26 juin 2014

SIX NOTULES SUR L'UNIVERSALISME REPUBLICAIN

SIX NOTULES SUR L'UNIVERSALISME REPUBLICAIN 1.Ce qui règle la contradiction entre universalisme républicain et relativisme culturel, c'est ce bon vieux pragmatisme. On ne va pas dans la maison d'autrui pour lui dire comment il doit se comporter. Ceci dit, il peut nous demander notre avis. 2.Le modèle intégrationniste français a bien du mal à s'appliquer lorsque les traditions familiales des individus sont radicalement différentes des nôtres. Le simple fait que j'utilise le pronom "nôtres" souligne déjà la distance qu'il y a entre... [Lire la suite]

14 juin 2014

CAFETIERE A FANTASMES ET AUTRES CHOSES

CAFETIERE A FANTASMES ET AUTRES CHOSES 1.Pour que le réel réponde à notre définition, il faut bien prendre en compte les paramètres de l'inconnu, les trous dans l'être. 2.Quand les sphinx ne correspondent plus à leurs portes, c'est là que commence l'absurde. 3.Peut-être qu'elle a tout inventé, tout sorti arlequin légendaire de sa cafetière à fantasmes - et je pense alors que la cafetière à fantasmes eût été un bon titre pour un morceau d'un groupe assez fantaisiste pour intituler une de leurs galettes "camembert électrique" - de sa... [Lire la suite]
03 mai 2014

NOTES EN MARGE D'UN PARAGRAPHE DE JULIA KRISTEVA

NOTES EN MARGE D'UN PARAGRAPHE DE JULIA KRISTEVA(cf Julia Kristeva, "Le langage, cet inconnu", édition de poche, Points n°125, p.152). "théories strictement grammaticales" : implicitement, il y aurait donc des théories qui ne seraient pas "strictement grammaticales".Scholae grammaticae (Ramus, 1559).Grammaire "formelle", recours à la logique, "Dialectique"."substitution"; "transformation", ce qui suppose un "contexte" et un ensemble de "particularités des formes".La langue comme un ensemble d'exceptions. La langue comme régulation... [Lire la suite]
12 mars 2014

QUE DISAIS-TU TOI QUI ME FASCINAS ?

QUE DISAIS-TU TOI QUI ME FASCINAS ? 1.Tiré de René Char: "aussitôt fait silence"; "qui les frôle éclôt"; "Que disais-tu ?". 2.Dès que l'irréel... ou que le réel... des fois, on sait plus tant on nous carabistouille... quelque chose "aussitôt fait silence"... c'est qu'on n'sait quoi dire. 3.Dans les herbes, des souffles cachés... et les pas qui font se faufiler d'autres bêtes... un serpent parfois. 4."Que disais-tu ?" Je n'ai plus en mémoire que fascination. 5.La musique acousmatique utilise souvent le vent, souvent le vent,... [Lire la suite]
11 mars 2014

QU'EN FIN DE COMPTE

QU'EN FIN DE COMPTE 1.Tiré de Camus : "la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue"; "une règle rationnelle"; "un exemple n'est pas forcément un exemple" (in "Le Mythe de Sisyphe"). 2.Dans Camus, ce "la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue", déjà le mot "peine", il décourage. 3.Les règles n'ont jamais que l'air d'être rationnelles; ce ne sont que des arrangements avec la logique, laquelle, comme on sait, nous tire la langue. 4.Camus a raison : "un exemple n'est pas forcément un exemple"; surtout quand on cultive... [Lire la suite]
27 décembre 2013

LES CHOSES QUI PENSENT QUE NOUS SOMMES

LES CHOSES QUI PENSENT QUE NOUS SOMMES 1.Je lis sur la toile que les Allemands ont décliné le célèbre "Humor ist, wenn man trotzdem lacht" en "Philosophie ist, wenn man trotzdem denkt" et "Religion ist, wenn man trozdem stirbt." Amusant. (cf Jürgen Becker: "Religion ist, wenn man trotzdem stirbt: Ein Handbuch für Humor im Himmel" (KiWi-Taschenbuch, 2008). 2.Je nettoie un couteau, un exemple de cette infinité de petits dieux tranchants que nous avons en main. 3.J'entends joliment dissoner un orgue, église dessinée naïvement. 4.Des... [Lire la suite]

15 décembre 2013

MON JEU N'EST PAS TON JEU

MON JEU N'EST PAS TON JEU 1.Quoi que l'on fasse, l'on mène notre jeu face à, et d'abord face à soi-même. Et face à dieu. Et face à l'autre, cet autre pas moi. 2.Ce n'est que par convention que les règles sont les mêmes. Mon jeu n'est pas ton jeu. D'ailleurs, l'un au moins triche. 3.Sire, la faim vous colle au palais; zavez les dents qui grimpent aux rideaux; la bave vous trempe la barbe. 4.Ne te sens-tu pas déjà étrange depuis qu'à travers toi passent leurs yeux ? 5. Tantôt nos apparences leur sautent aux yeux, tantôt leurs yeux... [Lire la suite]
08 décembre 2013

UNE ODYSSEE INUTILE

UNE ODYSSEE INUTILENotes sur un passage de la page 48 du volume "Ecartèlement", de Cioran (Gallimard, 1979) "L'histoire, odyssée inutile, n'a pas d'excuse..."(Cioran) 1.Le réel, un équilibre des couteaux. 2."Autant dire qu'il eût été préférable qu'il n'eût pas lieu." (Cioran, L'Ecartèlement, Gallimard, p.48) Comme dans cette proposition, l'impersonnel remplace Dieu et tend à prouver que la langue se fiche de son créateur. 3.Dieu, cet infini derrière un pronom. 4.D'ailleurs, à "il est que" on peut flanquer une infinité de "il est... [Lire la suite]
04 décembre 2013

MIETTES D'OGRE

MIETTES D'OGRE 1.Les autres, des fois, je n'aimerais pas être dans leur assiette. 2.- Non, je vous assure, je n'ai pas d'autre ami imaginaire que moi-même. 3.Quand on met les pieds dans le plat, il ne faut pas s'étonner que l'on vous crache dans la soupe. 4.Une maladie rare ? - Soi-même. 5.Ne me tutoyez pas, je pourrais être votre fantôme. 6.Verre, ô verre, que de fantômes ai-je bus dans ce verre-là ! 7.Je persiste dans l'hier comme un amoureux qui ne veut pas quitter la gare. 8."mais la lutte passée, lorsqu'elle s'est une... [Lire la suite]
03 décembre 2013

CHAIS PAS QUI CHAIS PAS QUELLE

CHAIS PAS QUI CHAIS PAS QUELLE 1.Le nostalgique regrette l'avant d'un événement qu'il désigne lui-même comme déclencheur, et qui masque de beaucoup plus puissants, persistants et intimes chronophages. 2.Le but de la classe dominante, c'est de rester puissante et persistante. Elle tire sa puissance de l'argent et sa persistance de la politique. En période de crise économique, l'illusion politique est d'abord dénoncée par la réalité des marchés. 3.La culture ? - Une prise du pouvoir par les symboles. 4.On a du mal à combattre un... [Lire la suite]