07 juin 2016

FILE LA LUNE PLUME LA LUNE

FILE LA LUNE PLUME LA LUNENotes drolatiques sur « Pantoum négligé », de Verlaine.« Trois petits pâtés, ma chemise brûle ;Monsieur le curé n'aime pas les os ;Ma cousine est blonde : elle a nom Ursule.Que n'émigrons-nous vers les Palaiseaux !Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule.On dirait d'un cher glaïeul sur les eaux.Vivent le muguet et la campanule !Dodo, l'enfant do, chantez doux fuseaux.Que n'émigrons-nous vers les PalaiseauxTrois petits pâtés ; un point et virguleOn dirait d'un cher... [Lire la suite]

04 juin 2012

VERLAINE : SONNET BOITEUX

VERLAINE : SONNET BOITEUX                                             A Ernest Delahaye Ah ! vraiment c'est triste, ah ! vraiment, ça finit trop mal ; Il n'est pas permis d'être à ce point infortuné. Ah ! vraiment c'est trop la mort du naïf animal Qui voit tout son sang couler sous son regard fané. Londres fume et crie.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 mai 2012

LA VIE HUMBLE

LA VIE HUMBLE (Notes sur la pièce VIII du livre I de Sagesse, recueil de Verlaine) 1. "La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles Est une oeuvre de choix qui veut beaucoup d'amour, Rester gai quand le jour, triste, succède au jour, Être fort, et s'user en circonstances viles,"(Verlaine, Sagesse, Livre I, pièce VIII) 2. "La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles", si elle est humble - nous ne sommes pas puissants - et ennuyeuse - ah oui, alors ! - n'est pas si facile : il y faut de l'endurance, de la persistance, de la... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 mai 2012

DU GASPARD HAUSER CHANTE

DU GASPARD HAUSER CHANTE 1. Dans la première strophe de Gaspard Hauser chante (pièce IV du Livre III du recueil Sagesse de Verlaine), le narrateur tombe de nulle part, c'est-à-dire de la campagne peut-être, ou de quelque bourg obscur, puisqu'il est "venu" dit-il "vers les hommes des grandes villes". Il n'a d'ailleurs pas de généalogie, puisqu'il est "orphelin". 2. Gaspard Hauser est "riche" de ses "seuls yeux tranquilles". Autant dire qu'il est pauvre, quoique doté d'un regard que l'on peut supposer franc, sans arrière-pensées,... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 mai 2012

LES OMBRES COMME LES PROIES

LES OMBRES COMME LES PROIES "Ô vous, comme un qui boite au loin, Chagrins et Joies, Toi, coeur saignant d'hier qui flambes aujourd'hui, C'est vrai pourtant que c'est fini, que tout a fui De nos sens, aussi bien les ombres que les proies." (Verlaine, Sagesse, livre I, pièce VI, vers 1-4) 1. Le "vous" peut s'appeler (je vous appelle demain ; c'est à vous que je m'adresse) ; il admet le vocatif. Tous les substantifs peuvent être employés au vocatif, mais pour certains, la trivialité du sens induira le second degré : Ô abat-jour ! Ô... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 mai 2012

CHERES MAINS

CHERES MAINS "Les chères mains qui furent miennes, Toutes petites, toutes belles, Aprés ces méprises mortelles Et toutes ces choses païennes, Après les rades et les grèves, Et les pays et les provinces, Royales mieux qu'au temps des princes, Les chères mains m'ouvrent les rêves." (Verlaine, Sagesse, livre I, pièce XVII) 1. L'expression "chères mains" est chargée d'affectivité. Elle rappelle l'expression "chers disparus". Mise à distance via la relative "qui furent miennes" (le passé simple plonge ces mains dans le passé). 2.... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mai 2012

SOUS LES IRONIES DU SOLEIL MOI ARROGANT

SOUS LES IRONIES DU SOLEIL MOI ARROGANT 1. "La bise se rue à traversLes buissons tout noirs et tout verts, Glaçant la neige éparpillée Dans la campagne ensoleillée." (Verlaine, Sagesse, livre III, pièce XI) L'hiver, j'attrape de la bise, celle qui se rue, de la ruante quoi. J'aiguise mon couteau exprès pour, le couteau à biseau, et dedans l'intempérie, je me taille un habit de marquis quelque peu froid. Cela me donne un air glacial. Du coup, les ombres noires qui passent le long des murs et les femmes aux yeux verts trop sûrs d'eux... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 mars 2012

UNE TENTATION DES PIRES

NOTES SUR LES FAUX BEAUX JOURS ONT LUI TOUT LE JOUR (Pièce VII du recueil Sagesse de Paul Verlaine) UNE TENTATION DES PIRES 1. L'âme émiettée en douze coups : "Les faux beaux jours ont lui tout le jour, ma pauvre âme" (vers 1) Vers à monosyllabes. C'est toujours assez virtuose, ça le douze coups, de l'archet qui connaît bien son violon. C'est du pizzicato, comme on dit en musique, de la corde pincée. Avec de    l'écho encore, le mot "jour" qui scande le vers, non pas en deux hémistiches, mais de manière à ce qu'il... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]