SOUVENANCE A LA FONTAINE

 

1.

«  Envoyant un songe lui dire

Qu’un tel trésor était en tel lieu. »

(La Fontaine, « Jupiter et le Passager »)

 

« Envoyant un songe lui dire

Qu’un tel trésor était en tel lieu. »

Moi aussi, j’aime le cordon-bleu.

 

Moi aussi, j’aime le cordon-bleu

C’est pour les enfants me dit-elle

(j’me sentis sot un peu).

Derrière chez nous y a-t-un étang

J’y vas jamais j’ai pas le temps.

 

Derrière chez nous y a-t-un étang

J’y vas jamais j’ai pas le temps.

Vous m’en direz tant

me dit-elle en me servant une part de flan.

 

2.

« Hé mon ami, tire-moi de danger :

Tu feras après ta harangue. »

(La Fontaine, « L’Enfant et le Maître d’école »)

 

« Hé mon ami, tire-moi de danger :

Tu feras après ta harangue. »

Aux bavards pédagogues j’adresse ce discours

Pis j’vas met’ mon gratin au four.

 

Pour être plus précis, ce sont

Chicons, comprenez endives, enroulés dans du jambon

Avec d’la béchamel pis gratiné qu’c’est bon.

 

3.

« Les quatre parts aussi des humains se repentent. »

(La Fontaine, « Le mal marié »)

 

« Les quatre parts aussi des humains se repentent. »

dans les bois fuient tous les trogne-cornus, serpentes

Aussi. C’est-y l’Apocalypse ?

 

4.

« La Fontaine est à la fois la Cigale et la Fourmi, à la fois le Loup et l’Agneau. »

(Alain-Marie Bassy)

 

« La Fontaine est à la fois La Cigale et la Fourmi,

à la fois le Loup et l’Agneau »

et le Général sans doute, pis aussi le Veau.

 

5.

« L’Homme, tout étonné d’une telle sentence,

Dit au Serpent : faut-il croire ce qu’elle dit ?

C’est une radoteuse ; elle perdu l’esprit. »

(La Fontaine, « L’Homme et la Couleuvre »)

 

« C’est une radoteuse ; elle a perdu l’esprit.»

A n’sait plus s’café, a n’sait plus s’caddie.

 

6.

« - Vous n’en approchez point. La chétive pécore

S’enfla si bien qu’elle creva. »

(La Fontaine, « La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf »)

 

Pécore, paraît qu’ça vient du latin populaire pecora, « tête de bétail ».

Ah, un conflit entre quelques pécores ; mieux vaut que je m’en aille.

 

« La chétive pécore s’enfla si bien qu’elle creva. »

C’est p’t’êt’ politique qu’c’est bien dégoûtant en tout cas.

 

7.

« Il est bon de parler, et meilleur de se taire »

(La Fontaine, « L’Ours et l’Amateur des Jardins »)

 

« Il est bon de parler, et meilleur de se taire »

C’est ce que je dis souvent à ma salade de pommes de terre.

 

C’est ce que je dis souvent à ma salade de pommes de terre

qu’il « est bon de parler, et meilleur de se taire. »

Elle a compris et jamais ne me contredit.

 

8.

« Se vautrant, grattant, et frottant,

Gambadant, chantant et broutant »

(La Fontaine, « Le Vieillard et l’Âne » )

 

J’aime bien ce son « an » qui de l’âne imite le hi-han.

 

6.

« Jetez cet animal traître et pernicieux,

Ce Serpent. - C’est un fouet. - C’est un Serpent, vous dis-je. »

(La Fontaine, « Le Berger et le Roi »)

 

« Ce Serpent. - C’est un fouet. - C’est un Serpent, vous dis-je. »

Croit-on mordicus, qu’on a la berlue que nous v’là mordu pis tout mouru.

 

7.

« Le Soleil et les Grenouilles » c’est une fable à La Fontaine qui, comme son titre l’indique, n’évoque groseilles ni embrouilles, quenelles ni quenouilles.

 

Dès le 1er vers il est question de noces qu’ça m’fa pensa au mot « os » à cause de ce titre là d'un San-Antonio : « Un os dans la noce ».

 

Ce sont, dit le fabuliste, les noces d’un Tyran. Tout le monde donc bien obligé d’avoir l’air rigoli-rigola vive Lui & selle le riz & pastaga.

