11 juillet 2013

OASIS APPROCHE

OASIS APPROCHE Les livres tant de livres de mots de mots de mots de pages. Au bout de quelques milliers de pages au bout de tant de bouquins lus feuilletés relus pas finis abandonnés délaissés oubliés et qui ressurgissent au bout de tant de phrases parfois grises si grises si plates si conventionnelles vient l'heureuse tentation du livre singulier : Oasis Paroles, de Nadège MOYART, 2012. Je vais en reparler. C'est important. Moderne. Contemporain. Patrice HouzeauHondeghem, le 11 juillet 2013  

11 juillet 2013

EAUX CONCAVES

EAUX CONCAVES 1.Dans "Le Guide des 100 polars incontournables", de Hélène Amalric (Librio n°871), j'apprends que Pierre Boileau et Thomas Narcejac ont "ressuscité Arsène Lupin dans les années 1970." Dans cet autre monde, celui de la fiction, la puissance des vivants est si forte qu'elle a le pouvoir de la résurrection. 2.L'oeil sans doute peut ressusciter. Des morts agissent encore. Des morts que nous pensons vivants ; des vivants que nous pensons morts. 3.Dans "Le Jet de Sang" (Antonin Artaud, L'Ombilic des Limbes,... [Lire la suite]
09 juillet 2013

JONGLER D'LA LUNE

JONGLER D'LA LUNE 1."Je sens vibrer en moi toutes les passions"(Baudelaire, La Musique) Je sens chais pas quoi tout l'temps vivre qu'c'est je Sens bien que c'est étrange un peu tout de même vivre Vibrer des cordes à de drôles d'instruments que j'sensEn quoi qu'ils sont faits tous ces instruments que j'sensEn mes oreilles sifflépercutent sifflépercutent En moi ils sillonnent & fuséfizzent & tchouchouckent Toutes les vaches en moi les regardent passerLes vaches floues et leursPassions aussi passions que mes organes. 2."En... [Lire la suite]
08 juillet 2013

PLUMETIS GRIVERIES ET GRONGOGOGNES

PLUMETIS GRIVERIES ET GRONGOGOGNES 1."L'araignée y fera ses toiles,Et la vipère ses petits"(Baudelaire, Sépulture) L'araignée la vive arpenteuse hop a filé dessousY reste sous le meuble loin du talonFera sa toile au plafond plus tard quandSes gens à la maison feront dodo lesToiles magnifiques qu'elle fera alors dans les ténèbresEt le serpent quoi qu'il fait le serpent ?La froide foudre laVipère celle là aussi elle file dessousSes bottines à la fille trottinaient très vifs dePetits chais pas quoi chutaient dans la nuit. Note : Je me... [Lire la suite]
08 juillet 2013

LES INTERMINABLES

LES INTERMINABLES Les interminables pluies de l'automne pilonnent les jardins nus. le silenceet la boue recouvrent les sentiers dela nécropole. Les morts sont mouillés(Lucien Suel, Tout partout III, cité in Ivar Ch'Vavar & camarades Le Jardinouvrier 1995-2003, Flammarion 2008,p.133). Les interminables & les interminablesInterminables forcément les pluies etPluies et pluies pluies pluies pluiesDe l'automne les pluies pluies pluiesInterminables & interminables sont deL'automne les pluies interminables etDe l'automne les... [Lire la suite]
06 juillet 2013

DU BROUILLARD SE DISSIPANT

DU BROUILLARD SE DISSIPANTEn feuilletant Poésies III, Federico Garcia Lorca, Poésie/Gallimard n°30. Citations entre guillemets.  1."avec la ville endormie dans sa gorge." C'est surtout au niveau du clocher que ça doit bloquer. 2."la gourmandise de l'herbe" C'est qu'elle est gourmande, la verte, goulue des fois, faut le voir pour le croire les passants qu'elle glope, et les cavaliers donc, chevaux et sabres au clair. 3."les fausses coupes, le poison et la tête de mort des théâtres." Les fausses coupes aux fausses amitiésLe... [Lire la suite]

05 juillet 2013

GONG ! GONG !

GONG ! GONG ! 1."Et, la nuit, il fallait entendre les coups de pattes des chameaux quand ils essayaient de franchir les écluses, gong ! gong ! sur le métal et les madriers !"(Henri Michaux, Intervention) Et la nuit, de ses noyaux fleurissent des fantasmesIl fallait toujours que j'écoute me fallaitEntendre les coups de pattes des bêtesDes chameaux car comme le narrateur à MichauxChameaux je lâchais parfois dans le décorQuand ils essayaient les chameauxDe franchir s'obstinant aux obstaclesLes écluses par exemple Gong ! que ça... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
05 juillet 2013

AGATHERIES

AGATHERIESEn scrutant Agatha Christie, traduit par Juliette Pary, Le Secret de Chimneys, Club des Masques n°218. 1."que je ne pouvais pas ne pas l'être" (p.108) En français, nous sommes ce que nous ne pouvons pas ne pas être. C'est ainsi que l'un d'entre nous débarrassa la table et finit par dire : je pense que ne puis pas ne pas être, et tant que j'y suis, j'essuie. 2."la tragédie nocturne" (p.109) Entre deux comédies diurnes une tragédie nocturne ou entre deux tragédie diurnes une comédie nocturne ou entre deux tragédies diurnes... [Lire la suite]
05 juillet 2013

NI SI PAS NI PAS TANT NI TANT BIEN

NI SI PAS NI PAS TANT NI TANT BIENBrefs en jetant un oeil par ci, un oeil par là, et un autre aussi dans La nuit remue, de Henri Michaux, La bibliothèque Gallimard n°90. Citations entre guillemets. 1."En sortant, je m'égarai." Du coup, je ne m'y retrouvais plus. J'étais pourtant bien là il y a un instant, non ? 2."Je resterai là jusqu'à ma mort." Et plus, si affinités. 3."Je pensais, n'est-ce pas" Hein que je pensais, je pensais, non ? 4."Oh ! l'eau, toutes ces eaux par le monde entier !" Des fois, je me dis qu'elles... [Lire la suite]
05 juillet 2013

FANFARE D'LA VOIX ETRANGE

FANFARE D'LA VOIX ETRANGEPour piano vif, tambour persistant, et violon dodo. 1."Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,L'Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,Maint rêve vespéral brûlé par le PhénixQue ne recueille pas de cinéraire amphore."(Mallarmé, Sonnet en yx) Ses purs ongles très longs - c'est une griffueSes purs ongles très longs - aux lèvres rouge sangSes purs ongles très longs - et à l'oeil noirDédiant très haut - c'est une sorcière à un rituelTrés haut qu'elle lève ses longs bras et d'ses onglesLeur onyx nix nix... [Lire la suite]