DIX PIECETTES POUR FAIRE LA MONNAIE

 

1.

CAR LA MER

 

« Car la mer et l'amour ne sont point sans orage. »

(Pierre de Marbeuf)

 

En mer on a le mal de mer on gerbe ça

rend les gouffres encor plus amers en

amour on gerbe aussi triste on a trop

bu.

 

2.

PARFOIS QUAND ON S'ENDORT

 

« Le murmure du vent, de son bruit monotone,

Dans mon cerveau lassé berçait mon noir souci. »

(Musset, « La nuit d'octobre »)

 

Parfois quand on s'endort dans le silence

on écoute le vent sifflant et on s'endort

doucement au son qui nous berce l'cerveau

 

3.

Alors la nuit se mit à rire à rire aux éclats

ça arrive quand la lune vous chute dedans pis

alors vous vous mettez à courir dans les rues

 

4.

LA ELLE EST HÉLAS ET J'LES AI TOUS LUS EH OUI

 

« La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres. »

(Mallarmé, « Brise marine »)

 

On voit que le poète a un coup d'mou dans la

bidoche « la chair est triste » dit-il & pis

dans la caboche ayant « lu tous les livres »

 

Qu'du coup il écrit des vers pour l'dire que

l'ennui envahit son état d'âme faut bien que

le temps passe sinon c'est trop long long si

 

long qu'on dirait qu'ça passe pas bloqué que

l'on se sent qu'on a l'avenir qui court loin

si loin qu'on n'sait pas si on l'rattrap'ra.

 

5.

CRACHAT SOLEIL

 

« Un soleil blanc comme un crachat d'estaminet »

(Jules Laforgue, « L'hiver qui vient »)

 

Ce qui fait l'intérêt de cet alexandrin

c'est la comparaison entre « soleil » &

« crachat » que des fois le soleil tout

 

blanc cause les nuages l'étouffent tout

blanc le soleil comme s'il n'était plus

le roi en haut mais embarras d'en bas &

 

déchu donc le roi du jour tombé dans le

trivial du troquet où l'on boit du fort

& que dehors il commence à faire froid.

 

6.

J'AIME BIEN LA FORME RICANA

 

« Comme ricana le fou qui vague chaque nuit, par la cité déserte, un œil à la lune et l'autre – crevé ! »

(Aloysius Bertrand, « Le fou »)

 

J'aime bien la forme « ricana »

que ça rime avec harmonica fada

fada siffle l'harmonica dans la

cité déserte où il passa le fou

 

7.

A L'OMBRE D'UN CHEVEU

 

« A l'ombre d'un cheveu se cachait Isabelle »

(Charles-Timoléon de Sigogne, « Galimatias »)

 

Ce cheveu devait être bien long et

unique si ça se trouve pour que la

demoiselle dans son ombre s'cachât

un seul cheveu sur une grosse tête

 

Une grosse tête ça fait penser aux

chars que l'on promène au carnaval

Isabelle dansant autour d'l'unique

poil d'une tronche en papier mâché

 

8.

HEUREUSEMENT QU'IL EST PAS AMOUREUX

 

« J'ai peur d'un baiser

comme d'une abeille.

Je souffre et je veille

Sans me reposer :

J'ai peur d'un baiser ! »

(Verlaine, « A poor young shepherd »)

 

Heureusement qu'il est pas amoureux

de plusieurs filles à la fois qu'il

s'imaginerait attaqué par un essaim

de bouches harcelé d'toute la ruche

 

9.

AUTOPORTRUCHE

 

Tu vois que le loune est si high

que si je voulais boire son lait

il me faudrait une longue paille

et je n'ai qu'un morceau de pâté

 

Pourquoi n'écrivez-vous pas choz

jolies sur l'âme m'sieur houzeau

l'amitié les femmes et les roses

plutôt qu'tous vos bidules d'sot

 

C'est que j'aime beaucoup à rire

même si pour un rien je m'irrite

j'aime itou pour mon steak frire

les oignons & manger des frites.

 

10.

ELASTOMAN IL ALLONGE

 

Elastoman il allooooooooooooooooooooooo

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooon

ge le bras & s'accroche au rebord de la

 

fenêtre et d'une épatante détente d'ses

- le ciel est bleu propre et sans pli -

gambes le v'là propulsé dans la strophe

 

suivante laquelle n'existe pas et alors

poussant un grand cri de désespoir Hell

Elastoman tombe dans le vide de la page

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 3 avril 2017.