VERS JUSTIFIÉS A LA DIABLE D'LA LUNE EN FLAMMES

 

1.

« Le morceau appelant mon cœur était le

rouge » écrit Pierre Jean-Jouve dans le

poème « A une soie » moi pareil j'ai du

 

goût pour le steak cuit saignant j'aime

le son qu'ça a saignant saignante c'est

encore plus évocateur saignante dans le

 

genre vampire que je vois ça soudain en

ma songeuse à yeux dedans capuche rouge

dans quelque crypte de quelque conte du

 

genre gothique et ce mot gothique alors

quel poème ! Monastères hantés bizarres

figures dans des miroirs ombres passant

 

inconnues dans les parcs où des statues

saignent parfois pis entr'ouvrent leurs

lèvres et prononcent d'étranges oracles

 

2.

Charly charrie les charmantes chapeautées

pas chic le charly pas charitable ont peu

d'respect pour ce pitoyable les chéries &

 

pouah qu'elles font quand un charly passe

à portée de leurs pupilles pouah pouah et

pouah tu parles d'un prince charmant font

 

les charmantes chapeautées tu parles d'un

paltoquet d'un péquenot d'un pitre et pas

beau! Puis elles finissent par le dévorer

 

3.

« -Vous espériez peut-être voir la belle

princesse à sa fenêtre ? » (cf Van Gulik

traduit par Anne Krief «Le Collier de la

 

(Devinez un peu à kikil'est le collier À

Blanche-Neige? Aux sept nains? À la mère

Michel? A son chat? Mais non il est à la

 

princesse»)eh bien non vous ne la verrez

pas elle est partie faire des crêpes des

gaufres ou je ne sais mais j'vous compre

 

A ce moment-là passa le vent qui emporta

le son an dans son sac à sons très jolie

qu'elle est la princesse on n's'en lasse

 

pas de la reluquer la mignonne mais nous

avons autre chose à faire toujours autre

chose à faire encore autre chose à faire

 

on n'peut pas se laisser fasciner par un

beau visage faut qu'on fasse qu'on aille

faire qu'on machine bricole arrange faut

 

qu'on travaille qu'on s'agite fasciné on

n'vaut vite plus grand-chose C'est alors

que le bloc d'ombre nous guette et qu'on

 

commence à se dire qu'on n'en a pas fait

assez qu'on aurait pu qu'on aurait dû on

s'artrouve façon roi de Ionesco qu'il se

 

rétrécit toujours son royaume Implacable

qu'c'est ça le rétrécissement de tout On

vieillit voyez et du coup ça se rétrécit

 

tout ça qu'on avait et qu'on pouvait pis

qu'on aurait dû pour finir on tombe dans

l'abîme de tout son être pis l'on meurt.

 

4.

« Les nuages couraient sur la lune enflammée »

écrit Alfred de Vigny je me demande qui c'est-

y qui fait du feu sur la lune Quant aux nuages

 

c'est-y qu'ils ont des jambes les nuages qu'ça

court sur not' vieux satellite et peut-être ça

a des pattes un nuage des pattes de nuée et ça

 

fait des marathons un nuage pis qu'une tête ça

porte un nuage et même qu'on dit avoir la tête

dans les nuages qu'alors faut gaffer de pas se

 

faire cramer en passant près de la lune vu que

des fois y a quidam qui l'enflamme & je n'sais

ni pourquoi ni qu'est-ce mais il paraît que ça

 

arrive que peut-être les nuages c'est la fumée

du feu qu'on sait qu'il n'y a pas d'fumée sans

Alors donc s'il y a des nuages qui courent sur

 

la lune enflammée c'est qu'il y a du feu peut-

être qu'elle fume des Stella la lune & chaipas

si « Stella » c'est une marque de clopes qu'on

 

s'en fiche en vrai hein qu'on s'en fiche ? dit

l'élève à propos de chaiplukoi Pas à propos de

« La Mort du loup » de Vigny on l'a pas étudié

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 9 avril 2017.