21 janvier 2015

AU NOIR DE CABOCHE

AU NOIR DE CABOCHE 1.L'être est destiné à être contrarié ; sinon, il déborde, prend toute la place, éclate sa grenouille. 2.Quoi qu'on dise, seul l'humain aura le dernier mot, ou le perroquet. 3.L'être i s'goinfre d'amertumes ; il espère y, y finit même, par y décrocher des fois la perle de consolation. 4.Liqueur bien amère ! Grand souci, semblable détresse… On s'y zieute, on s'y mire squelette. 5.Aller protéger son frère avant qu'il soit trop tard, avant qu'on nous dise va l'horloge a massacré le frangin et le... [Lire la suite]

21 janvier 2015

C'EST D'AILLEURS CE QUE NOUS FAISONS

C'EST D'AILLEURS CE QUE NOUS FAISONS   1.« A mesure que la soirée avançait, la tension primitive, un moment disparue, semblait revenir. »(Agatha Christie traduit par Michel Le Houbie, « Meurtre au champagne »)   2.Imaginons qu'au cours d'une soirée, une « tension primitive », un auparavant révolu, se mette à revenir, nous dirons que cette tension est comme un fantôme qui vient tendre entre elles les consciences du réel.   3.Des fantômes se promènent dans le réel, le tendent, le... [Lire la suite]
19 janvier 2015

Y A TROP D'CONS ÇA M'FATIGUE

  Y A TROP D'CONS ÇA M'FATIGUE   1.Depuis quelques jours écœuré, j'aime autant plus faire que citer ; plus trop envie de m'creuser les méninges ; y a trop d'cons, ça m'fatigue.   2.D'actualité : « - C'est vraiment absurde,dit-il, son émotion tant bien que mal maîtrisée. »(Agatha Christie traduit par Michel Le Houbie, « Meurtre au champagne »)   3.« Georges s'en allait un curieux sourire aux lèvres. »(Agatha Christie / trad Michel Le Houbie)   4.J'admets que... [Lire la suite]
18 janvier 2015

BAH DIT-IL

BAH DIT-IL 1.Bah dit-il en reprenant du fromage, que voulez-vous, si le suicide est une erreur, vivre, c'est accepter de se tromper.   2.Seigneur, délivrez-moi des autres et de leur nécessité.   Ma pomme Houzeau un brin contrariéHondeghem, le 18 janvier 2015.  
Posté par patricehouzeau à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2015

ECRIRE SAUCISSE

ECRIRE SAUCISSE 1.« L'individu a ensuite pris la fuite puis il s'est tué » voilà un typique des faits divers comme quoi le réel est bourré d'tragique jusqu'à la gorge. 2.Saucisse saucisse saucisse saucisse saucisse Voilà que ça me reprend d'écrire saucisse saucisse et saucisse à tout bout de champ. 3.A portée de main le tragique, grouille autour de nos squelettes soudain il déborde défouraille explose. 4.Il explose aussi quoi qu'ça peut faire qu'je répète saucisse à tout bout de champ qu'même qu'ça me reprend saucisse... [Lire la suite]
11 janvier 2015

UN CAVALIER NOIR EST-IL PASSÉ ?

UN CAVALIER NOIR EST-IL PASSÉ ? Un cavalier noir est-il passé des ombres surSon visage stries traits zébrures biffures &Griffures sa face en est labourée constelléeQu'on dirait bien qu'elle porte un masque saFace un masque de chair y a des gens ils ontCe genre énigmatique mystérieux des tombeauxDes secrets des masques de chair qui passentEntre vos bouches comme on passe entre nœuds Des vipères celles des trottoirs des rideauxDont la langue remue au rythme de la tête etComme foudre retenue au rythme de leurs yeuxFixes fixes... [Lire la suite]

11 janvier 2015

L'INDIVIDU A ENSUITE PRIS LA FUITE

L'INDIVIDU A ENSUITE PRIS LA FUITE« L'individu a ensuite pris la fuite puis ilS'est tué » voilà un typique des divers dontOn dit qu'ils sont des faits Saucisse oh ouiSaucisse saucisse saucisse saucisse saucisseVoilà que ça me reprend d'écrire saucisse deRépéter saucisse à tout bout de champ portéeDe main le tragique il grouille à côté d'nosSquelettes soudain il déborde il défourailleIl explose aussi quoi qu'ça peut faire qu'jeRépète saucisse à tout bout de champ qu'mêmeQu'ça me reprend que le monde est bien assezAbsurde... [Lire la suite]
29 décembre 2014

D'UNE VOIX SINGULIERE

D'UNE VOIX SINGULIERE   1.Borges, "parfois d'une barque près du rivage", une voix singulière, entre deux morts.   2.Mon trousseau est bien énigmatiqueA quelles portes sont ces clés ?   3.Borges, dans le "que c'est maintenant et maintenant seulement", c'est-à-dire uniquement dans ce passé auquel seul l'oeil du lecteur peut donner crédit.   4.A quelles portes sont ces clésEt quelle est cette fille qui m'appelle son fiancé ?Mademoiselle, je dois vous quitterChez moi je dois rentrer.   5.Borges, les... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 décembre 2014

AH TIENS UN RENARD A MOBYLETTE

AH TIENS UN RENARD A MOBYLETTE   1.Vous avez dit "identité", "appartenance", "communauté", allez donc écouter ce qu'en 1976 disait Tri Yann dans "La découverte ou l'ignorance", comme quoi on peut être français et refuser d'ignorer d'où vraiment l'on vient.   2.Entendu dire que pour éviter que les Ricains espionnent leurs ordinateurs, certaines administrations allemandes étaient sur le point de remettre en service la bonne vieille machine à écrire. Vont-elles revenir, les mata-haris de la poubelle à papier ?   ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 décembre 2014

COUDRE DE FEUILLES MORTES

COUDRE DE FEUILLES MORTES1.La claire voix presque enfantine de Pascale Ogier dans "Les Nuits de la pleine lune" d'Eric Rohmer.2.Jolie réplique du personnage interprété par Belmondo dans "Itinéraire d'un enfant gâté" : "Difficile de s'amuser, quand on a de la mémoire".3.Des fois, Lelouch, dans ses films, on dirait qu'il teste ses acteurs, et il me semble qu'ainsi il en arrive à tester ses spectateurs, et même que des fois c'est fatiguant et un rien gnangnan.4.Y a des gens, je les soupçonne de passer leur vie à s'entourer d'autres, à... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 05:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,