JE SUIS FATIGUÉ ALORS LES MOTS

 

Je suis fatigué alors les mots

que j'lis on dirait de la pâte

qu'ma bouche a du mal à remuer

fatigué je me flotte dedans je

 

pense qu'les rues sont pleines

de corps fatigués de si lassés

passants & j'dirais bien si là

seuls mais ça sonne faux alors

 

j'le dis pas J'entends speaker

d'l'étranger à la radio il y a

qu'elles grouillent d'archives

les ondes d'archives d'partout

 

dans toutes les langues que ça

cause dans tout ce que je pige

pas que ça cause argumente dit

disserte discourt conte & ment

 

Tout à l'heure j'entendais des

sons qu'on dirait un rideau de

pluie soudain secoué Le vent i

fait ça i vous ramène la pluie

 

dans les esgourdes la pluie du

dehors gonflée de ténèbres qui

vous fait des vagues de sons &

des manteaux pour fantômes N'y

 

a pourtant pas un chien et les

rues d'la nuit sont vides il y

a trop d'pluie pis trop d'vent

ça secoue le vide des spectres

 

on entend le vent s'engouffrer

dans les pans de leur manteaux

secouer leurs os sans chairs &

leurs carcasses sans os & même

 

qu'ça fait façon qu'on l'monte

le son d'la radio invisible de

l'air et qu'des bouches mortes

qui y nagent passent alors des

 

messages A la radio tantôt des

mouettes criaillaient ai pensé

qu'au-dessus des rocs qu'elles

criaillaient les mouettes très

 

crieuses de rock peut-être pis

gueuleuses de blues chanteuses

folles les mouettes un piano y

dissone l'ossature douloureuse

 

de chaipas quoi d'ailleurs car

y a des fois j'les cherche pas

les images dans l'dedans de ma

boîte de singe à images je les

 

vois ou pas Tiens voilà le mot

singe dont le « g » pend comme

une queue puis dans les romans

d'aventures il saute de phrase

 

en phrase j'imagine Singe fait

penser à singer & qu'on a dans

la boîte à songes un peuple de

singes à mimer le réel et l'on

 

croit que c'est ça le réel une

singerie en vrai le réel l'est

malin comme un singe le réel i

fait son intéressant puis on y

 

songe au réel on y songe comme

on le songe qu'un aut' singe i

nous dit vous n'y songez pas &

si justement on y songe & même

 

qu'on fait qu'ça songer singer

voyez c'est tout un puis singe

fait penser à sphinge aux yeux

qui vous fixent genre que déjà

 

elle vous dévore l'âme puisque

l'énigme jamais qu'on y arrive

à l'élucider qu'en fin de nuit

ça ouvre la gueule et pis vous

 

mange n'fait qu'une bouchée de

vous me direz pourquoi sphinge

& pas sphinx & pas lynx vu que

c'est les yeux de la nuit dont

 

on cause pis que les yeux d'la

noirceur i s'mettent à briller

dans l'opaque pis tout ce noir

qu'on voit plus qu'eux fasciné

 

on est hypnotisé Deux épingles

de lumière intense qui vous la

chopent l'âme vous la sort des

chairs l'aspirent pendant qu'i

 

continue le monde à singer pis

songer que tout n'est qu'songe

mensonge sphingerie que le roi

des singes n's'y retrouve pas.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le mai 2017.