15 février 2008

LES MERVEILLEUSES AVENTURES D’ARTHUR RIMBAUD

LES MERVEILLEUSES AVENTURES D’ARTHUR RIMBAUD Aujourd’hui : « La commande du Cabaret-Vert » « Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines   Aux cailloux des chemins. J’entrais à Charleroi.   - AU CABARET-VERT : Je demandai des tartines   De beurre et du jambon qui fût à moitié froid. »   (Arthur Rimbaud, AU CABARET-VERT, cinq heures du soir) Voilà que le gars Arthur il se lesNique à cavaler comme un fou il se Déchire ses bottines très... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 16:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 février 2008

NOTES SUR LE VERS JUSTIFIE

NOTES SUR LE VERS JUSTIFIE 1) Le principe du vers justifié est clair comme un sourire. Il s'agit de composer des textes poétiques en ne mettant plus l'accent sur le rythme, la rime et le nombre de syllabes, mais sur le nombre de signes contenus dans chaque vers, - y compris les espaces. 2) La poésie justifiée s'édite donc en "Courier New" sinon, ça ne marche pas (du moins, d'après mes propres tentatives). 3) La poésie justifiée se passe aisément de ponctuation qui, lors de la composition du texte, est ressentie... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 11:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 février 2008

L'OLIVE

L'OLIVE "Dieux. Les olives les abritent."(...)"Charnue, acide,  c'était la même joie sur la langue d'Ulysse."  (Marie-Claire Bancquart in Ciel d'Europe, panorama de la poésie européenne d'aujourd'hui, Maison de la Poésie Nord/Pas-de-Calais, 2000, p.37) Dieux. Les olives les abritent. Ce vers doncDe Marie-Claire Bancquart me plaît Une ligneClaire que ce vers qui donne à voir soudaineComme une mini-épiphanie l'olive verte et ceDieu qu'elle porte un éclair venu de si loinVenu d'un temps qui n'est plus... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 09:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 février 2008

FEMME MARIEE LA NUIT

FEMME MARIEE LA NUIT "-ageless, oarless-"(...)"Under the waltzing trees"(...)"So they were married - to be the more together -"(...)"Waking at times in the night she found assurance Due to his regular breathing but wondered whether It was really worth it and where The river had flowed away And where were the white flowers." (Louis MacNeice, Les Sylphides in Une voix, choix de poèmes, Orphée La Différence, 1997, p.62-64) "Se réveillant parfois la nuit, elle était rassurée Par sa... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 15:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 février 2008

DELA L'ETANG

DELA L'ETANG Derrière chez nous y a un étangOù trois canards y vont passantDans le temps dans le temps quiLong le temps long le temps estComme un engoulevent sans finir Derrière chez nous y a un blancLoup et des forêts avec du ventAvec l'ombre qui y gémit L'oeilY couche sa paupière et demeureEtonné de ce vent du long temps Derrière chez nous y a des voixElles sont pleines de noms sansVisage de visages sans nom voixQue le vent jette delà l'étang. Patrice HouzeauHondeghem, le 12 février 2008
Posté par patricehouzeau à 00:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 février 2008

A LA LIGNE

A LA LIGNE "Cheminant dans l'espace, elle ronge cependant l'espace prosaïque (...).Simplement, pour donner l'axe générateur d'un homme, le peintre, dit Klee, "aurait besoin d'un lacis de lignes à ce point embrouillé qu'il ne saurait plus être question d'une représentation véritablement élémentaire." (Maurice Merleau-Ponty, L'Oeil et L'Esprit, folioplus philosophie, p.51). "Cheminant dans l'espace" la ligne "rongecependant l'espace prosaïque" lit-on dansL'Oeil et l'Esprit de Merleau-Ponty... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 10:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 février 2008

HIC ET NUNC JAZZ

HIC ET NUNC JAZZ Ecoutez cette nuit exposer ses thèmesCe fleuve qui gronde et d'où monte unChant de barque solaire un chant neufNuit noire et blanche du jazz soleilsFrappés o! cymbales fontaine batterieEcoutez ces clairs accords de la nuitLa guitare elle appelle d'autres voixUn rêve d'autre part d'autres rythmesD'une autre Amérique que ne démententPas leurs voix démentes aux lyncheursSerpent de velours saxophone clair deTemps au piano les spectres joyeux etQue les cuivres de l'au-delà ramènentTout pour la jam d'enfer hic et nunc. ... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 05:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]