19 avril 2008

CHAQUE NUIT

CHAQUE NUIT Je sais le jour tu es ailleursPeux-tu me dire où Te caches-tu où se cachent les ombres sansVoir ni la lumière ni d'autres visagesChaque nuit tu reviens pourtant chaqueNuit brille l'éclat de tes yeux     Je peux te voir chaque nuit    Les miroirs n'en disent pas autant    Passent les jours et les cercueils    Dans les rues du village Je sais le jour tu es fantasquePeux-tu me justifier si peu de miroirsTe passes-tu si aisément de déjeunerVoir glisser ton ombre m'étonne... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 00:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 avril 2008

UIMM

UIMM On a beaucoup parlé ces derniers mois de la fameuse Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie, de leurs retraits en liquide de sommes à faire baver, et l'on s'est demandé à quoi pouvait bien servir tout cet argent.Des instructions sont en cours.Des messieurs avec des noms de trombone à coulisse, des diplômes pleins la poche et des têtes de premier de la classe, passent devant le juge.Il se dit beaucoup que cet argent servait à arroser les syndicats en cas de besoin : éviter une grève, solliciter la signature d'un... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 18:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 avril 2008

AIME CESAIRE EST MORT HIER

AIME CESAIRE EST MORT HIER Aimé Césaire est mort hier. Qu’aurait-il pensé, le poète militant, qu’aurait-il pensé de la mort de Nicolaus Aslamazidis, cet ouvrier grec employé par l’entreprise ELBE (sous- traitant du chantier de construction naval AKER YARDS de SAINT-NAZAIRE) et qui, après avoir été licencié verbalement – et pour cause ! -, avec deux de ses camarades, pour avoir tout simplement demandé à prendre connaissance de son contrat de travail et que lui soit remis sa première fiche de paye, a entamé une grève de... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 14:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 avril 2008

HACHEE

HACHEE Sur le fond gris de la fin du jour il la vitLa bête immense et noire sur laRoute elle approchaitHachée ruisselanteDe son pas tranquille sous laPluie dans les plis mouvants du ventLe cheval ténèbre monté par unCavalier en armure il approchait le cavalierSans que l'on puisse voir son visage vu que sansTête qu'il était çui-là quiApprochait sur la route hachée de pluie. Patrice HouzeauHondeghem, le 18 avril 2008
Posté par patricehouzeau à 13:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 avril 2008

QUE COUIC

QUE COUIC Des phénomènes mystérieux des Murmures chuchotements soupirsLa voix énigmatique de laNuit persistait au manoir elle yTroublait le sommeil des jeunes fillesLes autres ronflaient paisiblementEndormis et n'entendaient que couic Que les craquements du vieux manoirCouic cric crac ils n'ouïrent que couicDes furtifs frottements seules lesSouris coureuses les réveillaientDans la journée elles entreprirentLes jeunes filles de fouiller lesPlacards et les pièces ignorées. Patrice HouzeauHondeghem, le 18 avril 2008
Posté par patricehouzeau à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2008

EN DEVENIR

EN DEVENIR 1) Comme l'ombre est différente de ce qui la porte, l'être diffère de l'étant. Il apparaît donc que le non-étant n'est pas le non-être. Le non-étant n'est pas le néant. La suppression de l'étant ne supprime pas l'être. Ainsi, la mort de Napoléon Bonaparte n'a pas supprimé l'être bonapartiste. La mort des êtres ne supprime pas l'humanité. Elle en souligne la persistance. Seule l'abolition radicale de tous les signes pourrait effacer l'être. Qu'est-ce, en effet, que l'être sans le langage pour le désigner ? 2) Le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2008

HOU-HOU !

HOU-HOU ! Le spectre - il était ceSpectre pince-sans-rire - etFit grand bruit au manoirHou lançait-il la nuitHou répétait-il sans cesseRassemblant dans les arbres d'alentourLes chats-huants chouettes hulottesHiboux et tous les ducsQui faisant concert de hululementsLui prêtèrent leur concours etFirent long et multiple échoOn - nous cousins de passage -Ne put dormir on nePut que se retourner sansFermer l'oeil de la nuitL'oeil qui indubitablement nous cerne. Patrice HouzeauHondeghem, le 16 avril 2008
Posté par patricehouzeau à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2008

DU LANCINANT

DU LANCINANT Du lancinantVelours bleuDu jazz que jouait leSaxophone élégant et sophistiquéSortit dans la fumée du clubL'arabesque l'éclair soupleD'un longSerpent à la langue vibrante. Il se glissa de la bouche doréeSe dirigea lentement seDirigea - étrangement personne ne semblait le voir -Vers l'ondulation bleueLes mouvements lentement cadencés d'une robe auxHanches mouléesD'une longiligneDanseuse perdue dans la fumée. Patrice HouzeauHondeghem, le 15 avril 2008
Posté par patricehouzeau à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2008

CHEVAL PRENANT

CHEVAL PRENANT Le miroir s'emplit duCheval vaste cheval quiPrit soufflant écumant piaffantLes faces terribles lesMille yeux et lesVisages d'une armée d'ombres. Il détala illico ilS'enfuit le trop curieuxDerrière un long hennissement ;Lui très épouvantéLe cri du chevalHennissement atroce le poursuivant. Il se retrouva dehorsFranchit les grilles ouvertesLe ciel bleu duParc était piqué deTrès claires étoiles GrandCalme dans la rue. Patrice HouzeauHondeghem, le 15 avril 2008
Posté par patricehouzeau à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2008

VISAGE PEINT

VISAGE PEINT Le ciel était d'un bleu à jouer dehorsVisage content qu'il avait le môme soudainPeint de marques rouges et noiresD'un coup d'oeil il le vit cetIndien du cimetière à l'affûtDans la hauteur verteLes verticales serrées desHerbes de la prairie. Personne dans la petite villeNe prêta attention au gamin neCrut un seul mot deCette fable d'indien tapi dans l'herbeHistoire suscitée bien sûr par l'ancien cimetièreJusqu'au jour où il y eut lePremier cadavre et le premierScalp d'une série bien trop longue pour être détaillée. ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]