21 février 2017

PENDANT QUE PURULE LA ROSE

PENDANT QUE PURULE LA ROSE   Notes sur le poème « Le rêveur » de Jacob Van Hoddis tel qu'il a été publié dans une traduction de Arp et Hugnet in André Breton, « Anthologie de l'humour noir ».   1. Le poème - ce bout de chose écrite qui prétend à l'être – commence par la mention d'une « nuit bleu-vert » et pourquoi pas rouge baiser.   Quand j'écris la nuit rouge baiser Le Baiser de la Femme Araignée me vient à l'esprit qui est le titre d'un film que je n'ai pas vu.   2. Le poème –... [Lire la suite]

05 février 2017

CE QUI NOUS TROUBLAIT LE PLUS

CE QUI NOUS TROUBLAIT LE PLUS   « C'est quand même le miracle de l'invisible, la littérature. » (Alain Finkielkraut, émission « Répliques » du samedi 21.01.2017, France Culture)   1. « Ce qui nous troublait le plus, c’était notre ignorance totale de l’aspect sous lequel se manifesterait la chose. » (H.P. Lovecraft traduit par Yves Rivière, « La maison maudite » in « Je suis d’ailleurs », Denoël, coll. « Présence du futur »)   Heureusement que c’est une... [Lire la suite]
02 janvier 2017

DES FOIS QU'ON ENTEND BOURNIFLER

DES FOIS QU'ON ENTEND BOURNIFLERcf (Lewis Carroll traduit par Jacques Papy, « De l’autre côté du miroir » Folio classique n°2657, pp 274-278)1.‘The question is,’ said Alice, ‘whether you can make words mean so many different things.’ (Lewis Carroll, « Through the Looking Glass »)« - La question est de savoir si vous pouvez obliger les mots à vouloir dire des choses différentes. »(Lewis Carroll traduit par Jacques Papy, « De l’autre côté du miroir » [Alice])Les remarques d'Alice peuvent sembler... [Lire la suite]
06 octobre 2016

QU'ON S'PROMENE PARTOUT AVEC SON REEL A SOI

QU'ON S'PROMENE PARTOUT AVEC SON REEL A SOI Notes isolationnistes sur le poème « Le jardin mouillé » de Henri de Régnier.   HENRI DE REGNIER : LE JARDIN MOUILLÉ   « La croisée est ouverte ; il pleut Comme minutieusement, A petit bruit et peu à peu, Sur le jardin frais et dormant.   Feuille à feuille, la pluie éveille L'arbre poudreux qu'elle verdit ; Au mur, on dirait que la treille S'étire d'un geste engourdi.   L'herbe frémit, le gravier tiède Crépite et l'on croirait... [Lire la suite]
28 mars 2015

PUISQUE C'EST SI BEAU

PUISQUE C'EST SI BEAUNotes sur quelques vers de « Ma Convulsion » « Je ne peux jamais oublier la fleurdont je ne connais pas le nom .» L'auteur de ces deux vers est une jeune japonaise de 25 ans, née à Hiroshima, grandie à Yokohama, vivant à Tokyo, qui, sur tweeter, outre les nombreuses citations de nos poètes qui attestent de son intérêt pour notre littérature, publie régulièrement, sinon quotidiennement, de petites notes poétiques qu'elle compose directement en français. L'on ne peut que se féliciter de ce que... [Lire la suite]
08 mars 2015

DE QUELLE LANGUE

DE QUELLE LANGUE 1.« A tempestuous noise of thunder and lightning heard. »(Shakespeare, « La Tempête » I,1, didascalie) « noise of thunder » : visite des éclairs ; au bout de leurs fils électriques, les masques blancs des visiteuses du ciel. 2.« Tend to th' master's whistle »(Shakespeare, « La Tempête » I,1, [Boatswain]) « whistle » : sifflet, le rappel strident au réel ; fin du jeu, c'est que je joue, nous jouons, tandis qu'il y a l'feu au bal. ... [Lire la suite]

08 mars 2015

LE REEL SURTOUT LA NUIT

LE REEL SURTOUT LA NUIT 1.Je me souviens d'avoir entendu Borges comparer sa découverte de la langue anglaise à une initiation amoureuse. 2.« While we stood here securing your repose »(Shakespeare, « La Tempête », II,1 [Sebastian]) Le réel, surtout la nuit, est plein de dormants aux côtés desquels il nous arrive de veiller. 3.« I shall laugh myself to death at this puppy-headed monster. »(Shakespeare, « La Tempête »,II,2 [Trinculo]) Le réel n'oublie jamais que nous pouvons mourir de... [Lire la suite]
02 mai 2014

NOTES EN MARGE DE LA FOLIE DE ROLAND DE MAX JACOB

NOTES EN MARGE DE LA FOLIE DE ROLAND, DE MAX JACOB. "Ce ne fut qu'au pays de Luneet sur les ailes d'un griffonqu'on lui apporta la raison."(Mac Jacob, "La Folie de Roland", Derniers poèmes, Poésie/Gallimard) Passé littéraire, épique ("roman de chevalerie").Conte ("raconte"): le  passé s'exprime par sa littérature; il peut donc dire vrai; il peut aussi mentir.Présent de narration, présent de vérité générale (ce roman ne peut conter que ce qu'il conte, la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a).Héros... [Lire la suite]
05 juin 2013

EN ATTENDANT QUE MOUSSE LES BOUFFE

EN ATTENDANT QUE MOUSSE LES BOUFFEEn parcourant le recueil "Car l'adieu, c'est la nuit", Emily Dickinson traduit par Claire Malroux, Poésie/Gallimard n°435, édition bilingue. Les citations ici faites sont entre guillemets ou en italiques. 1."This Consciousness that is awareOf Neighbors and the Sun" Conscience, reluque le relatif des voisins, des circonstances, et se tient face aux signes de ce qui persiste, soleil, espèce d'absolu. 2."Death sets a Thing significantThe Eye had hurried by" Ce qui, traduit par Claire Malroux, donne :... [Lire la suite]
12 mai 2013

SON ÂME SE PENCHAIT

SON ÂME SE PENCHAITNotes sur Dernière évasion de Tatave Wacheux, de Nicolas Wallart, éditions Henry, 2011. 1."La silhouette d'un chien efflanqué poursuivait celle d'un cavalier faisant corps avec sa monture."(Nicolas Wallart, Dernière évasion de Tatave Wacheux, p.45) Donc, un ouah-ouah maigre filochait un quidam à dada. 2.Page 42, y a du style indirect libre ("Il pouvait se vanter d'être libre !"), ce qui doit avoir affaire avec le titre ("Dernière évasion"). L'auteur précise que nul ne pouvait le voir, son personnage, rapport à ce... [Lire la suite]