 

Vu que « tout le Peuple était en liesse », ah qu’ça gueulait gouaillait festoyait, pis noyait – aboyait-il aussi ? - « son souci dans les pots ».

 

Ésope, c’est çui d’la langue, non ? stilal de l’antique qui disoit la langue estre la meilleure & aussi la pire des choses

 

cause que la langue peut servir à dire de jolies choses, galanteries, câlineries, mamours à s’amie, mais aussi noirs mensonges et vilenies.

 

Esope allépoque était « seul à trouver que les gens étaient sots » mès les gens s’en moqué ignorant qu’Esope avait son nom dans l’Histoire.

 

Les gens i n’se lacets de « témoigner tant d’allégresse » qu’ils disoient d’Esope kesskonsanfoupopulos (cétaient des Grecs)

 

Les gens se gauçoient fort d’Esope & disoient qu’ça navet aucune importanpopulos (cétaient des Grecs) qu’Esope eût son blaze in the History.

 

Esope usa alors d’une langue qu’il y a des images dedans que ça fait come les livres à l’école pour aprandre à lire (y a des images).

 

Esope dit que le Soleil (come la Fontaine met une majuscule à Soleil, ça doit être un genre personnification ou un truc à savant comme ça)

 

Esope dit que le Soleil « eut dessein autrefois » mes come Lolotte elle avé pas compris ele dit ah non pas encore les mamelles à Tirésias !

 

Alor moi j’lui dis qu’ça voulu dire que le Soleil jadis avait pris la décision d’en l’occurence se marida olé ola (ça je rajoute passque).

 

Là, la Lolotte m’azieuta come si ele me voyé plus pour la 1ère fois que j’disais cela, me suis dit qu’ele me contemplait les cornes pousser.

 

Passque quand on y pense c’est curieux que le Soleil voulust se marida et avec qui et pour faire quoi ça n’a pas plus de sens que vous et moi.

 

Toujours est-il que le Soleil y a longtans que lui-même s’en souvient plus songea à l’Hyménée, qu’est je crois bien jolie tout ça.

 

Dès qu'on sut cela qu'le Soleil voulait s'amarida, oh la la comme ça s’lamenta coassa dans l'marigot.

 

« Aussitôt on ouït » qu’ça fit du bruit dans l’pays et « d’une commune voix » car eles disoient toutes la même chose en chœur antique

 

en choeur antique & grec ancien que s'lamenta la périphrase humide et révolutionnaire des « Citoyennes des Etangs ».

 

Qu’elles se demandaient à quelle sauce on les destinait à être mangées et dans quelle bouillabaisse on allait les plonger.

 

Eles craignaient que, marida, l’autre joufflu d’or là-haut eüst bientôt rejetance. Eles dirent ça au Sort qu’était sec come un hareng.

 

Eles récriminaient que déjà un « seul Soleil à peine se peut souffrir » que défois dans leurs étangs eles se sentaient come frire à l’huile.

 

Mais si le Soleil et l’Hyménée là y s’mettent à les pondre en pléiade & ribambelle ça s’ra pus possib’ tellemant qu’i f’ra co.

 

I f’ra si co que la mer ne s’ra plus qu’un vaste fricot de bêtes marines marinant dans une sauce verdâtre façon glauque ;

 

I f’ra si co que la Mer, des chameaux finiront par caravaner dessus pis y marcheront prophètes & messies puisque je vous le dis ;

 

I f’ra si co que les poules pondront des œufs durs et du pis des vaches couleront des crèmes brûlées ;

 

Alors les Etangs seront rendus à leur état primitif de boue d’la nuit des temps qu’y avait même pas de temps pour dire qu’il y a longtemps.

 

Où seront donc alors les « Citoyennes des Etangs » ? Bah elles se seront dissoutes dans l’eau du Styx qu’est un fleuve tout noir tout rouche ;

 

L’eau du Styx, la Rivière de cassis - là les vifs, là les Ombres - entre les deux, l’eau sans clapotis ni remous, la barque glissant dessus.

 

Tout ça pour dire que La Fontaine dit que les humbles grenouilles des étangs raisonnaient pas mal bien mieux qu’le reste de la populace.

 

Que si ça se trouve La Fontaine eust voté France Insoumise mais je sais pas quand même que tout de même c'est frondeur assez ses fables.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 2 juin 2017