Note préalable : Par respect pour le droit d'auteur et à l'exception de quelques citations, le questionnaire ci-dessous ne reprend pas le texte de la traduction de Jacques Papy. Cependant, avant chaque série de questions, le lecteur trouvera les premiers et les derniers mots du passage étudié (cf aussi l'indication de la « Source » ci-dessous).

 

1ère BAC PRO : Du côté de l’imaginaire

 

QUESTIONNAIRE SUR UN PASSAGE DE « DE L'AUTRE CÔTÉ DU MIROIR» DE LEWIS CARROLL

 

Problématique : En quoi les mots participent-ils à la structure de notre imaginaire ?

 

Source :

Lewis Carroll traduit par Jacques Papy : Extrait de « De l’autre côté du miroir » (Folio classique n°2657, pp 274-278)

 

Texte : de « - Quand moi, j'emploie un mot » à « un point c'est tout. »

 

Questions (répondez sous forme de phrase complète)

 

1) « - La question est de savoir si vous pouvez obliger les mots à vouloir dire des choses différentes. » (traduction de Jacques Papy)

En quoi cette remarque d’Alice peut-elle sembler étrange ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

2) Selon Alice, « la question est de savoir si » :

- un mot peut avoir plusieurs sens.

- on peut obliger les mots à vouloir dire autre chose que ce qu’ils veulent habituellement dire.

- on peut obliger les mots à ne rien vouloir dire.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Texte : de « Alice fut beaucoup trop déconcertée » à « Impénétrabilité ! Voilà ce que je dis moi ! »

 

Questions (répondez sous forme de phrases complètes)

 

3) L’adjectif « orgueilleux » signifie :

- opinion exagérée qu’on a de sa valeur personnelle.

- que l’on aime l’or par-dessus tout.

- que l’on se moque de tout.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

4) Pourquoi, à votre avis, le Gros Coco affirme-t-il que les verbes sont les « plus orgueilleux » ; n’hésitez pas à proposer une réponse originale, le texte ne répondant pas lui-même à la question.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

5) Que pensez-vous de l’affirmation « je m’arrange pour les dresser tous tant qu’ils sont, moi ! » ? Que révèle-t-elle du caractère du Gros Coco ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Texte : de « - Voudriez-vous m'apprendre » à « c'est pourquoi je suis incapable de vous l'apprendre . »

 

Questions (répondez sous forme de phrases complètes)

 

6) Comment le Gros Coco se sert-il du mot « impénétrabilité » ? Pourquoi à votre avis ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

7) En français, l’expression « se payer de mots » signifie :

- interrompre quelqu’un, couper la parole à quelqu’un.

- être naïf et croire aux beaux discours que l’on nous fait ; tenir soi-même de beaux discours qui n’engagent à rien.

- acheter un livre.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

8) « - C’est vraiment beaucoup de choses que vous faites dire à un seul mot », fit observer Alice d’un ton pensif.

«  Quand je fais beaucoup travailler un mot, comme cette fois-ci, déclara le Gros Coco, je le paie toujours beaucoup plus. »

(traduction de Jacques Papy)

 

A votre avis, en quoi la réponse du Gros Coco à l’observation d’Alice est-elle un détournement de l’expression « se payer de mots » ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

9) A quoi le Gros Coco compare-t-il les mots :

- à de petits êtres qui se nourrissent de fromage ?

- à des ouvriers touchant une paye hebdomadaire ?

- à de petits animaux bruyants ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

10) La remarque « c’est pourquoi je suis incapable de vous l’apprendre » est :

- un proverbe.

- une note en bas de page.

- une intervention de l’auteur.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Texte : de « Vous avez l'air d'être très habile » à « je crois que tu seras très satisfaite. »

 

Questions (répondez sous forme de phrases complètes)

 

11) « Il était grilheure ; les slictueux toves

Gyraient sur l’alloinde et vriblaient ;

Tout flivoreux allaient les borogoves ;

Les verchons fourgus bourniflaient. »

(Adaptation par Jacques Papy des vers du poème « Jabberwocky » cités par Alice)

 

En vous aidant des explications du Gros Coco, proposez en prose ou en vers une traduction en français courant de l’extrait du poème cité par Alice.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

12) Le commentaire du poème que le Gros Coco fait à la demande d’Alice nous apprend :

- que jamais aucun mot n’a de sens.

- que l’on peut jouer avec les mots.

- que le langage permet de décrire le monde réel et d’inventer des mondes imaginaires.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

13) Quand on dit : « j’ai quelque chose en tête » cela veut dire :

- que l’on pense à quelque chose.

- que l’on a quelque chose qui nous est entré dans la tête (par les oreilles par exemple).

- qu’on ne sait pas ce qu’on dit.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

14) Selon vous, le mot « arbre » est un signe unifiant :

- une forme sonore (le signifiant « arbre ») et l’idée (le signifié) d’ « arbre ».

- un nom (le nom « arbre ») et une chose qui est un « arbre ».

- une forme sonore et une idée qui n’a pas de sens.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

15) Selon vous, le mot « borogove » est un signe unifiant :

- une forme sonore (le son « borogove ») et l’idée (le concept) de « borogove».

- un nom (le nom « borogove ») et une chose qui est un « borogove».

- une forme sonore et une idée qui n’a pas de sens.

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

16) Selon vous, le mot « chwallaboucte » est un signe unifiant :

- une forme sonore (le son « chwallaboucte ») et l’idée (le concept) de « chwallaboucte ».

- un nom (le nom « chwallaboucte ») et une chose qui est un « chwallaboucte ».

- une forme sonore et une idée qui n’a pas de sens.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

17) En conclusion, nous pouvons dire :

- que les humains décident du sens de formes sonores que l’on appelle « mots ».

- que, grâce au langage, les humains peuvent structurer aussi bien la réalité que leur imaginaire.

- que les mots font ce qu’ils veulent et nous font dire n’importe quoi.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 3 janvier 2017.