07 janvier 2017

ALBATROSSERIES

ALBATROSSERIES(Rosses sur un poème de Baudelaire)L'ALBATROSSouvent, pour s'amuser, les hommes d'équipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers.A peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,Laissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à côté d'eux.Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !L'un agace son... [Lire la suite]

08 février 2016

PARFOIS PIERRE

PARFOIS PIERRE 1.« Ils me disent, tes yeux, clairs comme le cristal »(Baudelaire, « Sonnet d'automne ») Yeux : « clairs comme le cristal » chez Baudelaire ; à y lire des fois un avenir dans ces globes, pis du trouble, voire du pas très drôle. 2.« Je suis le sinistre miroirOù la mégère se regarde. »(Baudelaire, « L'Héautontimorouménos ») Miroir : ce qu'on est des fois qu'on n'y retrouve ni son latin ni son chien. 3.« Les maisons, dont la brume allongeait la... [Lire la suite]
09 janvier 2016

PETITES CONSOLATIONS DE FANTAISIE

PETITES CONSOLATIONS DE FANTAISIE1.« Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ! »(Baudelaire, « Chant d'automne », I)2.« Notre âme, piteux monument »(Baudelaire, « L'irréparable »)3.« - Et la lampe s'étant résignée à mourir,Comme le foyer seul illuminait la chambre,Chaque fois qu'il poussait un flamboyant soupir,Il inondait de sang cette peau couleur d'ambre ! »(Baudelaire, « Les bijoux »)4.« Ma pauvre... [Lire la suite]
31 janvier 2015

CE QU'ON TROUVE DANS UNE CHANSON D'APRES-MIDI

CE QU'ON TROUVE DANS UNE CHANSON D'APRES-MIDI1.« Quoique tes sourcils méchantsTe donnent un air étrange Qui n'est pas celui d'un ange,Sorcière aux yeux alléchants,»(Baudelaire, « Chanson d'après-midi »)2.Une jeune fille avec des sourcils méchants, et qui me regarde tandis qu'elle n'existe pas.3.Un air étrange joué par une flûte et que l'on entend parfois la nuit quand la lune lâche ses tigres silencieux.4.Que voit-on dans les « yeux alléchants » de la sorcière ? - Brûler son cœur – si, si, regardez bien,... [Lire la suite]
22 janvier 2015

LA RUE ASSOURDISSANTE

LA RUE ASSOURDISSANTE 1.« La rue assourdissante autour de moi hurlait »(Baudelaire, « A une passante ») 2.L'homme seul et le tintouin : le u d'la « rue » et les « our » et les « our » et puis le u de « hurlait ». 3.Ça chiasme donc ce Baudelaire « rue assourdissante autour hurlait » ça roule ça houle et ça hurlure. 4.Les hurles de la rue, des passants aux cris muets. 5.Des insultes même si ça se trouve dans les gens c'est tout blasphèmes anathèmes cris et... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
14 décembre 2014

ET LE TEMPS C'EST MA LANGUE

ET LE TEMPS C'EST MA LANGUE   1."La vie m'aime et je l'aime autantL'univers m'appartientLa vie c'est ma vieEt le temps c'est mon temps."(Jean-Pierre Ferland, "Mon ami J.C.")   2."dans l'observatoire de leurs pensées"(Baudelaire, "Les Paradis artificiels")   3.C'est nous "dans l'observatoire de leurs pensées", calculés comme des astres à bras, à jambes, zieutés, scrutés, évalués.   4.Les gens passent avec leur double télescope, çui-là d'leurs mirettes et çui-là d'leurs pensées; ils coïncident parfois... [Lire la suite]

23 octobre 2014

QUEL EST CET ETRANGE QUE JE N'Y ERRE QU'EN SONGE ?

1.Quel est cet étrange que je n'y erre qu'en songe ? 2.Des fois dans l'étrange de nos songes, les contes i sont tout troués, et les légendes perforées. 3.Eh bien quoi, j'attendais que tu retrouves toute ma mémoire... 4.Expressions baudelairiennes: "adorer quelqu'un à l'égal de la voûte nocturne";  "un vase de tristesse"; "une grande taciturne". 5.Je suppose que lorsque l'on "adore quelqu'un à l'égal de la voûte nocturne", on est tout prêt à lui voir des étoiles. 6.Je suppose que lorsque l'on "adore quelqu'un à l'égal de la... [Lire la suite]
05 décembre 2013

BREFS SUR UNE UTOPIE EROTIQUE

BREFS SUR UNE UTOPIE EROTIQUE 1."Du temps que la Nature en sa verve puissante Concevait chaque jour des enfants monstrueux,"(Baudelaire, La Géante) Y a des lunes et des lunes et des lunes, la Nature, elle faisait dans le monstre, le mégasaurien, le diplodocus, et puis, elle s'est perfectionnée, elle a miniaturisé. 2."J'eusse aimé vivre auprès d'une jeune géante,Comme aux pieds d'une reine un chat voluptueux."(Baudelaire, La Géante) Quidam fantasme sur une "jeune géante" des temps légendaires; ce qui ne se trouve pas au coin d'la... [Lire la suite]
04 décembre 2013

PLOUF PONK SPLEEN

PLOUF PONK SPLEEN 1."Du fond du gouffre obscur où mon coeur est tombé"(Baudelaire, De Profundis Clamavi) Ton coeur, en tombant, a-t-il fait plouf, ou bien ponk ? 2."Recueille-toi, mon âme, en ce grave moment,Et ferme ton oreille à ce rugissement."(Baudelaire, Le crépuscule du soir) Mais qui c'est-y qu'a mis ce lion dans ma chambre ? 3."Cependant des démons malsains dans l'atmosphère"(Baudelaire, Le Crépuscule du soir) Ils foncent en battant d'leurs ailes de cuir etL'on peut lire sur leurs tee-shirts "Iron Maiden". 4.Pascal... [Lire la suite]
24 novembre 2013

DANS BAUDELAIRE L'IRREMEDIABLE

DANS BAUDELAIRE L'IRREMEDIABLE 1.Dans Baudelaire, L'irrémédiable, le Ciel a beau se tordre le coup d'oeil, aucune de ses mirettes n'y met les palmes, dans le Styx. 2.Dans Baudelaire, L'Irrémédiable, un Ange qu'a tâté du bizarre, qu'a fricoté l'étrange, i s'débat, s'étouffe, prend une tasse de remous du cauchemar. 3.Dans Baudelaire, L'Irrémédiable, des fascinés chantent à la noirceur venue, font les pitres, jonglent dans les ténèbres avec leurs têtes coupées. 4.Dans Baudelaire, L'Irrémédiable, un fasciné du vaudou, un attrapé du... [Lire la suite]