07 août 2013

BYE BYE LES FEES

BYE BYE LES FEESEn millefeuilletant "Les Amours jaunes " de Tristan Corbière. Note : Millefeuilleter, c'est parcourir un livre en mangeant un millefeuille. Eh bien, i faut pas faire, qu'on en fiche partout dans le chef d'oeuvre de la crème. 1."Insomnie, impalpable Bête !"(Insomnie)L'insomnie est comparée à une "impalpable Bête", une bête que l'on ne peut attraper, que l'on ne peut donc pas maîtriser, une imprévisible, une guetteuse. "N'as-tu d'amour que dans la tête ?"(Insomnie) L'amour, une pure vision de l'esprit. Une... [Lire la suite]

06 août 2013

NON-SENS ET PHILOSOPHIE POLITIQUE

NON-SENS ET PHILOSOPHIE POLITIQUE En lisant quelques pages de La Dent creuse, de Pétillon et en écoutant philosopher la radio. "Et si j'ai la clef, je pourrai savoir de quelle énigme il s'agit."(Pétillon, "La Dent creuse", Edition de poche J'ai Lu BD, 1988, p.17 [Jack palmer]) 1."Surmené ! Je vais épouser un type surmené !" s'écrie la ravissante de la page 10. Certes, en général, c'est après, par la suite, plus tard quand même, qu'ils sont surmenés, les types qu'on épouse. 2.Evidemment, un passage secret, s'il n'est plus secret,... [Lire la suite]
06 août 2013

RISETTES ET SALAISONS

RISETTES ET SALAISONSEn lisant quelques pages de "L'énigme du clou chinois", de Robert Van Gulik, édition de poche 10/18 n°1723. "Vois-tu, ma petite, je suis médecin et je suis toujours très occupé, dit le juge d'un ton défensif."(Van Gulik, L'énigme du clou chinois, p.120) 1.Quand tu fais des risettes à l'anaconda, il est rare qu'il ronronne. 2.C'ti-lal, il s'a tant cuit la pomme à la bistoule, qu'elle en est toute pleine de carabistoules. 3.Je suppose qu'en promenant un berger allemand, il peut arriver que l'on se sente... [Lire la suite]
05 août 2013

J'AIME A SPLEENER MUSICAL

J'AIME A SPLEENER MUSICALContrevers inégaux 1.Il y a dans une rue que je connais pas ilY a dans une ville où je ne m'arrête pas il yA dans un temps qui n'est pas le mien il y aUne fille dont je ne connais pas le nom uneFille qui passe dans une flaque de lumièreQue le temps efface et puis qui revientJe n'étais pas dans cette flaque JeNe vois cette flaque que parce que j'y pense je neConnais pas cette ville je ne connaisPas ce pays je ne connais pas cette langueEt le temps emporte ses morceaux de réelUn fleuve passe un autre le... [Lire la suite]
03 août 2013

SPHINGE MIRETTES

SPHINGE MIRETTESNotes sur le sonnet Le Flambeau vivant, de Charles Baudelaire. Le narrateur baudelairien du sonnet Le Flambeau vivant est un précédé, un précédé de "Yeux pleins de lumières". Quel être étrange se tient ainsi sur ses deux jambes et sous ce masque lumineux ? Notons déjà qu'il est en marche - il n'a donc pas que des yeux, il a des pieds aussi - et donc le narrateur a des pieds de même, puisqu'il le suit, comme dans un rêve, d'autant plus rêve que ce regard est magnétique, aimanté sans doute par un Ange très savant ; ce... [Lire la suite]
03 août 2013

L'AUTRE CETTE ILLUSION QUI PASSE LE TEMPS

L'AUTRE CETTE ILLUSION QUI PASSE LE TEMPS Entendu ce soir, samedi 3 août sur France Inter, entre 20 et 21 heures un très mauvais groupe de rock français pour adolescents, Fauve J'chais pas quoi qui quesse, une pâle copie de Sonic Youth que je dis pas que les textes de Sonic Youth soient plus malins, mais qu'au moins comme c'est en amerlo-angliche on comprend nib et qu'on se laisse porter par le rythme et l'électrique, et donc qu'ois-je qu'à un moment donné dans ce que le présentateur lui-même a qualifié d'hémorragie qu'j'ai entendu... [Lire la suite]

03 août 2013

BOUTS DE PLUME

BOUTS DE PLUME 1."Souvenir de soi..."(Tristan Corbière, Un jeune qui s'en va) Qui passe son temps dans le souvenir de soi, sinon celui qui, sous son linceul, passe les murs, les portes et les fenêtres. 2."J'ai laissé tous les Dieux"(Tristan Corbière, Laisser-courre) J'ai eu tort. Voilà qu'ils complotent, même que ça fait des éclairs un peu partout, dans certains yeux. 3."Fiers d'avoir dans vos mains un bout de plume d'oie"(Corbière, Décourageux) Oyez, oyez le crissement de la plume d'oie entre les doigts du scribe. C'est un... [Lire la suite]
02 août 2013

ET MÊME SI PERSONNE N'EST SON NOM

ET MÊME SI PERSONNE N'EST SON NOM 1.Entendu sur France Culture, ce matin, que Baudelaire, condamnait "la prédilection des Français pour les métaphores militaires. Toute métaphore ici porte des moustaches." (cf Baudelaire, Journaux intimes). Ainsi peut-être condamnait-il le terme "Avant-garde", comme on peut le penser à la lecture des lignes suivantes : "Littérature militante. - Rester sur la brèche. - Porter haut le drapeau. - Tenir le drapeau haut et ferme. - Se jeter dans la mêlée. - Un des vétérans. - Toutes ces glorieuses... [Lire la suite]
02 août 2013

NOTES 1 A 10 SUR LES STATUES

NOTES 1 A 10 SUR LES STATUESBrefs en lisant Les Statues (Dessins de Ferry - Scénario de Pombal - Couleurs de Monic, Le Lombard, 1997) 1.Théâtre de trognes. Il y a un public. C'est que la représentation est l'un des sujets de l'album Les Statues de Ferry et Pombal (Le Lombard, 1997). Je me souviens que lorsque j'étais étudiant, l'un de nos bons maîtres insistait pour que, dans nos pensums, l'on remplaçât "sujet" par "problématique". C'est peut-être plus rigoureux, mais c'est moins joli. Et puis on finirait par ne plus comprendre la... [Lire la suite]
02 août 2013

NOTES 11 A 20 SUR LES STATUES

NOTES 11 A 20 SUR LES STATUESBrefs en lisant Les Statues (Dessins de Ferry - Scénario de Pombal - Couleurs de Monic, Le Lombard, 1997) 11.Planche 6, il est tout découvrant, l'homme au kilt qui crie "Terre ! Terre ! Terre !". Le kilt, ça me rappelle ce que j'ai entendu dans un documentaire sur la Première Guerre Mondiale, que les soldats écossais étaient surnommés "Les Filles de l'Enfer" par les Allemands, et aussi cette réponse faite par un vieil Ecossais à la question muette d'une classe de petits Français : "Vous vous demandez ce... [Lire la suite]