A DECLAMER AVEC LA VOIX DÉSABUSÉE D'UN COMÉDIEN FORT LUCIDE

1.
« Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s'en soit allé »
(Verlaine)

Des fois on a le cœur « s'en soit allé »
C'est quand on est triste tout seul puis
qu'on n'a plus envie de rien et même pas

d'chicons au gratin On n'a pas envie car
on a l'cœur tout parti ailleurs qu'on ne
fait rien d'autre qu'attendre son retour

2.
« cloche en mer, fausse, assourdie
de neige lente. »
(Verlaine)

Des fois j'entends des musiques étranges
à la radio Des fois ça sonne drôle qu'on
dirait comme qu'on dirait comme oh qu'on

dirait d'la « cloche en mer » qu'ça fait
qu'j'ai répété qu'on dirait comme becoze
j'écoute une basse dans un vieux rock n'

roll que vous savez bien que j'aime bien
ça le rock qu'j'ai pas trop l'goût de la
chanson française qui dit des vérités ah

la chanson française qui dit des vérités
quelle plaie ! Y a que gogos bobos zozos
cocos pour y croire à ces âneries moi je

m'en fous j'm'en fous je vous dis pouvez
allez vous car moi c'que j'aime c'est le
son d'cette « cloche en mer » qu'ça fait

penser à Verlaine c'te cloche au loin et
«fausse» encore au loin & «assourdie» On
dirait qu'il y tombe de la «neige lente»

De la «neige lente» écrit Verlaine comme
si c'était l'entre la vie et la mort qui
se met à sonner là-bas là-bas tout près.

3.
Des fois « n'est-ce pas en dépit des sots
& des méchants » i dit Verlaine & on en a
plein la tête faut les virer d'sa caboche

Faut les virer d'sa caboche à grand coups
d'pied dans l'fondement d'sa raison & pas
qu'ils arviendrent les sots pis méchants.

4.
« Je devine, à travers un murmure,
Le contour subtil des voix anciennes
Et dans les lueurs musiciennes,
Amour pâle, une aurore future ! »
(Verlaine)

Je devine car des fois j'suis devinitateur
« à travers un murmure » Défois ça murmure
qu'j'en ai la tête bruissante & surtout si

le vent souffle que j'suis obligé de faire
gaffe à mes esgourdes pour pas qu'elles se
les jouent ouïes de l'air Pis il y a plein

de voix dedans qui y murmurent même que le
Verlaine dit qu'c'est des «voix anciennes»
des qui en r'viendraient du passé histoire

de nous en raconter d'autres & Verlaine il
leur ajoute du « contour subtil » même que
moi j'me sens de moins en moins subtil que

la subtilité ça fait que nous mener un peu
moins rapidement que prévu à c'te barbarie
là qui nous attend mais bref vous le savez

bien que je vois pas bien comment qu'on va
s'en sortir sans causer malheurs misères &
horreurs Hypocrite qui m'dira l'contraire!

Après Verlaine il s'hallucine des «lueurs»
qu'elles lui jouent du pipeau ses «lueurs»
au Popaul que nos gloires nationales chais

bien vous allez m'dire que je les respecte
pas beaucoup c'est qu'j'ai cette franchise
de dire que j'm'en fiche d'à peu près tout

que faut arrêter d'se raconter des salades
sur l'humain la bienveillance l'empathie &
le zen là qu'c'est des farces pour nous en

vendre du vivre ensemble & tous ces livres
écrits par de compatissants philosophes ah
comme j'ai envie de leur secouer les puces

ah comme j'ai envie de les faire chuter de
leur universelle nuée et leur rappeler que
progrès ou pas tout d'même que ça massacre

que ça affame décapite viole pille torture
emprisonne assassine pendant que des zozos
nous disent qu'manger d'la viande pas bien

pas bien c'est Ah qu'ils y aillent léviter
dans leurs ailleurs fraternel à rêver à la
grande fraternité des âmes empathiques Moi

je suis pas empathique et franchement même
pas trop sympathique plutôt désinvolte pis
ingrat et pis de droite encore (ah suis-je

affreux ! Qu'c'est-y pas dieu possib') Bon
revenons à c'pauvre Lélian qui narrait que
« dans les lueurs musiciennes »(c'est tout

d'même triste d'en arriver là)i vit «Amour
pâle» (mange pas assez d'viande sa chérie)
« une aurore future » oui qu'on est dedans

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 19 juin 2017.