02 novembre 2013

CROQUIS D'OUTRECUIDE

CROQUIS D'OUTRECUIDE 1.Je passai la matinée à la pêche aux arêtes de sable. Ensuite, je suis rentré pour midi et j'ai mis les arêtes à frire afin que les chairs se reconstituent. Les poissons vous le confirmeront. 2.Quand on est fruitier, on passe une partie de l'année à s'inquiéter des intempéries. On met des imperméables, on porte des parapluies. Le plus gênant, c'est quand quelqu'un vient se pendre à votre branche. 3.Quand vous passez le miroir, parfois vous avez affaire à la douane volante. Ils sont deux, et vous ressemblent... [Lire la suite]

02 novembre 2013

RIEN D'EXTRAORDINAIRE

RIEN D'EXTRAORDINAIRE 1."J'suis point content d'ma pomme" J'suis point content d'ma pommeQuel ver m'est-ilQuel ver m'est-ilEt pourquoi la chanson ne me vient-elle Mon piano s'est fait la malle Dans l'pis d'vache l'âne du coq et l'eauQue d'eau que d'eau dans mon vinEt pourquoi ce barman m'appelle-t-il papa ? J'suis point content d'ma pommeQuel ver m'est-ilQuel ver m'est-ilEt c'est quoi ce vent qui mes amis emporte ? Mon piano s'est fait la malleY aura mon cadavre dedansOù sont donc mes machinations sur l'échiquierEt qui m'a cloué... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 04:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
02 novembre 2013

TAMBOUR BAT TAMBOUR BAT COEUR QUI BAT

TAMBOUR BAT TAMBOUR BAT COEUR QUI BOUT 1."De tes noirs Poèmes, - Jongleur !"(Rimbaud, Ce qu'on dit au poète à propos de fleurs) Ce sont coq-à-l'âneries que je veux écrireCar salut-t-à toi et l'âne joue aussi aux échecsDe tes noirs Poèmes je me ferai une pipeEt du blanc de tes yeux je me ferai une neige. Pourquoi une pipe pourquoi une neigeC'est que j'aime fumer au chaud quand le cielEst ivre de flocons et peu importe le floconPourvu que j'ai mon livre. Les cadavres sont interchangeables etTête morte n'a pas de parole tous... [Lire la suite]
01 novembre 2013

A TOUT LE MOINS

A TOUT LE MOINS 1.Pour être seul, il faut être deux. 2.Pour être seul, il faut être deux. Je connais peu de célibataires qui ne soient secrètement amoureux. 3.La mode intègre ; le style communautarise. 4.On a tant fait de Napoléon une légende de la volonté, une victoire de la raison de la République et de l'Etat, qu'en France l'on n'évoque jamais la folie du bonhomme, et l'on compense les incertitudes, sinon les fêlures, de son esprit par une sorte de mélancolie amoureuse qui certainement, selon le mot de Guenièvre dans le... [Lire la suite]
01 novembre 2013

QU'EN SAIS-JE SI CELA EST VRAI

QU'EN SAIS-JE SI CELA EST VRAI 1.Qu'en sais-je si cela est vrai ? Ainsi se révèlent l'astronome et le déchiffreur de labyrinthes. 2.Certains êtres sont des masques dont le visage nous indiffère totalement. 3.Le fasciné est quelqu'un qui a laissé son regard se perdre dans l'illusion de pouvoir accéder à autre chose qu'à une apparence. 4.La fascination peut engendrer aussi bien le coup de folie que l'éclair de génie. C'est en cela que les grands fascinés inquiètent autant qu'ils fascinent. 5.Comme le romancier peut se noyer dans... [Lire la suite]
31 octobre 2013

D'ABORD IL S'EXCLAMA

D'ABORD IL S'EXCLAMA(Fantaisie sur le poème O Saisons, ô Châteaux, d'Arthur Rimbaud) D'abord il s'exclamaO saisons, ô châteaux !Il en est de plus triviales comme"Ciel Mon mari" ! Ou "Encore !" C'est aussi qu'il n'y a pas d'âme sansDéfauts et pas de poisson qui à l'hameçonNe finisse par mordre Après, les hameçonsOn peut toujours tenter de les conjurer On peut toujours tenter de les conjurerPar quelque magique étudeMais le Bonheur favorise l'heureuxOu l'élit le sanctifie le sacrifie Le ciel fume des CeltiquesOn n'en trouve plus de... [Lire la suite]

31 octobre 2013

PIS QUE COUAC COUIC

PIS QUE COUAC COUIC 1.J'aurais voulu écrire "L'Assassin habite au 421" J'aurais voulu écrire "L'Assassin habite au 421"Mais ma plume a mangé ma mainC'est marrant comme la musique est répétitiveDevenue rayée comme un disque d'époque Dans It Smells Like Teen SpiritA quoi qu'il pensait l'homme de ménageMais peut-être que je déménageQue ma plume a mangé aussi mon esprit Vous me direz quel oeuf et quelle pouleTant et tant qu'il pleut coquilles et écaillesEt des verres à pied et des squelettes à chevalLes poètes parlent de la nature... [Lire la suite]
30 octobre 2013

QUAND J'AI FAIT MA P'TITE CRISE

QUAND J'AI FAIT MA P'TITE CRISE 1.Si vous voulez partir faites-vous pousser Si vous voulez partir faites-vous pousserUn doute qui m'accable est-ce bien le bonCable qui me relie à la machine Si vous voulezPartir je vous en revends Partir je vous en revendsJe ne sais pour qui saxe ce saxophoneJ'ai longtemps pensé un serpent dedansC'est que la tête à Méduse a roulé sur le zinc C'est que la tête à Méduse a roulé sur le zincMa maison est dans l'espaceUn autre va me la prendre elleEt son fantôme que ferai-je Et sans fantôme que... [Lire la suite]
30 octobre 2013

TROIS ANTIPOETIQUES

TROIS ANTIPOETIQUES 1.Je ne suis pas tant dans ce pays Je ne suis pas tant dans ce paysNon, la fille n'est pas passée par iciLa vieille dame la vieille dame dans l'airElle nous prendra dans son filet d'ombres Elle nous prendra dans son filet d'ombres Laissez moi chanter ma chanson libreJ'ai jeté mes bibliothèques à la têteEt je trimbale mon brinquebalant Et je trimbale mon brinquebalantElle sait toujours ce qui se passeDans son école elle compte les ombresAvec lesquelles elle tisse tisse tisse tisse. 2.Tout est si parfait... [Lire la suite]
29 octobre 2013

ELLE EST VENUE AU PALAIS

ELLE EST VENUE AU PALAISEn feuilletant Perceval ou le Roman du Graal suivi d'un choix des continuations, traduit par Jean-Pierre Foucher et André Ortais, folio n°587. Citations en italiques. 1.Il ne désire que vendre : quoi donc, des pommes, des poires, des scoubidous. Remarquez que, s'il ne désire que vendre, c'est bon, il va pas essayer je ne sais quoi de malfaisant. Remarquez aussi que l'occasion fait aussi bien le larron que le marchand. 2.Et quand enfin sa lance éclate, alors c'est bien possible qu'il y eût un blessé, ou un... [Lire la suite]