23 juillet 2013

DU QUASI TOUT ET DU DEJA

DU QUASI TOUT ET DU DEJA(En feuilletant le hors-série que l'Histoire et Marianne consacrent au Corto Maltese de Hugo Pratt, juillet 2013). 1.p.48 : Corto et son interlocutrice ont tous deux les yeux baissés. Son interlocutrice s'appelle Banshee. Et Corto lui demande de confirmer que ce nom de Banshee renvoie au malheur, au porte-poisse. C'est que les  banshees "sont des sorcières de mauvais augure" répond la fille en vert. Il y a du vent. Des feuilles mortes y filent. Les vivants y filent aussi, peu à peu éparpillés, lentement... [Lire la suite]

23 juillet 2013

LES ROGES

LES ROGESUn poème by Elige Antoine Les roges dit-il car il a un défaut de prononciationIl est comme ça, Roger, il s'approprie les belles chogesIl n'a que ce mot à la boucheRoges par ciRoges par là Il en fait des poégiesMais sa nouvelle marotte nous cauje du souciC'est qu'elles sont épineuges, griffues, mordreugesDes diablesses en pétales de veloursOn dit pourtant qu'elles rendent amoureugesNous, pour ce qu'on en sait de l'amour...S'il ne faisait qu'en parler, mais il les cueille Et nous, vages émaillés, leur servons de cercueil. ... [Lire la suite]
23 juillet 2013

LES ROJES

LES ROJESUn poème by Patrice Houjeau Les rojes je dis les rojes parce que j'ai un défaut de prononciation depuis que j'a trébuché dans l'jardin et vlan le nez dans les rojiers LesRojes c'est intimidant ça comme sujet les rojes déjà à cause des épines queJe dis moi que ça pique ça les épines même que le poète il dit comme ça que si les rojes elles avaient pas d'épines, eh bien il y en aurait plus depuis longtemps des rojes, je veux dire des rojes à épines, sinon remarquez qu'il y a des rojes sans, Les rojes on les appelle comme ça car... [Lire la suite]
23 juillet 2013

UN NAÏF ET TROIS MEDIEVALES DONT DEUX ENFERS

UN NAÏF ET TROIS MEDIEVALES DONT DEUX ENFERS 1."Paysage avec singes, du Douanier Rousseau" (couverture de Histoires naturelles, de Jules Renard, Librio n°134, 2004). On dirait que les têtes des singes - il y en a trois - jouent à cache-cache avec nous. On n'en voit vraiment qu'une, qui nous regarde, masque blanc sur fond de poil noir, on dirait un visage humain. Les deux autres sont en partie masquées par des sphères oranges. On en voit un aussi, de singe, suspendu à une branche. Il nous regarde. Il a l'air du pauvre christ, et... [Lire la suite]
22 juillet 2013

JE VEUX JOUER DU POEME COMME ON JOUE DU JAZZ

JE VEUX JOUER DU POEME COMME ON JOUE DU JAZZEn écoutant Sweet Dreams par Terez Montcalm, Close Your Eyes par Anne Ducros, I Walk The Line par Norah Jones & Joel Harrison, Dear Prudence par Tok Tok Tok (si si) et le très beau My Favorite Things de Youn Sun Nah. 1."Quel oeil ne serait pas trompé comme le mien ?"(Racine, Phèdre, IV, 2, vers 1036 [Thésée]) Quel éberluant que le réel qu'on est toutOeil abusé des fois de c'qu'on nous montre   Ne pas se fier à tout ce qu'on nous téloche s'y fier ceSerait se fier au sourire du... [Lire la suite]
22 juillet 2013

OU QUI JETTE SA MAIN AVEC SON COUP DE DES

OU QUI JETTE SA MAIN AVEC SON COUP DE DES 1."Je ne sais comment je dure,Car mon dolent coeur fond d'ire"(Christine de Pisan, Rondeau) Je me fais fort fifre flûteNe fais cependant que tintouin etSais bien que mon marteau n'est que ventComment qu'ils font les autresJe leur envie leur pureDure façon d'êtreCar mézigue je n'affronte guèreMon habitude est de ne pas etDolent indolent je demeure dans monCoeur comme le lièvre du sonnet qui dort auFond d'un pâté je ne suisD'ire qu'en mon logis au dehors je souris bêtement. 2."Sots... [Lire la suite]

21 juillet 2013

ECHOS AU SPECTRE D'ARGENT

ECHOS AU SPECTRE D'ARGENT "Spectre d'argent aux franges qui frémissent"(Federico Garcia Lorca) 1."Spectre d'argent".Spectre, c'est tout fantôme ça, et fantasme donc, façon poule... j'allusionne ici le féminin qui s'déballe... "ma poule" dit-on affectivement aussi... les maris disent ça à leur femme des fois... disent plutôt "ma cocotte", voire "ma cocotte en sucre" cause que "ma poule" ça fait un peu déplacé... les pères à leur fille plutôt... la poule c'est aussi la p'tite femme, la poulette... "On dirait des poules, hein ?"... [Lire la suite]
20 juillet 2013

VERS L'ANGLICHE BARAGOUIN

VERS L'ANGLICHE BARAGOUIN Y en a qui wantent qu'les cours bientôt dans les french universités se fassent en angliche baragouin. Vu que les universités sont déjà pleines d'enseignants qui maîtrisent à peine leur discipline, si en plus, ils doivent transmettre le peu qu'ils savent dans une langue qu'ils ne maîtrisent que parce qu'ils l'ont écrit sur leur CV, les étudiants, dont beaucoup speakent l'anglais aussi bien que frites en cornet, risquent de point piger grand chose à la béchamel. Patrice HouzeauHondeghem, le 20 juillet 2013 ... [Lire la suite]
19 juillet 2013

APHORISME A AMSTERDAM ET AUTRES DOIGTS

APHORISME A AMSTERDAM ET AUTRES DOIGTS 1."Entre les conneries de l'Empire et l'emprise des cons,entrent à peine les doigts d'un fou. Le temps de tous les fermersauf le majeur."(Mélissa Perianez, Aphorisme à Amsterdam) Entre nousLes gens des fois i sont étranges i font desConneries de quoi faire rireDe nos pommes chez les martiens.L'Empire de nous autres c'est tragi-comiqueEt mieux vaut en rire qu'en pleurer ;L'emprise qu'ça a sur nous tout de même...Des autres on peut pas s'en passer, même aussiCons que concombres dans un colloque,... [Lire la suite]
19 juillet 2013

CHACALITUDE

CHACALITUDE C'est la couverture de l'édition de poche du recueil de nouvelles "Les Ecuries d'Augias", d'Agatha Christie, collection Club des Masques n°72, 1974. Une étoile que ça fait. Une étoile de verre brisé. Au centre, un trou. Dans le trou autre chose sombre avec du vert, je veux dire la couleur verte. Autour du trou, toutes les branches de l'étoile, de longues lignes qui fêlent. Et puis du sang aussi, que la personne qui l'a reçue, la balle, elle devait être, dans les derniers temps de sa vivance, devant ce verre, debout... [Lire la suite]