20 février 2008

"UN CHARME INDEFINISSABLE"

"UN CHARME INDEFINISSABLE"      "29 oktober     Dat onbestemde uur van de dag, wanneer het nog net niet avond is geworden, was hij het liefst. De grauwe huizen verkregen een schmerige charme en de steeds haastig op weg zijnde voorbijgangers vertraagden hun stap om niet uit de toon te vallen tussen de trage, langoureuze schaduwen." (Patrick Bernauw, De witte vrouw, De Boeck, 1997, p. 14)        "Le 29 octobre      C'était ce moment... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2007

DE LA SIMPLICITE EN POESIE

DE LA SIMPLICITE EN POESIE “Hond die onder aarde dwaalt  zacht gras als een vacht.” (1) « Un chien qui erre sous la terre    l’herbe douce comme un pelage. » (2) L’herbe se nourrit. Elle est assez carnassière savez-vous, l’herbe tendre ? « douce comme un pelage », l’herbe qui puise ses forces aux entrailles de la terre.Ainsi les morts se mêlent-ils au vivant.Ce sont des vers d’Anneke Brassinga. On ne peut pas mieux dire la simplicité d’être lucide, car être lucide, c’est avant tout... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 juin 2006

GEHEVEN GLAS / LEVONS NOS VERRES

GEHEVEN GLAS. LEVONS NOS VERRES.Notes sur le recueil descendance (Anneke Brassinga, Maison de la Poésie Nord/Pas-de-Calais, 1993). Les années passent et les visages s'effacent, les ombres s'estompent dans les rideaux de la pluie.Pour ne plus y penser, fêtons notre anniversaire : Geheven glas. De jaren stijgen totde lippen, boorden van het wrak. (1) Levons notre verre. Les années montent auxlèvres, bordages de l'épave. (1) Mais cela ne se peut. On ne peut résumer ainsi par quelques verres les années passées. On ne retrouve... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2005

HET STRAND ; LA PLAGE

HET STRAND ; LA PLAGEDeux brèves annotations sur ni gagnants, ni perdants de Lut de Block(Maison de la Poésie Nord/Pas-de-Calais, édition bilingue flamand/français dans une traduction de Liliane Wouters, novembre 2000) Het strand, veel meeuwen, en een zeevan tijd. (p.38) La plage, beaucoup de mouettes, un océande temps. (p.39) Le paysage marin des côtes du Nord nominalise la phrase puisqu'il s'agit de décrire un univers qui indéfiniment renvoie à lui-même : d'une dune à l'autre, d'une mouette à sa pareille, - tournois de cris... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2005

"Les arbres font le jour"

Bomen maken de dag, les arbres font le jour, écrit Anneke Brassinga dans Voor nu en altijd, Maintenant et pour toujours. (1) Les arbres font le jour. L'espace est ainsi déterminé par les objets, par cet être spécifique qui est la dénomination de l'être, la nomination des objets précisant ainsi ce qui constitue l'espace dans lequel ils apparaissent. Nommer quelque chose c'est donner un nom à l'être en soi des objets reconnus, nommer quelque chose c'est ainsi se référer au "nom de l'être" selon l'expression que nous devons,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]