MAIS JE SAIS QU'IL N'EXISTE PAS PARDI

 

1.

grotesquer : homophonie approximative de « protester » ; des fois qu'on proteste pis qu'on grotesque bien un peu aussi.

 

En français, on conteste formellement, mais on proteste énergiquement. Question de degré et moi j'aime le boudin blanc.

 

Grotesque : dans les bandes dessinées, les nez (pifs énormes), nez et grotesque existentiel d'Achille Talon, de Cyrano de Bergerac.

 

Nez : moutarde, regard noir, dès qu'on a quelqu'un dans le nez, on tend bien un peu à le grotesquifier, l'autre escogriffe là.

 

Quand on a quelqu'un dans le nez, il finit généralement par vous sortir tellement par les yeux qu'on ne peut plus le voir en peinture. C'est comme ça qu'il a dû naître, l'art abstrait.

 

2.

Etranges : d'étranges passagers dans des villes sans fin genre les villes, c'est des aéronefs, en fait.

 

Estrange : j'aime bien cette vieille orthographe de l'adjectif « estrange » ; ça fait scribe, rive estrange, homme estrange, tout ça padici.

 

3.

« Mondfinsternis » : éclipse de lune ; ça homophone vague(lune) avec « Fenster » (fenêtre). Toiles d'araignée derrière le vasistas.

 

4.

Calvin et Hobbes de Bill Watterson : l'enfant et le tigre. Peluche et pop philosophie. Sourires. Le bon sens par l'absurde.

 

Calvin et Hobbes : pour l'enfant, la peluche du tigre est vivante, c'est-à-dire que par convention, elle l'est aussi pour le lecteur.

 

Calvin et Hobbes : c'est parce que nous adhérons à l'existence de l'ami imaginaire de l'enfant (le tigre peluche) que nous sourions.

 

Calvin et Hobbes : férocité du bon sens dans la momerie astucieuse et la quotidienneté. L'air du temps est fait d'une foule de presque riens.

 

Parfois on se dit que c'est dans le presque rien que se trouve le quasi tout : le visage d'une actrice ; le grain d'une voix. On exagère.

 

Presque rien : le masque de la chanteuse de la version de « Atom Heart Mother » par Pink Tones. Elle et pas elle, estrange.

 

Le rythme révèle la souplesse des corps, parfois d'une étrange majesté. Mon esprit en forme de grotesque se demande ce qu'elle a mangé ce midi-là.

 

J'aime bien m'imaginer (j'ai la critique grotesque) la prestigieuse interprète de Phèdre mangeant une macédoine de légumes, à la cantine.

 

Bande dessinée : quelques traits tirent le tigre Hobbes du néant, et aussil'enfant (il s'appelle Calvin) qui veut lui montrer une antilope.

 

Je ne sais plus dans quelle décennie on entendit sur les ondes Lizzy Mercier Descloux chanter « Mais où sont passées les gazelles ? »

 

Calvin et Hobbes : Soliloque ? - non ; dialogue. L'enfant et le truchement en forme de peluche avec lequel il joue au réel.

 

Les vignettes, les « cases », de Calvin et Hobbes : petit univers protégé, un irréductible et naïf être au monde face à l'universelle férocité.

 

5.

Des fois Zut elle a un petit cirque dans s'tête

Qui rengaine et zigzague et see-saw genre fête

Genre étrange la fête il y aurait dans s'tête.

 

6.

Stilal i s'dit « anarchiste chrétien » Ah oui mais non, cause Ni dieu ni maître, moi aussi je crois en Dieu, mais je sais qu'il n'existe pas.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 13 juin 2017.