19 avril 2017

UNE CHANSONNETTE PUIS DEUX TROIS SORNETTES

UNE CHANSONNETTE PUIS DEUX TROIS SORNETTES   1. QUAND ON EST A CHVAUX   Quand on est à chvaux Tout fiérot sur son chemin Surtout si on est au galop Faut faire gaffe au ravin   Vous me direz, me direz-vous Qu'pas forcé qu'les chemins Zaient à côté d'eusses Un gouffre, un abîme, un ravin N'empêche faut faire gaffe à ses osses Et pas tomber dans l'trou   Quand on est à chvaux Qu'on fait l'beau sur son chemin Surtout si on s'met au galop Faut faire gaffe au destin   Vous me direz, me... [Lire la suite]

08 avril 2017

EN PASSANT LE RHINOCEROS

EN PASSANT LE RHINOCEROS   1. - Passe-moi le rhinocéros ; mes frites ne sont pas assez salées. - On ne dit pas rhinocéros, on dit nacelle. - J'ai dit qu'elles n'étaient pas assez salées, j'ai pas dit qu'elles étaient trop légères.   2. L'herbe était tellement bleue ; on n'y voyait aucun petit bonhomme bleu, vous savez, les petits bonhommes bleus là.   3. - Que faisait-il dans ce White Horse car enfin, on ne boit pas dans un cheval, c'est bien trop salé ! - Soi-disant qu'il avait besoin d'un... [Lire la suite]
02 avril 2017

EN ECOUTANT LA TELE STORY-TELLER

EN ECOUTANT LA TELE STORY-TELLER   1. Le phénomène OVNI est sans doute la plus fantastique campagne de story-telling que le monde de l'après seconde guerre mondiale ait connue.   Si fantastiquement bien mené, le story-telling sur les OVNI que, si ça se trouve, les Aliens aussi ont fini par s'y intéresser.   2. Politiquement, jeune, on est souvent et parfois dangereusement idéaliste. Vieillissant, on devient plus pragmatiquement réaliste. Entre les deux, heureusement on s'en fout.   3. Quand ma mère ne... [Lire la suite]
02 avril 2017

QU'A LA FIN ELLE SE CASSE

QU'A LA FIN ELLE SE CASSE   1. Parfois, Zut est sur le point de se réveiller, mais elle est si légère qu'aussitôt revenue au réel, elle disparaît.   2. Construire sa « route dans le ciel » écrit René Char. Moi je veux bien, mais si jamais s'y enfonçant dans cette route, le ciel venait à s'effondrer.   3. Ça oui ! si pesant des fois que croisant d'aut's pesants passants, on n'se dit rien ; on barète et barrit.   4. Je me plains de l'été ; je me plains de l'hiver ; je me... [Lire la suite]
26 mars 2017

ONDULATIONS D'L'ÂME RETOMBÉE

ONDULATIONS D'L'ÂME RETOMBÉE   1. « En la forest d'ennuyeuse Tristesse » (Charles d'Orléans, « Escholier de mérencolie »)   Quand on est en « forest d'ennuyeuse Tristesse », on est triste et tout ennuyé qu'les arbres tout moches sombres pis c'est long.   Pis c'est long qu'on dirait que les arbres c'est des horloges on passe on passe mais ça passe pas le temps c'est long.   « forest d'ennuyeuse Tristesse » dit Charles d'Orléans de mélancolie qui semble sombre et... [Lire la suite]
23 mars 2017

BON ALLEZ A DADA ET PUIS DODO !

BON ALLEZ A DADA ET PUIS DODO !   1. Ah Je m'urge ! J'entends l'extrême-droite calembredainhaïr tout ça bien propre sur soi énarqué avocaté conseillé dans l'juridique masqué.   2. « Mais les jambes (dont l'une est fraîche et se dénoue De la plus rose), les épaules, le sein dur » (Valéry, « Été »)   La jambe, la arpente d'la hanche qui roule, la passante, la toute droite - tiens un barbu, moi j'me boissonne à la bière, le temps m'taille.   Y a d'ces fraîcheurs c'est l'air... [Lire la suite]

23 mars 2017

GLUICHES DE D'SOUS LA LOUNE

GLUICHES DE D'SOUS LA LOUNE   1. Dessous la loune plane une ploume ; y a comme un blêtre ; i traverse l'herbe, glisse dans le noir plane dedans moi ploume ça grulche.   2. J'ai de la loune dedans ma tiête ; y a comme un loup, i m'guette le loup hurle j'lentends pas déjà i m'a bouffu les oreilles.   3. Il capitanait et fauteillait, sa tête se détachant au-dessus de lui ; de sa pipe spectrait qu'ça fume ; de ses mains glissait le livre.   4. Ah je m'arouille ! j'me... [Lire la suite]
23 mars 2017

MAIS NOUS NOUS SERONS MORTS MON FRÈRE

MAIS NOUS NOUS SERONS MORTS MON FRÈRE   « Quand les hommes vivront d'amourIl n'y aura plus de misère et Commenceront les beaux joursMais nous, nous serons morts, mon frère... » (Raymond Lévesque)   1. L'immunité parlementaire, des fois, ça ressemblerait pas un peu à un privilège de l'Angien Régime ?   2. Anchois poil aux doigts ! Maquereau Poil au dos ! Morue Poil au ! Bon ça traduit en yaourglish avec une guitare indie/cool ça devrait l'faire non ?   Faudra aussi une... [Lire la suite]
22 mars 2017

AH CES POETES !

AH CES POETES !   1. « Je m'amuse fort à travers ces mots, dont mon collègue Mitschlaf pimente copieusement son cours de philosophie : En dehors du temps et de l'espace. » (Jean Ray, « La ruelle ténébreuse » [le narrateur])   « Je m'amuse fort à travers ces mots » dit le narrateur à Jean Ray genre que nous sautons de phrase en phrase comme oiseau de branche en.   Le collègue au narrateur à Jean Ray il « pimente son cours de philosophie » que je comprends que... [Lire la suite]
20 mars 2017

J'AI COMME UN DOUTE MOI AUSSI RÉPONDIT MON CHIEN

J'AI COMME UN DOUTE MOI AUSSI RÉPONDIT MON CHIEN   1. Je viens de sortir mon chien ; il fait beau. Je ne sais pas trop ce qu'il va devenir mon pays ; j'ai comme un doute.   Les Français sont paumés. C'est vrai qu'aux présidentielles 2017, quel que soit leur choix, ils éliront un fossoyeur.   2. Je me demande si notre inconscient collectif n'est pas en train de nous préparer un suicide du même nom.   3. Une couverture de Tibor Csernus : un visage parcheminé genre n'a plus d'âge tellement... [Lire la suite]