QUELQUE PART DANS LA LANGUE

 

1.

Non je n'aime guère mes contemporains et je n'aime guère ceux qui vinrent et je ne regarde ceux qui arrivent que d'un œil méfiant ; ne suis rien qui vaille que le peu de mes brefs ; pas sympathique non, et pas vraiment gentil et pas vraiment méchant ; je me hausse les épaules quoi.

 

2.

Ah c'est embêtant, à chaque fois que je mange des pommes cuites, je rêve de pommier foudroyé.

 

3.

Le passé, c'est une collection de présents qu'invente l'historien, lequel est une invention de la grammaire.

 

Avec cet aspirateur à présents qu'on appelle l'oubli on en met des trucs sous l'tapis du passé lequel s'épaissit s'épaissit comme un mystère.

 

4.

Mourir un peu, non, c'est déjà de trop, mais je reprendrais bien un peu de cette chaude, de cette bonne vie là.

 

5.

Quand elle sera toute mourute

Et sous la terre toute pourrite

Je dirai ah comme nous nous plûtes

Et que le temps nous dépite…

 

6.

Qu'un poème soit trop long, il ne le faut point, dit Zut en tirant sur son bref.

 

7.

La lune des fois elle est si blanche qu'on dirait le visage de ma belle-sœur le jour où ça ne vous regarde pas.

 

La lune st'une crêpe même qu'en Picardie des fois elle est toute ficelée de brumes.

 

8.

Les rails c'est squ'on a dans la tête qu'on est sur la bonne voie on nous dit mais des fois on déraille quand même.

 

Les rails ça mène les gens vers une autre vie qu'après ils reviennent à leur vie pareille.

 

9.

Les miroirs quand on s'y r'garde dedans, des fois on s'y reconnaît.

 

Les miroirs quand on s'y r'garde dedans, des fois on reconnaît quelqu'un ; des fois c'est soi-même, des fois non.

 

D'ailleurs, lui-là qu'est pas là, il n'a pas de miroir chez lui, vous savez, il aurait trop peur d'y apparaître.

 

J'ai connu quelqu'un, son miroir, il l'appelait son Belphégor ; une autre c'était « miroir, mon beau miroir ».

 

Celui-là qui appelait son miroir son Belphégor, on dit qu'il abusait des romans populaires, mais il a tout de même fini par disparaître.

 

Celle-là qui appelait son miroir « miroir, mon beau miroir », elle a été bien compromise savez, dans une affaire de pomme empoisonnée.

 

10.

- « J'ai connu un oiseau du même genre, ah c'était un drôle de bonhomme ! » dit le corbeau à la chouette.

 

Les oiseaux jadis jactaient latin dans les poésies ; c'est parce qu'on y pigeait rien. Ceci dit i jactent toujours étrange les zoziaux.

 

Ô zolis zoziaux du zézaiement ô oiseaux zêtes zaussi du jadis du jadis chantant du jadis au jardin où vous rappelez des chansons.

 

Ô oiseaux zêtes jadis à jactance de pie Margot et rossignolets jolis, c'est en fontaine de trilles que du latin jaillissait de vos becs.

 

Ô oiseaux du jadis vous siffliez dans les poésies un latin plus joyeux joli que celui qu'à leurs ouailles administraient les prêtres austères.

 

Les oiseaux, ça vole haut ; faut s'y connaître, sinon on risque bien d'tirer sur la douane volante.

 

11.

L'imprimerie ça va si vite que les livres, on les a pas tous dans la tête, déjà qu'il y en a beaucoup i s'dissolvent dans la matière grise.

 

12.

Un couteau est fait pour couper dans le réel, - ôtez en la lame puis le manche, et c'est plus un couteau, mais un aphorisme.

 

13.

Le réel, ça sert beaucoup à nous repérer au milieu d'tout ça qu'on imagine.

 

14.

La vérité, c'est ce qu'on finit parfois par trouver après avoir questionné pas mal de mensonges.

 

15.

« - Oh grand mur, comme vous avez de grandes oreilles ! » fit le Petit Chaperon Rouge après avoir fumé toute la galette.

 

16.

Parfois ma tête me dit : « Cela me gêne que l'on puisse nous voir ensemble ». Alors nous nous séparons et je n'ai plus ma tête à moi.

 

17.

Pierre se jeta dans une remarque sur l'heure qu'était donc ce qui fulmina Marina dont l’œil lança force électricités noires kil'frappirent.

 

Je sais pas pourquoi Marina fulmina ; sans doute que la belle voulut rester un peu plus longtemps dans un chaipazoù oùsqu'ele s'amuseau.

 

Oùsqu'elle s'amuseau à s'secouer les puces et le reste sur un air électrotototonic et répépétititif à flanquer un mal de tête à un bœuf.

 

« électrotototonic et répépétititif » : cha ch'est dur, ch'est chaud, ch'est chaud à prononcher cha.

 

Pierre, après avoir été frappi des euils zélectriques à Marina fulmina, se relevi tout tourni d'la tête et alla s'faire moine.

 

Comme Pierre s'était moiné, Marina fut conséquemment célibatée ; ce qui n'empêcha nullement Napoléon de mourir à Sainte-Hélène.

 

Des fois je narrate, ça dure jamais longtemps, c'est juste des bouts de scènes dont la queue et le leu traînent quelque part dans la langue.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 28 janvier 2017.