20 décembre 2015

QUELQUES REPLIQUES POUR TRETEAUX FANTOCHES

QUELQUES REPLIQUES POUR TRETEAUX FANTOCHES   1. Des fois je m'enquiquine la caverne ; je sors pas ; je mélancolise d'envergure ; je me ronge le temps.   2. Les bipèdes parfois, ils ne déclenchent l'enfer que pour finir à confesse.   3. Se mettre à flûte et à bec, carabistouiller d'la bavance, et joue-moi donc de la trompette (ou du biniou, ou du violon).   4. Se hanter la caboche, prendre son cafard pour lanterne, taquiner la chauve-souris.   5. « tout est déjà mémoire »... [Lire la suite]

13 décembre 2015

PRENDRE SA VACHE POUR UN TRAIN ET AUTRES LOCUTIONS

PRENDRE SA VACHE POUR UN TRAIN ET AUTRES LOCUTIONS   1. Ecouter son parapluie : se montrer prudent.   2. Avoir le nez bourré de pépites d'art et découvrir la belle revenante qui fréquente les ruines.   3. Blitzer dans la s'moule : agir de façon spectaculaire autant qu'inutile, donner un coup d'épée dans l'eau.   4. Prendre sa vache pour un train : vouloir que les choses aillent plus vite qu'elles le peuvent. Il prit sa vache pour un train, et lors dérailla.   5. Servir une coupe... [Lire la suite]
07 avril 2013

LAISSER INFUSER LE TEMPS

LAISSER INFUSER LE TEMPSEn feuilletant le très beau "Balades en jazz", d'Alain Gerber (folio senso, folio n°4504, inédit, 2007). 1."l'ironie de l'histoire" : que l'Histoire soit ironique n'est pas si étonnant, quand on songe à tout ce qu'elle sait et qu'elle ne dit pas. 2.L'Histoire ? - Un tombeau ouvert. 3."avoir remisé son attirail" (p.41) : peut se dire de quelqu'un qui vient de se rhabiller. Bérurier renfilant son falzar. 4."où c'est le diable qui vient" (p.84) : il y a des lieux si désolés, si délaissés, qu'il n'y a que le... [Lire la suite]
05 décembre 2012

GOGNE GÔGNE GAUGNE GOGNER GOGNEU

GOGNE, GÔGNE, GAUGNE, GOGNER, GOGNEU Dans l'article Le réel, c'est d'la langue consacré au roman "A prendre ou à lécher" de l'inestimable San-Antonio / Frédéric Dard, je citai la phrase suivante :"Et le fait que tu aies failli prendre le chuteur sur le coin de la gogne ne change rien au problème." (op. cit., fleuve noir n°101, p.64)Bui Dui Dan, lectrice fidèle et attentive, s'interrogea sur le mot "gogne" et me fit part de ses doutes sur cette incongrue leçon.Je répondis qu'il s'agissait peut-être (sans doute) d'une coquille et que,... [Lire la suite]
24 septembre 2012

DIRE TANT PIS POUR TEMPS PIS

DIRE TANT PIS POUR TEMPS PIS 1."vouloir s'assembler aux confins" (André Doms): rêver d'impossibles ailleurs.Citations :"J'avance, enrobé d'âges, comme pour m'assembler aux confins." (André Doms, Voyeur voyageur, "Les bustes 2", Le Taillis Pré, Belgique, 2012) Rêveur... tout plein d'autres... farci ombre... révélé aux anges... avéré du jardin... potager d'images... saucerfulé aux secrets... confit de sphinx... têtes à gifles de l'invisible... tourné vent... girouetté des points... gratiné d'azur... l'oeil par la fenêtre... donnant... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
13 mai 2012

DIRE QU'ALORS Y FAIRE

DIRE QU'ALORS Y FAIRE "On dit qu'alors, tandis qu'immobiles comme elles Veillaient stupidement les mornes sentinelles, Les trois têtes soudain parlèrent ; et leurs voix Ressemblaient à ces chants qu'on entend dans les rêves, Aux bruits confus du flot qui s'endort sur les grèves,              Du vent qui s'endort dans les bois." (Victor Hugo, Les Orientales, Les Têtes du sérail) 1. "dire qu'alors" n'est que la première partie de l'expression "dire qu'alors y faire"... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mai 2012

Y A PAS ! FAUT QU'ELLE LES TUE !

Y A PAS FAUT QU'ELLE LES TUE "Cela ne vous déplaît pas, monsieur Robert Darzac, que je découvre l'assassin ? - Ah ! je voudrais le tuer de ma main ! s'écria le fancé de Mlle Stangerson avec un élan qui me stupéfia." (Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, Le Livre de Poche n°547, p.81) 1. On peut plaire, on peut déplaire ; on peut ne pas déplaire, cela peut arriver, à condition d'en pincer pour une tête de litote. 2. L'assassin est quelqu'un que l'on découvre. En hiver, il peut donc attraper froid. Ce n'est pas grave vu... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]