LA BANDE DE JEUNES CONTRE LE VEILLEUR OCULAIRE

(Fiction sociétale et soyons honnête assez bâclée)

 

« Mieux vaut entendre ça que d'être sourd » dit le muet, qui n'y voyait rien, à cause de la brume.

(Eugène Suie, « Le Mystère de l'apache parapluie »)

 

C'est l'histoire d'une bande de jeunes qui faisait rien que des bêtises genre voler missels, missiles, vermicelles et vermisseaux.

 

Ah ceux-là on ne les aurait pas laissés seuls dans un couloir des fois qu'ils l'auraient volé pour le revendre à un courant d'air.

 

Esthètes turbulents ils eurent leurs périodes comme la période s/m où ils ne volèrent que saumons et serments sermons salmonelles et ciment.

 

Y eut aussi la période vélos volés valises et têtes de veaux, la période vaisselles et vaisseaux, la période rolling stones et riens à cirer

 

Cé vilains rendirent l'homme invisible san manche le couteau san lame non plu san cheveu la tête à Mathieu et san dent la mâchoire à Jean.

 

C'été vraiman des si affreux que la société leur colla un œil pour les surveillé tout le tant. I pouvé plus rien fer sans que l’œil le sue.

 

L’œil que la société colla aux jeunes malfras en plus il eut droi à la majuscule c'est vous dire s'il fut singulier l'Œil télépathe touça.

 

Alors ils été tout embêtés de l’Œil surveilleur i pouvaient plus rien fer même quan ils étaient avec leur copine dan leur chambre et touça.

 

Come y en avait un qui savé des choses i dit ça me rappelle 1984 mes les autres disent cé du passé n'en parlons plus et du coup il la closa.

 

Com l’Œil les surveillait i décidirent (c'est-à-dire qu'ils se dirent ce qu'ils décidaient) de le crever l'Œil comme on cref un apcé.

 

Mes pour crever l’Œil sociétal qui était dans une matière aussi étrange et inconnue que le parfum de la Dame en noir qu'on dirait chaipas.

 

Pour crever l'Œil sociétal tout en bizarre matière fallait un drôle de surin ou une poutre gigantesque peut-être et ils se questionnurent.

 

Car l’Œil était fait en hypnose dédiée que dès qu'un gusse voulut s'en approcher aussitôt il le fascina d'une chanson télépathique.

 

Quan y en avé un de télépati par la chanson de l'Œil il bizarrait ferme quelques temps ne passant ses journées qu'à écouter des chanteuses.

 

Alors çuilà qui savait des choses dit qu'eux i devaient chanter des chansons plus fortes que celes de l’Œil chantant à lèvres muettes.

 

Car l’Œil, tout en hypnose et télépathie, savait tout ce que pensée les affreux que déjà il en connaissait beaucoup des chansons dédiées.

 

Je dis « chansons dédiées » car cé la mode maintenan de dédier à tour de langue y a des verres dédiés des vins dédiés et des gueules dédiées.

 

Mais pour composer des chansons plus fortes fallait être aussi fort que la moutarde, celle là qui des fois vous monte au nez.

 

Après avoir essayi i s'rendirent qu'il leur falot trouvé un maître compositeur car les maîtres compositeurs dici travaillé tous pour l'Œil .

 

Ceux qui travaillaient pour l'Œil on les reconnaiçait à leur combinaison en composite dédiée avec un œil dessiné dessus.

 

Plus le grade était élevé, plus les sourcils étaient dessinés épais ; pour les combinaisons des madames, l’œil s'ornait d'élégants faux-cils.

 

Heureuseman ils trouvère un tuyau dans l'oreille d'un mystérieux inconu qui en avait râle de travailler à l'Œil (et pourtan il était payé).

 

Le mystérieux inconnu personne ne le connaissait cé pourça qu'il était inconu et mystérieux à cause de sa façon de manger les moules-frites.

 

Il était mystérieux l'inconu par exemple il mangeait de la compote de pommes avec son boudin noir c'était bizarre come du Nor de lon tans.

 

Le jour où il mangea des chicons, des boulettes-carottes-pommes de terre pour finir par d'la tarte au riz, nul ne douta : il était d'ailleurs.

 

Le mystérieux inconnu personne ne le connaissait mais il leur révéla qu'un maître compositeur s'était enfui loin là au-delà de la Zone.

 

Le mot « Zone » ça la troublia la bande de jeunes à cause des terribles zonars qu'on dit qu'ils travaillaient pour l'Oeil avec des couteaux.

 

Alors le chef de la bande de jeunes c'été un jeune lui ossi mes com il été chef il avait l'air moins jeune mais pas beaucoup plus quanmêmun.

 

Alors le chef de la bande dit aux zotres qu'ils devaient s'entraîner à massacrer du surin oui mes coman fer à cause de l’œil surveilleur là.

 

Je sais pas coman ils ont fai pour s'entraîner à massacrer du surin à cause de l'Œil surveilleur là mes enfin easy arrivurent.

 

Du coup la bande parta odela de la Zone, trouvère le trouvère (le maître compositeur) et aprenirent à composer aussi bien que je conjugue.

 

Ils rentrirent chez eux assourdirent l'Œil en lui chantan des trucs pas possibles que l'oeil en perdi toute télépathie et majuscule.

 

L’œil maintenan il était tout détélépaté et plus très surveillan que du coup la bande de jeunes chantans dansit la Danse de Saint Guignol.

 

Les savants sociétaux les éducateurs sociétaux les politiques dédiés et les saintes gouvernances furent bien embêtés de ne plus avoir l'Œil.

 

Vous me direz pourquoi ils ont pas construibriqué un autre Œil pour surveyer les jeunes chantans, un Œil sourd comme un œuf dur bien sûr.

 

« - Et je dirais même un œuf dur de la feuille » dit alors un détective à chapeau melon qui avait un frère dans la marine.

 

A cette question, chaipas que répondre quand bref j'en ai marre de l'histoire, pis c'est l'heure de ça vous r'garde pas salut les autres.

 

Bon alors la bande de jeunes forma un groupe à chansons qui eurent du succès du coup i s'amendirent et voilà ça finit bien (poil au chien).

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 29 janvier 2017.