18 janvier 2013

PAR OU PAS

PAR OU PAS "Par les soirs pluvieux, la pauvre fille-mère"(Jules Laforgue, L'Espérance) Par ou pas par et pas par par passe la pluieLes matins pluvieux les midis pluvieux lesSoirs eux aussi pas très clairs car trèsPluvieux les soirs liquident leurs fantômesLa lame et le couteau la rich girl laPauvre tout terre déjà tout terre laFille roi prince banquier tout terre laMère le père tout terre tout terre tout terre Par ou pas par et pas par par passe la pluieLes phrases s'arrachent les bouches tombent lesSoirs sont pleins de mains... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 août 2012

RIONS UN BRIN

RIONS UN BRIN "Quand on se retournera sur l'époque actuelle, ce qui frappera, c'est l'hallucinant gâchis de ressources, les montagnes de déchets de toute sorte qui sortent chaque seconde par la porte de derrière de cette usine à gaz."(Yann Moulier Boutang, La politique peut-elle forcer l'inertie de la situation économique ? in "L'Impossible" n°4, juin 2012, p.29, rien que le titre, on se bidonne déjà ! Après, ce genre de phrase qui enfonce, j'apprécie, et puis "de toute sorte qui sortent", c'est vraiment bon !). Quand les poules... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 août 2012

QUEL CINOCHE JE

QUEL CINOCHE JE "Ma dague d'un sang noir à mon côté ruisselle, Et ma hache est pendue à l'arçon de ma selle."(Victor Hugo, Marche turque, Les Orientales) Ma chevelure j'aurais voulu qu'elle soye sauvage et uneDague à ma ceinture j'aurais promené ma statureD'un bout de l'horizon à l'autre un immense Sang froid m'aurait fait chef de clan j'aurais eu coeurNoir âme noire yeux noirs et black dada !A black dada donc j'aurais fait le méchantMon dieu pourquoi m'avez-vous fait gentil ? ACôté de moi j'aurais eu des lieutenants barbares... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 août 2012

D'UN CORPS QUE SURMONTE UNE CAFETIERE

D'UN CORPS QUE SURMONTE UNE CAFETIERE "C'est une chose grande et que tout homme envieD'avoir un lustre en soi qu'on répand sur sa vie,D'être choisi d'un peuple à venger son affront"(Victor Hugo, C'est une chose grande..., Les Feuilles d'automne) C'est bizarre comme je lis peu !Une dizaine de pages et je m'endors.Chose étrange pour un littéraire qu'uneGrande oeuvre fasse sur moi si peu d'effet.Et, m'endormant, je me mets à rêverQue je suis près de toi, ce qui est à vrai direTout à fait sot : c'est que vain je suis dans le genreHomme... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 août 2012

RÊVE DE PIRATE

RÊVE DE PIRATE "Avez-vous quelquefois, calme et silencieux,Monté sur la montagne, en présence des cieux ?Etait-ce aux bords du Sund ? aux côtes de Bretagne ?"(Victor Hugo, Ce qu'on entend sur la montagne, Les Feuilles d'automne) Avez-vous une barbe taillée en pointe ? Avez-Vous un bandeau sur l'oeil ? Un perroquet quiQuelquefois crie des horreurs aux demoiselles ?Calme êtes-vous sur votre jambe de boisEt plein de pensées véloces et pinçantes ?Silencieux, regardez-vous, après avoirMonté - je ne sais pas comment par exemple ! -Sur les... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 juin 2012

LA

LA "Là encore les maisons ne se suivent pas ; le faubourg se perd bizarrement dans la campagne..." (Rimbaud, "Villes", illuminations) Là est lieu en lui-même C'est Encore toujours le là que donne le poème Les paysages sont cousus de syllabes les Maisons sortent des lèvres On Ne peut pas y habiter Elles Se défenestrent s'exportent se taisent ne se Suivent pas s'éparpillent dans les visages Pas une pierre pour tenir debout. Le là est fait de fuites c'est un Faubourg oui vraiment tout à fait faux Se moque de nous est partout à la fois... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2012

MAINTENANT JE REVIENS

MAINTENANT JE REVIENS "Maintenant je reviens en arrière avec vous, Cherchant des yeux ce bracelet dans la poussière" (Jacques Réda, "Le bracelet perdu", Amen, Gallimard, 1968) Maintenant dans ma tête les aiguilles remontent leur cours Je cette somme de tous les je qui se sont succédés Reviens sur cela qui fut et n'est plus Avec ça qu'je suis balèze en mélancolie Vous pensez comme j'me sens ailleurs Cherchant je ne sais quoi je ne sais où dans Des rues vides sans Yeux sans bouche ni sang battant à votre poignet nu ni Ce grand blanc... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 juin 2012

NI DROITE NI GAUCHE

NI DROITE NI GAUCHE "Il n'a ni droite ni gauche un squelette en quête de ses os"(Joë Bousquet) Il est sans pôle ni épaules N'a ni nez Ni main Droite pour aller cueillir Ni main Gauche pour aller offrir Un moins précis qu'il est que le Squelette tout détaillé En couleur d'une planche d'anatomie n'a ni Quête ni requête De trous qu'il est fait Ses os il sait pas où ils sont ses Os sans doute les chiens les ont emportés. Patrice Houzeau Hondeghem, le 18 juin 2012  
Posté par patricehouzeau à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 mai 2012

AU FOND DU JARDIN MES PENSEES

AU FOND DU JARDIN MES PENSEES "Les masques sont silencieux Et la musique est si lointaine" (Apollinaire, Marie) Les visages ne sont pas visages mais Masques et les masques les beaux masques Sont comme des chats tout Silencieux un orchestre d'ombres je me dis Et j'écoute un vieux blues me La raconter sa route poudreuse dans ma tête la Musique c'est pas qu'ça me hante tant que ça elle Est tout de même là parfois dans ma cervelle Si familière comme une envie de boire Lointaine dansante silhouette dans le jadis "Qui donc reconnais-tu... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 avril 2012

FOUDRE AUX YEUX

FOUDRE AUX YEUX "Femme est aussi la foudre qui noircit"(Pierre Emmanuel, Duel) Femme souvent varie fol qui Bah ! pas plus qu'un homme qu'elle Est changeante la femme est-elle Aussi la foudre qui noircit Foutaise ! C'est pas la femme qui est foudre, c'est nous qui nous fascinons bêtement au lieu de faire des mathématiques ou d'écrire des poésies rigolotes La morale c'est que ça donne des poèmes indigestes qu'on publie dans des revues que personne ne lit Quant à la Foudre c'est vrai qu'elle gouverne tout z'avez qu'à essayer Y a... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]