perd qanmem qu'il revient avec ses jambes.

Quand on sort dehors vaut mieux avoir sa tete a lui (ou a ele si on est une fille) sinon les autres têtes peuvent pas nous reconnaître.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 octobre 2016.