21 février 2008

VIVACITE DU COMTE

VIVACITE DU COMTE Le mot comte vient du latin comitemQui signifiait compagnon Comte trèsVivace que celui-là Dracula vampireRoumain que l'Angleterre popularisaEst-ce bien le terme approprié dansUn roman désormais "culte" comme onDit aujourd'hui qu'il persiste dansLes films ces collections de photosDe fantômes animés à jamais DraculaDonc qui fut aussi un personnage deL'histoire de la Roumanie VéritableHéros pour certains historiens dansCes luttes féroces entre chrétienneRoumanie et envahisseur ottoman carFéroce c'était ces... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 13:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 février 2008

VIVACITE DU CONTE

VIVACITE DU CONTE(Note sur un poème de Leopoldo Maria Panero)Les citations ici faites du texte de Panero figurent entre guillemets. Le « fatum », cette fatalité antique, peut prendre parfois le visage de la folie :« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » (Racine, Andromaque Acte V, scène 5) « Une malédiction du ciel » écrit Leopoldo Maria Panero dans un poème traduit de l’espagnol par François-Michel Durazzo, poème que je lis maintenant dans l’anthologie Ciel d’Europe, panorama de la... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2008

NOTE SUR NOTRE PROVISOIRE PRESIDENT

NOTE SUR NOTRE PROVISOIRE PRESIDENT Il y a quelques semaines, sur LCI, le chroniqueur Olivier Duhamel, devant le spectacle de l'ostentatoire agitation du Président Sarkozy, - celui qui préside avec ses pieds -, pronostiqua qu'à ce rythme-là, il ne tiendrait pas six mois, le Nicolas...L'actuelle dégringolade du Président dans les sondages semble donner raison à Duhamel.Bah ! du moment que la Bourse ne dégringole pas plus vite que lui, ça peut toujours s'arranger ! Plus sérieusement, il est à noter que Nicolas Sarkozy n'en finit... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2008

"UN CHARME INDEFINISSABLE"

"UN CHARME INDEFINISSABLE"      "29 oktober     Dat onbestemde uur van de dag, wanneer het nog net niet avond is geworden, was hij het liefst. De grauwe huizen verkregen een schmerige charme en de steeds haastig op weg zijnde voorbijgangers vertraagden hun stap om niet uit de toon te vallen tussen de trage, langoureuze schaduwen." (Patrick Bernauw, De witte vrouw, De Boeck, 1997, p. 14)        "Le 29 octobre      C'était ce moment... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2008

AVIS DE PUBLICATION

AVIS DE PUBLICATION - Nous tenons à informer nos aimables lecteurs que la traductrice Marie Rennard (cf le blog "Melting Pot et Vin doux" http://rennard.canalblog.com/) vient de publier la traduction d'un texte de Richard Beard : "Le Rugbyman nomade" aux éditions Michel Champendal. Par ailleurs, sous le titre Poème injustifié, l'excellente Marie Rennard nous a récemment laissé en commentaire cette expérimentation que nous nous permettons d'ajouter à nos travaux en cours sur le vers justifié... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2008

DIEU EST UN POULET FRIT

DIEU EST UN POULET FRIT "Dieu est un poulet cru, une baguette pré-cuite". (Orlando de Rudder, Accroche les murs in "Blog d'Orlando de Rudder" à la date du 16 février 2008 : http://orlandoderudder.canalblog.com/) "Dieu est un poulet cru" écrit OrlandoDe Rudder ce dont d'ailleurs + ou - jeMe suis toujours douté la preuve c'estQue l'on en mange le dimanche avec desPommes de terre qui sont notre Dieu deNous autres au Nord Dieu puisqu'il estEst donc aussi ce poulet frit cela estEn ce sens que l'on en... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 12:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 février 2008

"UN CADAVRE DANS LA BIBLIOTHEQUE"

« UN CADAVRE DANS LA BIBLIOTHEQUE » Agatha Christie : « Un cadavre dans la bibliothèque » (The Body in the Library) - Edition « Club des Masques » (4ème trimestre 1977) L’une de mes préférées, cette couverture, c’est-à-dire une de celles qui fascina le plus l’adolescent que je fus, dans ces longues rues du Pas-de-Calais où je courais chez le libraire du coin, quelques pièces de monnaie en poche, me procurer une de ces merveilles : une édition « Club des Masques » des romans d’Agatha Christie ou encore... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2008

EN PASSANT

EN PASSANT Musset dans la dédicace de La Coupe et les Lèvres, à propos de l'écriture : "Au moment du travail, chaque nerf, chaque fibre,  Tressaille comme un luth que l'on vient d'accorder.  On n'écrit pas un mot que tout l'être ne vibre."  Surtout si l'on a bu beaucoup trop de café ! (1) (1) On sait que j'ai le coeur moqueur et fort sceptique... Patrice HouzeauHondeghem, le 18 février 2008
Posté par patricehouzeau à 17:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 février 2008

SUR TROIS VERS DE LAFORGUE

SUR TROIS VERS DE LAFORGUE "Toto sauce du poing un débris d'écuelle,Gémit, piaille, renifle et, tout en pleurnichant,Fait des bulles de morve et suce une chandelle."(Jules Laforgue, Intérieur, Les Complaintes et les premiers poèmes, Poésie/Gallimard, p.174) J'aime bien la poésie de Jules Laforgue quand elle prend pour sujet ces petits riens qui - nos jours en sont tissés - nous font sourire et nous rappellent que nous sommes avant tout simples, simples comme le bonjour que nous donnons entre nous pour signifier que... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2008

WO BIST DU ?

WO BIST DU ? Comme en un sombre miroir qui soudain s'éclaire                    Je                   montai                         l'instable                                   escalier       ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]