11 mars 2014

QU'EN FIN DE COMPTE

QU'EN FIN DE COMPTE 1.Tiré de Camus : "la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue"; "une règle rationnelle"; "un exemple n'est pas forcément un exemple" (in "Le Mythe de Sisyphe"). 2.Dans Camus, ce "la vie vaut ou ne vaut pas la peine d'être vécue", déjà le mot "peine", il décourage. 3.Les règles n'ont jamais que l'air d'être rationnelles; ce ne sont que des arrangements avec la logique, laquelle, comme on sait, nous tire la langue. 4.Camus a raison : "un exemple n'est pas forcément un exemple"; surtout quand on cultive... [Lire la suite]

26 février 2014

RECULER EN REMONTANT

RECULER EN REMONTANT 1.Tiré de René Char: "La lune du lac"; "le doux feu végétal de l'été"; "un lit de profondes" (cf "Donnerbach Mühle") 2.La lune, je suppose qu'elle va au lac comme le visage au miroir. 3.J'aimerais tant, de nouveau, me laisser engourdir dans mon ancienne maison par "le doux feu végétal de l'été", que, des fois, j'en ai brindilles au coeur. 4.Moi non plus, je n'ai jamais contemplé le lit de la rivière aux profondes serpentes, aux longs yeux de menaces. 5.Tiré de Céline: "peu prou pas croyables"; "presque... [Lire la suite]
25 février 2014

LE MOT VERNICHTUNGSLAGER EN 1943

LE MOT VERNICHTUNGSLAGER EN 1943 1.J'ai eu tort d'écrire que Robert Faurisson était d'une intelligence médiocre; il est en fait très malin, et opiniâtre dans sa malignité. D'où la persistance de sa néfaste influence. 2.De même, j'ai eu tort d'écrire qu'il écrivait mal. En fait, il écrit plutôt bien. Il paraît même crédible en professeur de lettres. 3.On trouve sur le net un document en date du 6.9.1943 dans lequel figure le mot "vernichtungslager" (camp d'extermination):http://db.dodis.ch/document/11958.Ce document émane des... [Lire la suite]
24 février 2014

UNE OMBRE AU ROYAUME DU BORGNE

UNE OMBRE AU ROYAUME DU BORGNE 1.Le temps vole, c'est-à-dire qu'il me vole. 2.Et quand, à force d'être tournés et retournés dans la farine des phrases, les mots nous manqueraient, nous jouerions des syllabes comme d'une guitare. 3.Alice, bien sûr, a élu sa hantise dans les pianos de Satie, de Ravel, de Debussy. 4.Il n'y a pas l'être rien, puis l'être vif, puis l'être mort; il y a l'être vif et l'être mort. Nous sommes les chats de la boîte, tant que, bien sûr, les mots "chat" et "boîte" peuvent être prononcés. 5.Nos jeux sont... [Lire la suite]
23 février 2014

ETRE DU BOND

ETRE DU BOND 1.Tiré de René Char: "Etre du bond"; "n'est entièrement défini"; "n'est pas souverain". (cf "Feuillets d'Hypnos" in Fureur et mystère, Poésie/Gallimard). 2.L'humain tend plus à "être du bond" qu'à la grisaille des terrasses. 3.Aucun des masques que le bref emploie n'est entièrement défini. Le bref ne cesse de coudre son métier. 4.Je ne suis mon souverain que par l'autre. Ma liberté se définit dans son attente. 5.Fixer des vertiges... Encore un truc qu'on ne peut faire qu'avec les clous du paradoxe. 6.Dans le... [Lire la suite]
23 février 2014

UNE PORTE DE PIERRE SUR UNE NUIT VERTE

UNE PORTE DE PIERRE SUR UNE NUIT VERTE 1.C'est la souveraine mirette qu'on a, l'oeil royal, impératif, dont l'attention à son empire doit être soutenue; faute de quoi, il risque bien d'être crevé. 2.L'empire regorge de cornes de rhinocéros, que nous créons tout exprès pour les beaux yeux du péril. 3.J'aime bien l'expression "péril en la demeure", qui suppose quelque rhinocéros dans la chambre à coucher, quelque tigre tapi dans le tapis, quelque couteau dans les rideaux. 4.Nous regorgeons d'horloges. C'est en nous soumettant au... [Lire la suite]

22 février 2014

OU NE SERA PAS OU LE CONTRAIRE

OU NE SERA PAS OU LE CONTRAIRE 1."Le chasseur de soi fuit sa maison fragile"(René Char, Les trois soeurs, in "Fureur et mystère", Poésie/Gallimard) 2.Etre ce "chasseur de soi"... avec le couteau à dépecer... j'veux dire celui de la langue... et pas un vrai; ça coupe aussi... Note : remarquez que si je coupe après "coupe", que j'enlève "aussi", ça fait moins prétentieux sentencieux, non ? 3.Y en a, des spectres collègues, qui hantent des maisons si fragiles, que leurs ombres finissent par les annihiler. 4.Dans nos syllabes, cette... [Lire la suite]
22 février 2014

J'ECRIS JE VEILLE J'AI TORT

J'ECRIS JE VEILLE J'AI TORT. 1.Tiré de René Char: "la chaleur désespérée"; "la beauté au point du jour"; "A la santé du serpent". 2.Cette alliance, ce jeu, "la chaleur désespérée", a, je pense, mis de la pointe à bien des coeurs, comme le souvenir soudain d'un visage baigné de larmes. 3.J'ai beau me dire que, l'idée de n'être plus aimé ne passe pas. 4.Le n'être plus, c'est du jamais. On regrette déjà ce que l'on n'a pas su être. 5.J'écris. Je veille. J'ai tort. C'est fatigant. 6.Je suppose qu'il y a des auteurs qui... [Lire la suite]
22 février 2014

COURIR LA LANGUE

COURIR LA LANGUE 1.Tiré de René Char: "la marche fourchue"; "abritait d'herbe l'inconnu"; "la connaissance divisible" ("Les Trois Soeurs"). 2.La marche marche marche, "fourchue", précise René Char; chaque pas un carrefour, une rose des quatre haches. 3."abritait d'herbe" le peuple aigu des insectes leurs cuirasses dans le soleil, à la lumière de la fin du jour, persistant dans une grouillante nuit. 4.L'inconnu, cette ombre à deux bras, deux jambes et une grosse boule ronde qui, le long de nos murs, agite sa solitude errante. ... [Lire la suite]
15 février 2014

UN CULTE AUSSI SECRET

UN CULTE AUSSI SECRET 1.Tiré de René Char: "Dépêchons-nous d'oeuvrer ensemble"; "converger l'un vers l'autre"; "inexplicablement à l'hostile" ("Feuillets d'Hypnos", 196) 2.Imaginé pour une bande dessinée d'héroïc-fantasy : "Dépêchons nos corps à la relève des âmes" dit le chevalier levant son épée. 3.Le rôle de l'armée, savoir dépêcher des corps à la relève des âmes. 4.Converger vers un but commun suppose de passer par ces chemins parallèles où l'un tente de rejoindre l'autre. 5.Je pense assez que beaucoup d'entre nous vivent... [Lire la suite]