07 mars 2017

& POURQUOI MACHIN PLUTÔT QUE PAS MACHIN ?

& POURQUOI MACHIN PLUTÔT QUE PAS MACHIN ?   Le réel est plein de choses qui commutent Le plein s't'un nombre si long qon dirait bien qu'i ressemble à de l'infini en tout   cas i vertige la caboche à chaque instant le réel est plein de choses qui commutent que donc aucun instant ne ressemble à çui   qui le précède ni à çui qui lui succède & une fois passé chaque instant constitue 1 ensemble de choses qui bougent plus sinon   ça voudrait dire que le passé grouille et le passé c'est du mort... [Lire la suite]

06 mars 2017

DES FOIS ON S'MORTIFÈRE LE QUELQU'UN

DES FOIS ON S'MORTIFÈRE LE QUELQU'UNDes fois on s'mortifère le quelqu'unon se caboche d'l'idée du cadavre cé pas trop joli ça mais c'est quon est tout traversé d'bizarres on gothiqueDes fois y en a ils exaspèrent qu'onils exagèrent qu'on ils prennent nostêtes tant qu'on se met à bouillir &même que malgré qu'on soye gentil onen aurait des envies de meurtre maisdans la vie on tue pas on supporte &faut bien supporter si l'on veut queles autres i continuent à vous fairedes confitures pis à vous donner despots de confitures pis... [Lire la suite]
02 octobre 2016

RIEN ELLE SE CONSACRE A SES CHATS RIEN

RIEN ELLE SE CONSACRE A SES CHATS RIENRien elle se consacre à ses chats rienelle se consacre à ses chats rien ellese consacre à ses charmes je vous l'aidit ça déjà qu'elle était très jolie ya lontant lontant lontant lontant trèslontant qu'elle cherche maintenant sescharmes dans les plis du tant la jeuneva à la fontaine qu'un beau jour on laretrouve plus je vous dis rien elle seconsacre aux bocaux avec des têtes coupées dedans pis qui baignent dans leurmort sinon non elle ne fait rien c'està ses chats qu'elle se consacre pis letemps... [Lire la suite]
30 avril 2016

SIX STUPIDES SONNETS (D'CLOWN)

SIX STUPIDES SONNETS (D'CLOWN)SONNET D'LA PORTE A DENTSLa porte la porte la porte la porteS'ouvre derrière la porte une ombreLa porte la porte la porte la porteS'ouvre sur une ombre qui balbutie.La porte la porte la porte la porteS'ouvre en grinçant des dents cettePorte a des dents c'est curieux queCette porte c'est qu'elle mordante.La porte la porte la porte la porteDerrière la porte y a plein de cousCoupés de jambes coupées y a du morLa porte la porte la porte la porteJe la prends puis je m'enfuis assezLoin qu'la porte ne puisse... [Lire la suite]
17 avril 2016

BOUFFON ET SUR CE BOUFFON

BOUFFON ET SUR CE BOUFFON   1. Je n'en doute plus je suis hanté J'aurais pas dû tant jaffer d'ce Pâté aux spectres C'est comme un Os flou qui dans mes osselets le   2. Promène le chien de mon âme en laisse Les gondoles Cet effort pour échapper A la spectralité quelle hantise alors   3. A pousser du hou hou dans le couloir Pis que la lune pointe au carreau sa Tête de cheval cauchemar yeux blancs   4. « à cette table près de la fenêtre qui donne sur la façade de » (Michel Butor,... [Lire la suite]
17 janvier 2016

AU VENT

AU VENT1.« Les mots diversement rangés font un divers sens, et les sens diversement rangés font différents effets. »(Pascal, « Pensées »)2.« L'eau claire ; comme le sel des larmes d'enfance,L'assaut au soleil des blancheurs des corps de femmes ;la soie »(Rimbaud, « Mémoire »)3.« - C'est impossible, prononça tout haut Mrs Bantry, j'ai dû rêver !Mais elle était convaincue de n'être point le jouet de son imagination. »(Agatha Christie, traduit par Louis Postif, « Un... [Lire la suite]

15 janvier 2016

NOCTURNES ET MOROSES

NOCTURNES ET MOROSES   1. J'suis tellement acharné seul que quand on découvrira mon corps, mon chien, mes chats auront probablement commencé à le eh oui…   2. Je devrais me méfier : j'entends de plus en plus souvent les coups sourds du tonnerre sans orage. Qui donc m'appelle ?   3. On vieillit ; le temps se fait court, comme si sous les jambes, qu'on a de moins en moins, elle s'accélérait, la course au trou.   4. La nuit, elle porte une chemise noire et un bijou en forme de lune.   ... [Lire la suite]
14 janvier 2016

CE QU'ON DIT DES FOIS DANS LES CHOSES

CE QU'ON DIT DES FOIS DANS LES CHOSES   En écoutant la belle version radiophonique du « Mystère de la chambre jaune » - ah ce violon jazz du générique ! - qui a été réalisée en 1983 par Jean-Jacques Vierne pour France Culture et qui est disponible en podcast.   1. « As-tu donc sincèrement jamais cru que nous réussissions à tromper complètement ces vieux regards aigus ? » (Michel Butor, « La Modification »)   A qui donc « ces vieux regards aigus » ? A de... [Lire la suite]
08 janvier 2016

NON MAIS L'ORAGE LES FAIT PARLER

NON MAIS L'ORAGE LES FAIT PARLER1.Ayant compris que le mythe de « l'honnête homme » est aussi illusoire que celui du « bon sauvage », la civilisation se lance à la poursuite de « l'homme moral », qu'elle confond avec le « politiquement correct ».2.Parfois, j'entends un imbécile parler d'autres imbéciles et ils appellent cela l'Histoire.3.Il a remis sa langue dans la poche, la tête sur ses épaules et le plomb dans sa cervelle, puis il est parti travailler.4.Je me demande si les mots « que... [Lire la suite]
06 janvier 2016

DE BELLES LÀ-DEDANS !

DE BELLES LÀ-DEDANS !   « Il doit s'en passer de belles là-dedans ! Une nuit, une de ces malheureuses s'échappa en chemise... » (Agatha Christie traduit par Louis Postif, « Pourquoi pas Evans ? » [« la servante qui apporta des pots de bière et donna son propre point de vue »])   « la fille à lèvre d'orange, les genoux croisés dans le clair déluge qui sourd des prés » (Arthur Rimbaud, « Enfance »)   1. Maintenant m'sieurs-dames je crois avoir dit... [Lire la suite]