20 juin 2008

SARKO-LA-BERLUE

SARKO-LA-BERLUEDonc notre président i prévoit de supprimer53 000 mirlitaires et personnels des arméesDe la France d'ici 6 à 7 ans qu'il dit et +Si affinités sans doute 53 000 bien évidentque 53 000 biffins biffés en + de tous ceuxqui dans la fonction publique ne seront pasremplacés une fois retraités ça va en fairedes éconocroques à payer les intérêts de ladette en attendant qu'ils refassent un tourde piste au gouvernement type nous revoiloules socialistes et des... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2008

AH LES BOURSOUFLES !

Ah les boursouflés ! Voilà le genre d'instructions qui fait bondir ou se gausser pas mal d'enseignants : figurez-vous que ces jours-ci, - nous sommes en juin 2008 - arrive dans les ordinateurs des établissements, parmi tant d'autres missives électroniques plus ou moins utiles, un mail demandant aux pédagogues de considérer que, désormais, l'orthographe "boursouffler" avec deux f - comme dans affreux ! affreux ! affreux ! - doit être autorisée, et même défendue comme étant logique, puisque, n'est-ce-pas, il est vrai que le... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 00:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 juin 2008

PINCEMENT

PINCEMENT"C'est un pincement : l'envie d'écrire. Je n'ai pas, envie  D'écrire, mais je ne compte pas.C'est une envie d'écri" (Jean-François Hantisse, Mes soeurs les mouches in Le Jardin ouvrier 1995-2003, Ivar Ch'vavar & camarades, Flammarion, p.307)C'est un pincement qu'il ditCette envie d'écrire de flanquerLe papier d'encre de créaturesDedans pas de dieu cachéMais une pléïade de visagesD'ombres de regards de corpsS'agite dans les mots auSecret des pattes de mouchesC'est un pincement qu'il ditAux nerfs au coeur... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2008

DE L'INCESTE ET DE L'INSECTE AUSSI

DE L'INCESTE ET DE L'INSECTE AUSSI       "Dans un coin l'inceste agile  Tourne autour de la virginité d'une petite robe                 Dans un coin le ciel délivréAux épines de l'orage laisse des boules blanches."(Paul Eluard, Max Ernst, Capitale de la douleur, Poésie/Gallimard, p.13) Marrant que pour parler d'un peintre iciMax ernst il commence par Dans un coin àCroire que ce qui l'intéresse se tient àQuelque détail comme le diable dont... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2008

QUASIMENT !

QUASIMENT !Dans le numéro 13 de la revue "Innovations" qui fut publié en mai 1989 par le Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de Lille, je lis, dans un article au titre intéressant ("La droite est-elle infinie des deux côtés ?") cette remarque particulièrement lucide :"Ma question devenait alors : que savent-ils en fait, ces élèves ?  Bonne question, d'ailleurs, je ne sais toujours pas aujourd'hui si les élèves croient réellement ce qu'on leur dit ou s'ils sont simplement habitués à faire... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2008

DEVIL'S DANCE

DEVIL’S DANCE (qui est le titre d’un morceauDu très tonitruant groupe de rock Metallica) Vous savez quoi maintenant les scientifiquesMettent au point et si ça se trouve fait queC’est déjà cette machine pour laquelle alorsQue ses réponses étaient constituées de 0 etDe 1 en séquences où o exclue 1 & 1 exclue 0Eh bien dans l’ordinateur quantique il y a 0Qui n’exclue pas 1 & 1 qui n’exclue pas 0 ceQui signifie que la réponse peut être 0 et 1Tout à la fois ce qui illustre une fois de +Cette étrange vérité de deux... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 13:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 juin 2008

YEUX BLANCS

YEUX BLANCS « Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire  Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard »  (Paul Eluard, L’égalité des sexes in Capitale de la douleur,    Poésie/Gallimard, p.51) Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraireDit le poète Eluard et c’est vrai que d’unPays à l’autre les yeux peuvent revenir vuQue les yeux on les emmène toujours avec ÔYeux cercles d’où nous voyons le réel maisPas comme il est en réalité mais comme lesChoses nous apparaissent car nos yeux... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 juin 2008

EH OUI...

EH OUI… “I got up : the chilly sun  Saw me walk away alone.”  (Louis MacNeice, Autobiography) « Je me suis levé, le soleil frileux   M’a vu m’en aller seul. »   (Traduction : Clotilde Castagné-Véziès, Une voix, choix de poèmes de Louis MacNeice, Orphée La Différence, p. 73) Je - puisqu’il y a un « je » avec un œil dedans -Me regarde et ne me reconnaît que par habitudeSuis déjà ce que l’on dira de moi une fois queLevé par un beau ou morne jourLe temps me prendra les yeux et leSoleil... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2008

DANS LA VITRE VIDE DU POEME

DANS LA VITRE VIDE DU POEME(Notes sur quelques vers de Capitale de la douleur de Paul Eluard) Miroir :"Un bel oiseau léger plus vif qu'une poussière  Traîne sur un miroir un cadavre sans tête"  (Paul Eluard, Mascha riait aux anges, Capitale de la douleur, Poésie/Gallimard, p.75)Des choses se traînent dans les miroirs. Ici, "un cadavre sans tête" que "traîne" "un bel oiseau léger". Une opposition donc entre la légèreté, la vivacité, la beauté de l'oiseau et le "cadavre sans... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2008

DE L'HYPOCRISIE DES INTEGRATIONNISTES

DE L'HYPOCRISIE DES INTEGRATIONNISTES Cela fait longtemps que je le sais : pour beaucoup de musulmans, la jeune femme qui se marie doit être vierge.Les jeunes musulmans le savent ; les jeunes musulmanes le savent.Qu'ensuite, s'il apparaît que la jeune mariée a menti sur sa virginité, il me semble évident que le mari peut, à juste titre, s'estimer floué.Dans beaucoup de pays, cela finit par la répudiation de l'épouse.En France, récemment, le tribunal de Lille a fait annuler un mariage pour ce motif.Cela me semble juste et, à mon... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 07:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]