06 mai 2013

D'AUTANT PLUS QU'ILS SE MOQUENT DE NOUS

D'AUTANT PLUS QU'ILS SE MOQUENT DE NOUSEn parcourant La Maison de Claudine, de Colette. 1.A homme lunatique, femme énervée. 2.Le vent est sans colère, mais il est très consciencieux. 3.Ironie est le nom de celle-là pour qui travaille le destin. Sinon, ce serait purement gratuit. 4."Droite, éclatante, comme une rose épineuse"(Colette, La Petite Bouilloux)Une farouche, une beauté à pas s'en approcher, l'oeil noir, le cheveu batailleur, une franchise qui passe, une franche farouche quoi, de ces êtres dont parfois plus tard, en y... [Lire la suite]

29 avril 2012

EN ECOUTANT LE PASSEPIED

EN ECOUTANT LE PASSEPIED Ecrit en écoutant le Passepied de la Suite bergamasque de Claude Debussy. Comme cela sied bien à Colette, ce piano qui sautille et mélancolise un brin, et s'enjoue. 1. "Par les baies ouvertes la pluie entra comme ils s'apaisaient, tiède et cinglante, embaumée d'ozone." (Colette, La Chatte, Le Livre de Poche n°96, p.85) Une demoiselle trempée quand même que c'est l'été (dans cette phrase en tout cas) ; par les baies ouvertes (puisque c'est l'été), elle vous rentre dans la maison, la pluie ; elle est jolie,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 avril 2012

UNE DOUCEUR POINTUE

UNE DOUCEUR POINTUE 1. "suiveux" : dans Claudine à l'école de Colette, le mot "suiveux" désigne, avec un peu de moquerie et des guillemets, l'amoureux, le petit copain : "Dimanche dernier et jeudi, j'ai déjà couru les bois délicieux, tout pleins de violettes, avec ma soeur de première communion, ma douce Claire, qui me racontait ses amourettes... son "suiveux" lui donne des rendez-vous au coin de la Sapinière, le soir, depuis que le temps est doux." (Colette, Claudine à l'école, Le Livre de Poche n°193, p.113) 2. "Il faut que vous... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 avril 2012

INCERTAINE EXCEPTIONNELLEMENT

INCERTAINE EXCEPTIONNELLEMENT "Elle s'appuyait à son bras, un peu molle, incertaine exceptionnellement." (Colette, La Chatte, Le Livre de Poche n°96, p.69) Elle à son bras appuyée soutenue c'est que C'est bon de pouvoir s'appuyer au bras les Choses sont si difficiles les heures elles Peuvent être si imprévisibles que c'est ça Qui est bien qu'on puisse s'appuyer & même Qu'elle se sentait un peu molle incertaine Mais Colette préfère le verbe être rapport A ce que ça se voyait donc son incertitude A l'être cet exceptionnellement... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 05:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 avril 2012

OH LA SOIE SOMBRE DE SES PAUPIERES

OH LA SOIE SOMBRE DE SES PAUPIERES 1. "- Peu, dit Herbert." (Colette, Julie de Carneilhan, Livre de Poche n°2825, p.37)C'est pas possible comme on peut peu ! 2. "Elle retomba dans l'incertitude..." (Colette, Julie de Carneilhan, Livre de Poche n°2825, p.29) retomber dans l'incertitude, c'est revenir à l'état qui caractérise l'habituel de l'humain. Il se demande toujours plus ou moins ce qu'il fait là, l'humain, ce grand doute traversé d'illusions. J'admire les gens qui se trouvent à leur place ; j'admire que le français donne au... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,