23 août 2015

PLAISANTE REUNION

PLAISANTE REUNION   MARRE DE CE CRAPAUD-LÀ   « Dans un coin, sur son dos, en secouant ses tresses » (Rimbaud, « Les poètes de sept ans »)   Pour chanteur solo et piano bref très précis.   Dent hein coin (d'la bouche) quoi? Carie bien Sûr (j'ai une dent contre moi) sur ce bonsoir   Son dos ce piano où le laborieux pianiste han Han han laboure des kilomètres de partoche oh Ce cou han han han toujours plié toujours han Han han elle la jolie elle en a marre s'en va Ses... [Lire la suite]

22 août 2015

SUR UN VIEIL AIR DE FRANCE ET UN VERS DE RIMBAUD

SUR UN VIEIL AIR DE FRANCE ET UN VERS DE RIMBAUD   « En mangeant, j'écoutais l'horloge, - heureux et coi. » (Rimbaud, « La Maline »)   A mettre en musique de chœur accompagné de Bonnes bidouilleries électro-acousmatiques Fort propres à étrangéïser tout ça tout en Veillant à ce que ça ne traîne pas trop en Longueur car rien de plus ennuyeux que les Pièces expérimentales qui n'en finissent +   Donc :   En m'en en m'en en m'en foutant en mentant En m'en en m'en foutant en... [Lire la suite]
11 janvier 2015

UN CAVALIER NOIR EST-IL PASSÉ ?

UN CAVALIER NOIR EST-IL PASSÉ ? Un cavalier noir est-il passé des ombres surSon visage stries traits zébrures biffures &Griffures sa face en est labourée constelléeQu'on dirait bien qu'elle porte un masque saFace un masque de chair y a des gens ils ontCe genre énigmatique mystérieux des tombeauxDes secrets des masques de chair qui passentEntre vos bouches comme on passe entre nœuds Des vipères celles des trottoirs des rideauxDont la langue remue au rythme de la tête etComme foudre retenue au rythme de leurs yeuxFixes fixes... [Lire la suite]
11 janvier 2015

L'INDIVIDU A ENSUITE PRIS LA FUITE

L'INDIVIDU A ENSUITE PRIS LA FUITE« L'individu a ensuite pris la fuite puis ilS'est tué » voilà un typique des divers dontOn dit qu'ils sont des faits Saucisse oh ouiSaucisse saucisse saucisse saucisse saucisseVoilà que ça me reprend d'écrire saucisse deRépéter saucisse à tout bout de champ portéeDe main le tragique il grouille à côté d'nosSquelettes soudain il déborde il défourailleIl explose aussi quoi qu'ça peut faire qu'jeRépète saucisse à tout bout de champ qu'mêmeQu'ça me reprend que le monde est bien assezAbsurde... [Lire la suite]
12 novembre 2014

LAISSEZ PASSER LA GIRAFE ENFLAMMEE VERSION JUSTIFIEE

LAISSEZ PASSER LA GIRAFE ENFLAMMEEVersion justifiée Laissez passer la girafe la grandeGirafe à tête d'effe à couronne deFlammes aux yeux rouge brûlot ElleA mangé tous les symboles tous lesDrapeaux laissez-la passer laissez Laissez passer la girafe enflamméeA mangé tous les symboles tous lesDrapeaux puis vous les r'crache enPleine face laissez passer laissezLaissez passer la girafe enflamméeLe long long long des remparts desTours de verre et d'acier gigotentLes ombres s'agitent les êtres lesBras levés les bouches ouvertes le Long... [Lire la suite]
08 juillet 2013

LES INTERMINABLES

LES INTERMINABLES Les interminables pluies de l'automne pilonnent les jardins nus. le silenceet la boue recouvrent les sentiers dela nécropole. Les morts sont mouillés(Lucien Suel, Tout partout III, cité in Ivar Ch'Vavar & camarades Le Jardinouvrier 1995-2003, Flammarion 2008,p.133). Les interminables & les interminablesInterminables forcément les pluies etPluies et pluies pluies pluies pluiesDe l'automne les pluies pluies pluiesInterminables & interminables sont deL'automne les pluies interminables etDe l'automne les... [Lire la suite]

03 juillet 2013

RELIQUE

RELIQUE                        "une feuille et un os de nous, auront longuement planéentre les dents de blé du vent."(Aloÿse Kilky, Justification de l'injustifiable, "Grave I" in Ivar Ch'vavar & camarades, Le Jardin ouvrier 1995-2003, Flammarion, 2008, p.276). Une feuille c'est ce qui reste de nous aussiUne feuille un faire-part ah il est mort luiEt un os de nous faut bien contenter l'chienUn os de nous c'est le moins... [Lire la suite]
18 mai 2013

PARAPHRASE A TRISTE TRISTE DE LAFORGUE

PARAPHRASE A TRISTE TRISTE DE LAFORGUE Dans Triste, triste le narrateur à JulesContemple son feu Il a le droit bien queContempler son feu à force ennuyeux toutDe même Du coup il écoute ouiner le ventQui en effet fait ouineouineouine i faitA moins qu'il s'agisse de l'alarme d'uneBagnole vu qu'elles font ouineouineouineAussi les alarmes des bagnoles bon ouineLe vent dans les rues où sans doute plusPersonne de vivant ne traîne car en plusIl pleut que la pluie à sa vitre à JulesElle ruisselle & que Jules un bâillementQu'il étouffe... [Lire la suite]
18 mai 2013

AH QUE LA VIE EST QUOTIDIENNE

AH QUE LA VIE EST QUOTIDIENNE "Ah ! que la Vie est quotidienne..."(Jules Laforgue, Complainte sur certains ennuis) On peut pas mieux direRoutine et soucis tantQu'on est jusqu'au couDedans à faire c'qu'onPeut pis c'est l'ennuiQui nous court après &Qu'pour y échapper desTrucs d'autres trucs &Des épatants on se metSur le dos que ça nousEn procure de nouveauxSoucis des inédits desQu'on savait pas & desFrissons aussi tout çaPour avancer plus viteQue l'ennui & sa maréeGrise qu'on l'voit pasLe temps passer malgréRoutine et... [Lire la suite]
Posté par patricehouzeau à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 mai 2013

ET ZOU DANS LE TROU ET HOP CHEZ LES TAUPES

ET ZOU DANS LE TROU ET HOP DANS LES TAUPES "Pas un jour où, poltron, je ne pense à la mort."(Jules Laforgue, Citerne tarie) En dehors du fait que j'écoute et zieuteItou sur Télé Mélody la Sylvie Vartan duTemps où elle chantait des fantaisies oùQu'ça swinguait et des mélancolies aussiArrête de rire Arrête Je t'aime qui dansUne chanson bien faite passe pendant queDans la vie réelle ça vous met grotesqueAussi sec en feuilletant mon Laforgue jeTombe sur ce vers qui dit qu'pas un jouroù poltron il ne pense à la mort que moiPareil pas un... [Lire la suite]