18 mai 2013

CABOCHE DEDANS

CABOCHE DEDANSDe la tendance qu'ont les humains à se massacrer puis de Céline, son Le pont de Londres, folio n°230. 1.Vent qu'il fait pas beau temps Un nouveau jourFatigué vague me sens état habituel c'est qu'iY a tout un tas d'petits machins à faire qu'çaMe saoule d'avance Plutôt envie d'écrire de meLaisser aller à la scribouille fantaisie C'estQue faut bien aller se rendre utile A la radioOn pérore sur la Syrie encore & toujours qu'çaS'massacre allégrement des deux côtés qu'on enTrouve des raisons et des symboles forts et... [Lire la suite]

16 mai 2013

SA NUIT LUI-MÊME AU BOUT

SA NUIT LUI-MÊME AU BOUT Foudre queue de lézard soleil brûlant forcément Voilà que j'associe des mots des images V'là leTemps qui passe sable s'estompant des visages &La chair apparaît Vous imaginez le tableau typeCouverture de pocket de Science-Fiction la face Blanche masque d'un visage des yeux sans yeux & Je regarde des statues leurs yeux sans yeux uneFace d'où s'écoule le sable s'effrite le masqueDe sable qui couvrait le masque de chair EvoquéA la télé le film Cria Cuervos tourné par SauraCarlos en 1975 film de la fin du... [Lire la suite]
11 décembre 2012

DES GRIFFES INVISIBLES

DES GRIFFES INVISIBLESExpressions, que par les cheveux de l'invisible et par les griffes du même, je tire de D'un château l'autre, de Céline, folio n°776. Sont ici en italiques. 1. p.255être avec toutes et tous : faire attention de rester soi, car toutes et tous ont des dents, et des yeux, et des griffes invisibles pour vous lacérer l'âme. 2. p.147"la preuve que j'écris pour" : pour quoi qu'on écrit, qu'on jette des syllabes dans l'océan des syllabes ? Mystère... C'est sans doute qu'on peut pas faire autrement, expressifs bestiaux. ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 décembre 2012

MANGER LE POISSON

MANGER LE POISSONNotes sur quelques citations et expressions tirées de l'article "Critiques au casse-pipe", par André Derval, in "Louis-Ferdinand Céline", divers auteurs, Le Magazine Littéraire, collection "Nouveaux Regards", 2012, pp. 65-66)   1.se révéler tortueux : il n'est pas si évident d'avoir l'air tout droit, alors qu'on est tout tortueux, noueux, tissé de carrefours où l'on hésite. J'admire les natures droites, moi qui vais très crabe de travers. Dans la page, il s'agit d'expliquer que, dès le début de sa carrière... [Lire la suite]
27 août 2012

LE PLUS RIGOLO C'EST QU'ON NOUS ECOUTE

LE PLUS RIGOLO C'EST QU'ON NOUS ECOUTE En feuilletant "D'un château l'autre", de Céline (folio n°776) 1."Un pays qui ne produit pas est dans la main de tous ceux qui produisent."(Arnaud Montebourg, sur BFM TV, le 26 août 2012)Alors, c'est-y pas qu'on va faire un effort sur les formations professionnelles, ou alors c'est que de la parlote et on va continuer à envoyer les mômes s'ennuyer à cent sous l'heure dans les lycées généraux ? 2."perpétuel carrousel" (Céline, p.258) : pour peu qu'on y songe, l'humain quelle formidable... [Lire la suite]
05 août 2012

LILI FANTÔME

LILI FANTÔME(cf D'un château l'autre, de Céline,folio n° 776, pp 164 à 175 ; les citationssont en italiques) "sapristis sapeurs cachottiers !..." CeStyle de fantaisie langagière du CélinePur jus de langue à dire choses cachéesEnfouies planquées ô richesses du mondeSous la peau des pierres sous l'écailleDu cauchemar les fabuleux trésors qu'onPeut ni voir ni savoir hyperocculte desQui échappent au regard ceux qu'on peutMême pas imaginer & structurent le réelAutrement qu'on croit qu'c'est sous uneLangue pareille singulière fantasque... [Lire la suite]

29 juillet 2012

VOUS VOUS DIRIEZ EN OPERETTE

VOUS VOUS DIRIEZ EN OPERETTE 1.Ce serait du Bonaparte, ce "le Destin c'est la Politique!" cité par le narrateur célinien (D'un Château l'autre, folio 776, p.154). Visionnaire donc, le caporal Massacre... 2.D'un château l'autre p.154 : "je restais une minute de plus je le voyais !..." une minute de plus, de moins ; un nez plus court, plus long... le temps dose nos existences... une horloge lunatique rythme nos consciences... le narrateur célinien est un survivant des circonstances... mille fois l'occasion d'y rester... la camarde, ça... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 juillet 2012

UN COUP D'OEIL SUFFIT

UN COUP D'OEIL SUFFIT (Notes sur D'un château l'autre, de Céline, folio n°776, p.138 à 142) 1. D'un Château, p.138-39 : Céline, il délire, c'est entendu... Ses géniales proses, c'est du grand délire... du cauchemardant conté comme pour faire marrer... cauchemarrance... de l'affreux rêve ancré dans le réel... il songe, conte, caricature, barbouille précis à la Gen Pol, son peintre pote d'avant la guerre, à coups de... il pochade et croquignole... dans ce passage, il a un accès de paludisme... ça lui force le délire... "je m'emmêle...... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 juillet 2012

AUTHENTICITE DU MENSONGE

AUTHENTICITE DU MENSONGE 1. "tout ça était bien fabuleux..." (Céline, D'un château l'autre, folio 776, p.127) "tout ça était bien fabuleux..." qu'il dit le narrateur célinien. On remarquera que ce qu'il trouve fabuleux, c'est ce qu'on lui raconte, le récit de La Vigue sur Caron, le bateau-mouche à macchabées, l'épique sinistre... Céline a fait un drôle de boulot : il a fabulé le pire de l'humain... je veux dire le vrai pire... celui du meurtre généralisé de la Guerre Mondiale et ses conséquences sur les individus... avec un drôle de... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 00:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 juillet 2012

MAIS OU DONC ?

MAIS OU DONC ? En italiques le Céline le mourdreux du Château l'autre en italiques comme une Averse qui vous dégringole quand zêtes Dehors que vous rentrez pour bouquiner Qu'est-ce que c'est devenu tout ça?... je vous demande?...les artistes, et la frime ?...à présent?...et la foule?... et la pluie... que de pluies!... A les Lire ces lignes je me repique au songe Le devenu tout ça célinien c'est c'que Nous connaissons tous visages lieux et Des prénoms des anecdotes des gens qui Nous étaient quelque chose un peu puis Le temps passe... [Lire la suite]