06 septembre 2015

CLAIR ET QUI POURTANT PEU A PEU D'OMBRE SE BROUILLE

CLAIR ET QUI POURTANT PEU A PEU D'OMBRE SE BROUILLE   1. « Mais vivante vraiment, moderne comme elle est : La dame du miroir est si miraculeuse ! » (Apollinaire, « La force du miroir »)   2. Vivante, statue bouh ça fait peur vraiment peur quand elle bonkeubongue dans les escaliers.   3. Moderne ô onomatopées slogans néons hiatus et rébus la ville qui nous tentacule rythmique pieuvre.   4. Comme elle est, je l'aime, comme on aime une légende.   5. La dame, en noir... [Lire la suite]

22 octobre 2014

NOTES SUR LES DICTS D'AMOUR A LINDA

NOTES SUR LES DICTS D'AMOUR A LINDA 1.Aussi bien que le jadis, vous voilà, Linda, en jolie laterna magica. 2."Votre nom très païen, un peu prétentieux,Parce que c'est le vôtre en est délicieux;"(Apollinaire, "Les dicts d'amour à Linda") 3.On pardonne leur prétention à ceux qui nous fascinent, et on ne voit plus l'humilité de ceux qui nous aiment. 4."Il veut dire "jolie" en espagnol, et commeVous l'êtes, on dit vrai chaque fois qu'on vous nomme."(Apollinaire, "Les dicts d'amour à Linda") 5.Habileté du mot-outil utilisé à la rime... [Lire la suite]
11 mars 2014

POUR N'ÊTRE QU'UNE OMBRE

POUR N'ÊTRE QU'UNE OMBRE 1.Tiré d'Apollinaire: "Sous la lune leurs ombres"; "J'écoutais cette nuit"; "Et le bruit éternel d'un fleuve" (cf "Le Voyageur"). 2.Je reluquai sous la lune qu'elles filaient leurs ombres... rapides de plus en plus... à croire qu'les fantômes des choses étaient gênés par mon oeil. 3.J'écoute des fois la nuit crisser le grain d'une crécelle à verse. 4.Ce son continu qui sous-tend le réel, ce son dans lequel nous baignons, quel en est le fleuve ? 5.Tiré d'Apollinaire: "Automne malade et adoré"; "Et que... [Lire la suite]
01 décembre 2013

DE COCASSE MANNEQUIN

DE COCASSE MANNEQUIN 1.Cortège, Apollinaire. Quidam, i reluque les godillots et i les r'fait tout comme, les cogitans qui vont dedans. 2.Cortège. Placide zoziau vole à l'envers et machine son nid dans les espaces d'au-delà la foudre d'arbres. 3.Cortège. Quidam, i s'attendait sa pomme. Pas fini de poireauter, le gazier. 4."Et moi aussi de près je suis sombre et terne"(Apollinaire, Cortège) 5.De quel spectre ai-je hérité l'encre et l'ombre, et les maisons hantées qui demeurent dans les livres, et que n'ai-je appris à  me... [Lire la suite]
19 octobre 2013

CHACUN TROUVE SON TROUBLE

CHACUN TROUVE SON TROUBLEEn parcourant Alcools, d'Apollinaire. 1.Dans le poème "Le Larron", d'Apollinaire, que demande la femme au larron : - De tourner vers elle ses yeux lyriques. Des "yeux lyriques" : on imagine le regard du zigue, ça doit déborder de merlans frits qu'ça fait des taches de gras sur le parquet. Dégoûtant ! 2.Comment qu'ils sont, les "oiseaux" qui font bectance des "astres mûrs" du Vendémiaire d'Apollinaire ? Bourrés, les piafs, i sont. Vergogne ! Vergogne ! Quand on est promu à la dignité de cosmique ailé, de... [Lire la suite]
22 août 2013

NOTES SUR UN JOUR DES MORTS

NOTES SUR UN JOUR DES MORTSNotes sur le poème "Rhénane d'automne", d'Apollinaire (in Alcools). Citations entre guillemets. 1."RHENANE D'AUTOMNE Les enfants des morts vont jouerDans le cimetièreMartin Gertrude Hans et HenriNul coq n'a chanté aujourd'huiKikiriki" a) En quoi le titre nous renseigne-t-il ? Le titre "Rhénane d'automne" nous renseigne sur le cadre spatio-temporel du texte : les bords du Rhin en automne. b) En quoi l'expression "les enfants des morts" donne-t-elle le ton de ce poème ? L'expression jette une note... [Lire la suite]

20 août 2013

MELANCOLIE DE LA POCHADE

MELANCOLIE DE LA POCHADENotes sur le poème La blanche neige d'Apollinaire (in "Alcools"). 1."Les anges les anges dans le cielL'un est vêtu en officierL'un est vêtu en cuisinierEt les autres chantent" a) Où se trouvent les anges ? Les anges se trouvent "dans le ciel". Ce qui n'est pas étonnant, le ciel étant l'habitat naturel des anges, le lieu où ils "chantent" aussi bien que dans l'eau sont muets les poissons. b) Que pouvez-vous dire de leurs vêtements ? L'habit d'officier et l'habit de cuisinier renvoient à la société des... [Lire la suite]
16 août 2013

NOTES SUR PAYSAGE D'AUTOMNE D'APOLLINAIRE

NOTES SUR AUTOMNE MALADE D'APOLLINAIRESource : Apollinaire, Alcools, Poésie/Gallimard. 1."Automne malade et adoréTu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraiesQuand il aura neigéDans les vergers"(Automne malade, vers 1-4)1a) Dès le premier vers, comment est considéré l'automne ? L'automne, on dirait une personne. Quelqu'un dont on voudrait prendre soin. Parce que "malade", parce qu'"adoré". Drôle d'investissement affectif que de s'éprendre de l'automne. Comme si on pouvait aimer le temps, cet assassin qui passe. Note : je... [Lire la suite]
24 octobre 2012

AVANT DE N'ÊTRE PLUS DU TOUT

AVANT DE N'ÊTRE PLUS DU TOUTEn baguenaudant dans le recueil "Alcools" d'Apollinaire, en songeant que le cosmos est un compotier rempli de fruits rares, parfois uniques sans doute, à l'usage des dieux fructivores. 1."avoir long collier de sommeils affreux" (Réponse des Cosaques zaporogues au Sultan de Constantinople, "Poisson pourri de Salonique / Long collier des sommeils affreux") : C'est au cou de la diachronie que ça se passe, corps allongé avec ses pleins et ses déliés, ses fauves et ses moites, ses ombres et clartés. 2."avoir... [Lire la suite]
23 octobre 2012

ET MÊME DU C'EST PAS SI MAL

ET MÊME DU C'EST PAS SI MALcf Alcools de Guillaume Apollinaire 1."avoir le coeur qui bat très fort à sa parole" (Salomé, "Mon coeur battait très fort à sa parole / Quand je dansais dans le fenouil") : Être amoureux. Et ici, être amoureuse puisqu'il s'agit de Salomé qui en pince et danse pour Jean-Baptiste, lequel finira tête séparée de son corps. Le fenouil m'amuse, qui paraît un peu surprenant. Peut-être pas. Je sais pas. En tout cas, on peut imaginer itou que l'on s'effeuille dans le fenouil, que l'on se papouille dans le fenouil.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,