ET SANS CESSE Y REVENANT

 

1.

Cantine gratuite bio : les deux premières années, ça pourrait fonctionner (grâce aux impôts) ; et dans 4 ans, pour maintenir la qualité, les familles payeront deux fois plus qu'actuellement. Ou alors, patates à l'eau et eau d'boudin.

 

De plus, est-ce que ce dispositif s'appliquerait aussi aux collèges et lycées ? Le coût serait énorme (en plus de la gestion du service).

 

Faut pas rêver ! les producteurs, même locaux ("culture vivrière" a dit Mélenchon), ne vont pas travailler pour rien !

 

Et qui paiera les producteurs ? la commune ? la région ? le ministère ? et sur quelles bases de prix ?

 

2.

Ouh ouh j'invoque les esprits ; c'est pas gratuit hein, vous paierez pour cela ; on paie pour tout, y compris l'au-delà.

 

Le spiritisme est une manière de transformer en espèces sonnantes et trébuchantes les manifestations de l'au-delà des biens matériels.

 

Dans le spiritisme, les clients, je pense qu'ils sont bien plus errants dans le genre esprits que les fantômes qu'ils s'imaginent.

 

3.

Il n'est de possession sans dépossession : le démon tente d'annihiler l'autre en lui-même.

 

Le Diable se balade dans les détails, lesquels, aussi soudainement qu'un claquement de doigt, nous font basculer dans l'irréel.

 

4.

« Il réussira si bien à le convaincre de son esclavage qu'il l'acculera au suicide, la nuit de la Saint-Sylvestre. »

(Jacques Nerson, Le Figaro Magazine du samedi 10 octobre 1992, p.142)

 

Convainquez un libre citoyen d'une société libre qu'il n'est qu'un esclave, et il cherchera à se libérer par la révolte, la folie ou le suicide.

 

5.

Je ne pense pas nous intégrions tous autant que le souhaiteraient nos bons maîtres nos soumissions. D'où sans doute l'état de ce monde.

 

6.

Au « vertige des moyens » répond un vertige des révoltes qui mène, par bien des détours plus ou moins démocratiques, à une fin de l'humain d'autant plus inévitable qu'elle en est la première condition : tu n'es que parce que tu meurs.

 

7.

20 avril 2017 : Christophe Alévêque dit très bien sur France Inter qu'heureusement, « les politiques ne tiennent jamais leurs promesses. »

 

8.

La VIème république m'a tout l'air d'une usine à gaz. Méluche, grand gazier devant l'Eternel ! Ô Suprême Fumigène !

 

Je note qu'au Venezuela le « référendum révocatoire » et la « démocratie participative » sont en vigueur. Avec le succès que l'on sait.

 

Il y a un côté évolutionniste dans la gauche de révolution : après les affreux libéraux pollueurs, l'Homo Melenchionus écolo, universel, honnête.

 

9.

« Lorsque la souveraine puissance est entre les mains d'une partie du peuple, cela s'appelle une aristocratie. »

(Montesquieu, « De l'esprit des lois », Livre II, ch. II)

 

Tous le savons, nos démocraties représentatives sont en fait des aristocraties, et nous n'aimons pas plus qu'avant nos seigneurs.

 

10.

Le jour où Macron douta que le salut de la France fût dans une « alliance bolivarienne », il condamna à jamais Méluche au ridicule.

 

L'alliance bolivarienne, ce sont congas, maracas, trompettes du grotesque et sang versé qui lui font sa casserole à Méluche.

 

11.

Avril 2017 : élément du langage politique en cours : « L’État stratège », autant dire l’État pieuvre, l’État tentaculaire. l’État Robespierre, l’État Bonaparte.

 

Je me méfie d'une Constitution qui aurait pour garant un État stratège tant la conduite de la bataille échappe au simple soldat, lequel pourtant risque sa vie.

 

Je note qu'ils s'apprêtent à voter pour quelqu'un qui veut un service national citoyen universel et obligatoire : c'est ça être « insoumis » ?

 

Je note qu'ils s'apprêtent à voter pour quelqu'un qui veut rendre le vote obligatoire : c'est ça être « insoumis » ?

 

12.

« N'attends pas ma terre envahie

Nous nous lèverons de ce sol »

(Aragon, « Chanson du franc-tireur »)

 

La menace de dictature lève les ombres, fait tomber les masques, alerte les réseaux.

 

13.

Evoquer les victimes des attentats au profit d'une éventuelle sortie de la coalition anti-daech, est obscène, d'autant que sortir de l'OTAN et de la coalition ne nous évitera pas la haine des djihadistes.

 

14.

Avril 2017 : entendu à la télé le mot « démocrature » pour désigner l'état d'une démocratie qui, peu à peu, se change en Etat totalitaire (en l'occurrence, la Turquie d'Erdogan).

 

15.

« Ils faisaient de la politique. Ils restaient sourds aux appels et aux explications de leurs adversaires à qui ils serinent aujourd'hui qu'ils ne sont pas responsables de l'état où ils ont mis le pays. »

(Jean d'Ormesson, Le Figaro Magazine, le 10 octobre 1992, p.41)

 

Être au pouvoir revient souvent à dire : « C'est pas moi, c'est l'autre. »

 

16.

Je crains que mon pays ne tombe dans l'oreille d'un sourd, lequel ne manque pourtant pas de voix.

 

17.

La formule s'adresse à chaque liberté, elle la nomme, acte de baptême toujours recommencé, elle intime : tu seras libre. »

(André Glucksmann, « Les Maîtres Penseurs »)

 

Un « tu seras libre » universel ne fait jamais que déposséder les peuples de leurs liens, de leurs traditions, de leurs libertés.

 

18.

Le législateur français est un être fébrile : il légifère à tout va, avant même d'avoir épuisé toutes les possibilités des lois déjà existantes.

 

19.

Nous aimons nos aliénations comme nous aimons nos fantômes : en souhaitant leur échapper et sans cesse y revenant.

 

20.

France Inter le 20 avril 2017. « Plus ça vieillit, plus ça coûte cher à entretenir » : cette remarque de bon sens de Philippe Poutou devrait nous faire réfléchir sur l'avenir du nucléaire.

 

21.

France Inter le 20 avril 2017 : la proposition de Macron de limiter le nombre d'élèves à douze dans les classes REP et REP + est très bonne.

 

Pour ma part, je pense que cette limitation à douze élèves par classe devrait concerner les primaires mais aussi les collèges.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 20 avril 2017.